Avertir le modérateur

  • Des Reines aux Premières dames, la continuité dans la rupture

    Il faut avouer que la "prestation" de Madame Sarkozy (cela fait très bizarre de l'appeler comme ça) en visite officielle à l'étranger au côté de son président de mari avait une certaine classe. Carla ne laisse pas indifférent, d'après ce que l'on pouvait voir dans les différents journaux télévisés hier soir. Distinguée, avenante et chaleureuse sont les mots qui me viennent à l'esprit. Son aisance, sa posture et son sourire démontrent bien qu'elle n'a pas de leçon à recevoir de quiconque pour évoluer en public et en société. Sa facilité de communiquer, surtout si elle est multilingue, lui ouvrira de nombreuses portes : un atout non négligeable en cas de besoin pour les négociations et les relations diplomatiques. Ses métiers de mannequin et d'artistes n'y sont évidemment pas pour rien. En toute objectivité, on peut, je pense, affirmer que sa présence laisse de bonnes impressions aux personnes qui ont pu lui serrer la main. Une Lady Di à la française en somme.

    Force est de constater que les premières dames se suivent et ne se ressemblent pas. Au plus loin que je puisse me souvenir, chacune n'y a pas laissé la même empreinte.

    Danielle Mitterrand me laisse le souvenir d'une baroudeuse. Vous savez, le genre "guide du routard". Une femme qui allait toujours à l'essentiel et qui ne tournait pas autour du pot pour mener à bien ses projets et atteindre ses objectifs. A l'aise dans ses baskets. Une hippie moderne en somme.

    Bernadette Chirac, Madame Pièces jaunes, me laisse plutôt le souvenir de la femme chic des quartiers chics. Tailleur impeccable, sac à main sobre et verni, la parole posée et qui fait mouche. Même s'il lui est arrivé d'avoir quelques pics bien placés, des commentaires acérés à l'endroit de certaines personnalités, dans l'ensemble, elle n'a généralement pas eu un mot plus haut que l'autre. La dame du politiquement correct en somme.

    Cécilia Ciganer-Albeniz (ex. Sarkozy) me laisse un souvenir moins tranché. Il est vrai que les occasions ont été rares de la voir : besoin de rester discrète sans doute. Je dirais qu'elle laisse l'impression d'être une femme distante voire froide. Mais ce n'est qu'une impression. Je pense que c'était volontaire de sa part d'éviter les feux de la rampe : la une de l'actualité, tout ce protocole, très peu pour elle. Une femme de l'ombre en somme.

    Mais la place d'épouse de chef de l'Etat n'est pas une histoire récente. Même si certaines l'ont occupé plus que d'autres, ce rôle a toujours eu un impact au travers des siècles de notre histoire. Aujourd'hui, la médiatisation facile et immédiate nous fait croire que le phénomène est nouveau mais de nombreux exemples démontrent que non : la reine Claude, Catherine de Médicis, la reine Margot, Marie-Antoinette, etc. A certaines périodes lointaines, des reines n'ont pas hésité à commanditer des meurtres pour monter sur le trône ou accélérer l'avènement d'un fils ou d'un frère ! On n'en ait plus là, fort heureusement.

  • Ca dynamite, ça ventile, ça disperse façon puzzle

    L'atmosphère est tendue en ce moment. Plus que d'habitude je trouve.

    Sur le terrain politique, les candidats et leurs soutiens ne s'épargnent pas. Petites phrases, critiques gratuites et même les insultes. Tout est bon pour déstabiliser l'adversaire. Comme ce qui se passe actuellement entre Clinton et Obama : leur comportement a trouvé de l'écho en France ? Même Simone Veil avait réagi presque avec virulence lorsqu'elle avait appris le projet de parrainage par un élève de CM2 d'un enfant déporté. Le Premier ministre s'est aussi énervé face aux augmentations abusives des prix, du jamais vu !

    Ensuite, les salariés grévistes n'hésitent plus à interpeller brutalement les politiques. Le simple citoyen va même jusqu'à tutoyer le président ou l'insulter. Sur les forums Internet, ça devient l'anarchie. Les modérateurs ont du pain sur la planche. Quand vous parcourez les forums, les participants n'ont pas peur de se prendre durement à leurs interlocuteurs. On peut même en observer qui interprètent à leur façon les commentaires pour pouvoir répondre méchamment et ainsi avoir un prétexte de parler plus fort que l'autre.

    Le monde de la télé n'est pas épargné : Frédéric Taddeï menace de tout dire sur ce qui se passera lors de la commission sur l'image de la femme si les décisions qui en découleront ne modifient pas profondément la place des femmes dans la presse, la radio et la télé. N'oublions pas non plus les fans bretons de Tokio Hotel qui manifestent leur colère de ne pas avoir le plaisir d'applaudir leur groupe préféré.

    Il faut d'urgence trouver la soupape de sécurité avant que la cocotte minute n'explose.

  • La valse des étiquettes a vingt ans et le gouvernement a mit le temps

    Les prix augmentent et ce n'est pas nouveau. Pourtant, le gouvernement a l'air de découvrir le phénomène. Alors on lance des enquêtes et des études pour en avoir le cœur net. Cela laissera le temps aux marques de nier les ententes secrètes sur les prix et aux distributeurs de minimiser le phénomène ou au moins de renvoyer la balle à leurs fournisseurs, à la hausse du pétrole, aux taxes élevées sur les entreprises ou aux matières premières trop chères. Bref, c'est la faute à personne.

    Le phénomène a pourtant été étudié par le magazine 60 millions de consommateurs, a priori un magazine sérieux sur lequel le Premier ministre aurait pu s'appuyer. Et puis, pour s'en rendre compte, il suffit de faire ses courses : quand vous convertissez en francs français les étiquettes, ça vous fait froid dans le dos. Pour résoudre ce genre de problèmes, il faudrait que cela soit toujours du même côté que les efforts devraient être fournis. Non, chacun doit y mettre du sien, surtout les professionnels qui profitent de la situation. Mais le passage à l'euro n'a été qu'un révélateur du phénomène.

    Cela fait plusieurs années que le pouvoir d'achat est grignoté. Il y vingt ans, un chariot de cent euros débordait, aujourd'hui, cette somme suffit à peine à le remplir au tiers. Et inutile de faire étalage de chiffres : nous constatons tous en tant que consommateur l'impact sur nos porte-monnaies. Que la hausse soit de 40 % ou de 3 %, l'important est de souligner qu'il y a une hausse, et d'insister sur le fait que les hausses se cumulent chaque mois. Les commerces ne devraient pas être étonnés d'observer une baisse de la consommation : préférence des produits les moins chers, modération des achats impulsifs sur des produits dont on peut se passer, course aux bons de réductions, succès des cartes de fidélité des grandes surfaces, fraudes fiscales…

    Ce qui est grave, c'est que les achats du rayon numérique et technologique bénéficie d'une hausse, autrement dit, le consommateur sacrifie ses repas pour ses loisirs : la santé publique va encore une fois en prendre un coup. Pendant ce temps, les colis postaux disparaissent toujours très nombreux tous les ans : lien de cause à effet ?

  • Un salon où l'on cause

    En visionnant cette photo, le contraste m'a frappé.

    Un Nicolas Sarkozy fier comme un lion, heureux de pouvoir se montrer enfin au côté de sa bien aimée dans les occasions officielles. Le pied gauche sur le genou droit afin de placer une barrière de jambe pour protéger Carla et avertir le visiteur du danger s'il s'approche trop (au cas où le fourreau posé sur la table ne suffise pas à éloigner les intrigants). La montre bien en évidence pour indiquer que le président maîtrise le temps. En même temps, il se joue du sobriquet "bling-bling" qui lui a été donné dernièrement : Nicolas est joueur et n'en a que faire de ce que l'on peut dire sur lui pourvu que l'on ne s'attaque pas à quelqu'un d'autre que lui.

    Et à côté une Carla presque effacée, qui n'ose se faire remarquer : la peur d'une gaffe ? Cela dit, une photo n'est pas un résumé d'une conversation et les quelques mots qu'elle a prononcés ont pu être juste et toucher où il fallait pour les interlocuteurs. Des mains réunies comme une religieuse : une femme obéissante, discrète, douce et qui écoute. Et enfin, ce regard. Un regard qui en dit long. Accroche au photographe, une fenêtre vers l'extérieur pour quelques secondes de fuite de ce monde de protocoles, de règles strictes et minutées. Besoin d'extravagance. Notons toutefois la visibilité nette de l'alliance pour taire tout détracteur et crier une certaine fierté d'être la première dame de France. Une tenue vestimentaire sobre et élégante parfaitement en harmonie avec le jaune du canapé et du bouquet de rose qui prédomine sur ce cliché. Elle voudrait hurler son bonheur et son allégresse mais ne vous inquiétez pas, cela bouillonne en elle j'en suis sûr : Carla est Italienne.

  • Casse-toi sale virus

    Le rayon des logiciels anti-virus plus ou moins efficaces offre trop de choix et du coup vous ne savez plus comment choisir. Le premier reflex serait de se rabattre sur un logiciel de renom : mais non seulement celui-ci n'est pas donné et en plus il est lourd et ralentira votre ordinateur. Surtout pour d'hypothétiques virus. Vous aurez peut-être tendance à vous rabattre sur des logiciels gratuits téléchargeables sur Internet. Le danger est que l'on trouve de tout et n'importe quoi : dans la masse de ces gratuits, vous pouvez tomber sur un programme infecté. Alors, je vous donne un conseil simple : passez-vous en ! Le meilleur anti-virus qui existe sur le marché c'est l'utilisateur, son propriétaire. Il suffit, si l'on peut dire, d'adopter de bonnes pratiques. Je vous en donne cinq.

    Premièrement, le courrier électronique. Des règles simples vous permettront d'échapper aux agressions quotidiennes de personnes mal intentionnées. Supprimez tout courrier dont vous ne connaissez pas l'expéditeur et/ou tout courrier rédigé dans une langue autre que votre langue maternelle. La présence de caractères spéciaux ou que vous n'avez pas l'habitude de voir peut être un signe de méfiance. Vous devez également proscrire absolument tous les courriers vous demandant des renseignements personnels ou vous demandant de cliquer sur un lien au but identique. Sachez que votre banque ou votre assurance ne vous contacte jamais par mail et que les courriers en provenance des entreprises historiques de téléphone, de gaz ou d'électricité sont facilement identifiables.

    Deuxièmement, le téléchargement. Avec le haut débit et même très haut débit, il est devenu tellement facile de télécharger que l'on se rend même plus compte du danger. Logiciels gratuits, musiques, vidéos ou documents divers peuvent être sources de problèmes. Alors, limitez votre enthousiasme voire stoppez tout ! En plus, certains téléchargements sont illégaux et contre qui vous retourner en cas de souci ? D'abord, vous n'avez pas besoin tant que ça de logiciels gratuits : à part les plus connus et les plus rodés (les navigateurs Internet par exemple), évitez les. En ce qui concerne la musique, payez la ou enregistrez la à la radio ou sur une chaîne musicale de la TNT : les appareils de gravure à disposition comme les dvdscopes à disque dur de plus en plus abordables, votre soif de musique n'a plus de limite. La plupart du temps, vous aurez tendance à télécharger de la musique que vous n'écouterez sûrement qu'une seule fois. Télécharger un album entier pour une ou deux chansons, avouez que c'est beaucoup prendre de risque pour pas grand chose. Evidemment, il y a le plaisir de le faire, l'adrénaline qui monte…

    Troisièmement, les fenêtres Internet qui s'ouvre soudainement sans que vous ayez demandé quoi que ce soit : on appelle ça les "pop-ups". Une seule règle est à appliquer face à ces fenêtres : la fermer en cliquant sur la petite croix en haut à droite de ladite fenêtre. Surtout, ne pas cliquer sur un bouton "Annuler" ou "Fermer" qui peut être un piège.

    Quatrièmement, les supports externes de transport de fichiers tels que les clés USB. Ces clés, de plus en plus petites et d'une capacité de plus en plus grande, ont révolutionné la mobilité des fichiers. Mais en même temps, elles ont augmenté les risques. Avec ces clés, tout est possible : des documents simples aux fichiers multimédias, voire même aux logiciels, les virus peuvent y trouver plus de niches pour s'y cacher et apparaître sans prévenir. Là aussi, une règle simple, n'y mettez que les fichiers dont vous êtes sûrs de la provenance. Certaines clés maintenant sont fournies avec des petits logiciels de protection et de sauvegarde.

    Cinquièmement, les CD et les DVD. Oui, même avec ces supports le risque est possible. Je vous rappelle d'ailleurs que le risque zéro n'existe pas, l'informatique n'étant pas une science exacte. Comme pour les clés, les CD et DVD gravés qu'un copain ou un voisin vous a passé sont des foyers à maladie. Vous ne savez pas si l'ordinateur du copain ou du voisin est infecté ou non. Concernant les CD et DVD déjà pleins que vous vous procurez en magasin sont en théorie lavés de tout soupçon. Mais bon, on n'est jamais trop prudent.

    Pour finir, je vous conseillerai également, pour les plus initiés, d'effectuer de temps en temps la réinstallation du système. Soit avec un CD de restauration que vous aurez pris soin de créer lors de la première utilisation de votre ordinateur, soit avec un CD de système d'exploitation acquis indépendamment de la machine. Sous condition bien sûr de stocker ses données personnelles sur un disque dur externe. Cela permet de faire un nettoyage complet de l'ordinateur et de repartir avec un système purgé de fichiers que vous n'utilisez pas ou de virus non encore activés.

    Je vois déjà les protestations : les solutions préconisées peuvent être coûteuses. Oui, en même temps, ce ne sont que des conseils, rien ne vous oblige à les suivre. C'est vous qui voyez. Comme je l'ai dit au début, vous êtes le seul anti-virus efficace.

    Mais sachez que pour faire fuir un virus, il ne suffit pas de lui dire "Casse-toi pauvre con".

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu