Avertir le modérateur

  • Machin a vu bidule dire à truc que chose…

    Dans le langage populaire, on a l'habitude de remplacer beaucoup de mots que l'on ne retrouve pas, que l'on ne connaît pas ou qui nous semblent compliqués, par les termes passe-partout "machin", "bidule", "truc" ou "chose". Il va peut-être falloir changer nos habitudes linguistiques.

    Dans l'affaire du meurtre du pont de Neuilly, la personne mise en examen et condamnée à 18 ans s'appelle Marc Machin. Oui, j'ai bien dit "Machin". Les habitudes qui nous viennent d'outre-Atlantique qui consistent à porter plainte à outrance risquent de nous porter préjudice rien qu'en parlant. Imaginez : "C'est machin qui a fait ceci", "C'est machin qui m'a dit ça", etc. A chaque conversation nous frôlons la diffamation.

    Alors un conseil, réfléchissez avant de parler, surtout si les micros d'un plateau télé sont encore allumés...

  • Du sport de haut niveau à haut risque

    Il est toujours délicat de parler de conflit ou de religion quand on n'est pas spécialiste et que l'on ne veut pas se mettre à dos tous ceux qui se sentiraient offensés ou choqués par des propos maladroits. Je vais tâcher d'y aller avec des pincettes.

    Pour combattre un soi-disant ennemi ou un ennemi invisible, vous aviez le choix principalement entre le prétexte religieux et le prétexte énergétique. Je laisse de côté les guerres mondiales qui sont des périodes à part et dont les éléments déclencheurs sont plus complexes dans le sens où plusieurs facteurs ont été réunis. Le prétexte religieux est sans contexte le plus connu. Les guerres de religion et les croisades en sont les signes les plus représentatifs et les plus distinctifs. Malheureusement, c'est un prétexte encore bien répandu et il n'est pas propre à une religion mais bien usé par tous. Le deuxième est plus discret mais tout aussi dramatique. Beaucoup de régions du globe n'ont pas un accès facile aux sources d'énergie les plus élémentaires : soleil, eau, vent mais aussi pétrole et gaz. Il y a des millénaires déjà, un chef ou un souverain déclarait la guerre au voisin pour récupérer un fleuve et permettre les cultures. Concernant le gaz, nous nous rappelons les menaces de la compagnie russe envers l'Ukraine. La bataille du pétrole est plus sournoise car elle est bien souvent cachée par un autre prétexte plus noble et moins terre à terre : lutte contre le terrorisme ou assistance à un pays en guerre.

    Le XXIè siècle voit apparaître un nouveau prétexte : le sport. Pourtant, à l'origine, le sport était une occasion de trêve (d'où la naissance des jeux olympiques) ou de respect des traditions. Un nouveau virus est apparu : exprimer son désaccord et sa haine à l'occasion d'évènements sportifs. Vous aurez compris que je fais ici allusion aux exactions dans les stades de football et actions qui vont se manifester tout au long du parcours de la flamme olympique. Alors que le sport devrait être un moment de loisirs, de détente voire de spectacle, il devient le terrain de jeu d'individus malfaisants ou de personnes persécutées et opprimées. Le football est le plus touché dans l'hexagone car le plus populaire et le plus médiatisé, donc l'impact est plus violent et immédiat. Au-delà de la polémique d'organiser des Jeux dans un pays totalitaire, il faut prendre conscience des enjeux politico-économique qui se dessinent. Et cela, les manifestants l'ont bien compris et ne ils ne sont pas les premiers : "black power" aux Jeux de Mexico en 1968, attentat pendant les Jeux de Munich en 1972, boycotts des Jeux de Moscou en 1980 et Los Angeles en 1984.

    La balle est dans le camp des nations qui sont prises entre les accords économiques et les droits de l'homme. La diplomatie va devoir affronter plusieurs épreuves même s'il est peu probable que les autorités chinoises seront sensibles à toute cette passion qui se déchaîne devant eux. D'une façon générale, comment redonner aux sports sa dimension festive et le ramener à un niveau moins important : le sport doit rester du sport, rien que du sport, ce n'est que du sport et rien d'autre.

  • Filer à l'anglaise

    Finalement, que retiendrons-nous de la visite officielle du président et de son épouse en Grande-Bretagne ? Des chapeaux, des escarpins, de la tenue, des sourires, du protocole, des carrosses, une table de dîner de 55 mètres. Et quid des discussions avec Gordon Brown ? D'après les journalistes qui se sont intéressés à l'objet réel de cette visite, il en ressort des grandes lignes et rien de concret.

    Mais, n'oublions pas que ces visites permettent de tisser ou retisser des liens qui s'étaient quelque peu dissipés ces dernières années. Pour recomposer un tissu solide de liens diplomatiques et amicaux, rien ne vaut mieux que de filer à l'anglaise. On peut même penser que cette prise de contact est un prélude à un replacement fort de la Grande-Bretagne au sein de l'Union européenne et pourquoi pas une entrée dans la zone euro. Sinon, pourquoi les Anglais plus qu'un autre peuple ?

    Si vous étudiez bien la question, c'est l'un des rares pays du continent à ne pas s'être convaincu seul de changer de monnaie. Pourtant, d'après les sondages, de plus en plus d'Anglais sont favorables à l'euro. Les dirigeants sont-ils frileux ? La reine a-t-elle peur de perdre sa souveraineté ? Les Windsor ont pourtant des origines allemandes (Saxe-Cobourg-Gotha) et le nom de Windsor n'a été acquis qu'avant la Grande guerre par Georges V, pour faire plus anglais. On pourrait donc penser qu'ils soient favorables et plus ancrés dans l'Europe. Mais c'est encore un long processus.

    Si l'objectif de Nicolas Sarkozy est d'intégrer pleinement la Grande-Bretagne à l'Europe pour fragiliser l'axe particulier anglo-américain, il faudra encore multiplier les rencontres et les arguments pour arriver au but.

  • Nos anciens pètent le feu !

    L'Institut national d'études démographiques (INED) a publié ses derniers chiffres. Il y a en France 20 115 centenaires. Ils n'étaient qu'une centaine au début du XXè siècle. Outre l'augmentation de l'espérance de vie qui est passée à 84,5 ans pour les femmes et 77,6 pour les hommes, de nombreuses raisons ont permis une telle progression. Parmi celles-ci, la canicule de 2003. Oui, les conditions climatiques extrêmes de cette année qui avaient précipité plus de 15 000 de nos anciens dans la tombe, a permis aujourd'hui d'en sauver des milliers. C'est le paradoxe.

    En fait, depuis 2003, la surveillance s'est accrue, les Français font plus attention aux plus anciens. Le recensement mis en place par les mairies ou encore les visites régulières ont amélioré le dispositif d'alerte, décisif à ces âges. Toutes ces mesures, en plus des progrès de la médecine et des mesures de santé publique prises ces dernières années, ouvrent des perspectives inattendues de longévité. On peut même maintenant parler de "super centenaires" de plus de 110 ans, qui comptent aujourd'hui une centaine de personnes. Des chercheurs ont même trouvé qu'au delà de cet âge avancé, les risques de mourir ralentissent. Les conditions de vie ne dépendent plus de la personne elle-même mais de son environnement et des protections mises en place.

    A une époque pas si lointaine, nous croyions que la longévité était due aux conditions de vie de nos aïeux dans leur jeunes années : moins de pollution, la vie à la campagne dans un air pur, les dures conditions de travail qui les rendaient plus solides, etc. Bref, c'est une nouvelle culture de l'ancien qui ouvre ses portes.

  • Carla, reine des visites

    Un palais miniature démontable avait été installé en pleine forêt pour accueillir Marie-Antoinette sur le sol français. Elle entra en tant que qu'Archiduchesse d'Autriche, elle en ressortit en tant que Dauphine de France, future reine. Contrainte et débarrassée de tout ce qui pouvait la rattacher à son pays natal, elle était prête à rencontrer pour la première fois le roi de France et son fils. Pendant plusieurs jours, elle parcourut le pays en direction de Versailles, à bord d'un carrosse clinquant tiré par plusieurs chevaux. Difficile de passer inaperçue dans ces conditions et sa célébrité était en train de se forger dans les campagnes les plus reculées jusqu'aux grandes villes. L'arrivée de la Dauphine au Château le plus célèbre du monde fut l'un des moments les plus solennels de la "carrière" de cette jeune adolescente encore non habituée au faste et au protocole de la Couronne. La salle de réception était pleine et personne ne voulait manquer ce moment. Les femmes de la cour étaient revêtues de leurs plus belles toilettes, grandes robes, chapeaux imposants et bijoux les plus brillants. La curiosité était la plus forte. A quoi ressemblait donc cette future souveraine encore si jeune et innocente ? La noblesse présente ne fut pas déçue. Tous les regards étaient portés sur la jeune fille qui parcourait la grande salle lentement. Tout le monde était sous le charme, le roi le premier.

    Ce rappel historique rapide m'a été inspiré par la visite des époux Sarkozy à Londres. Accueil à l'aéroport, salut à la reine, trajet en calèche, dîner et discours, sont des traditions séculaires : le "bling bling" ne date pas d'hier. Le goût des grandes pompes et de l'exposition publique est un exercice particulier que les chefs d'Etat et leur suite ne rechignent pas à pratiquer. Tous les regards étaient posés sur Carla hier pour sa première visite à Windsor en tant que Première dame. Toilette sobre et chic qui pouvait rappeler à la fois l'élégance et le style d'une certaine Madame Kennedy, et la sobriété et la mode "étudiante anglaise" des années passées. Un style anglo-saxon qui n'a pas dû laisser indifférente la Reine. Carla a bien été conseillée. Le tout couronné par une petite révérence que tout le monde espérait. Madame Sarkozy n'a pas raté son entrée.

    Cette facilité et cette aisance sont des atouts pour les visites officielles. Certains pourraient parler de docilité en avançant l'idée que sa présence est un faire-valoir du président et facilite grandement les échanges et les accords futurs. Quoi qu'il en soit, notre Première dame, malgré sa discrétion, n'a pas fini de faire couler beaucoup d'encre et tous les chefs d'Etat vont se battre pour obtenir une visite officielle !

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu