Avertir le modérateur

Je voye, tu voyes, il voye…

Rien que de lire le titre de l'article, ça ne vous fait pas mal aux yeux ou aux oreilles comme une craie qui raye un tableau ?

J'ai encore entendu ce genre de faute de français aujourd'hui : "qu'ils le voyent". C'est affreux d'entendre ça. Ca fait mal à mes oreilles. Dommage qu'il n'y ait pas un correcteur orthographique oral comme il en existe un sur l'ordinateur, qui souligne en rouge ce qui ne va pas ou alors qui donne une baffe comme dans le film Les sous-doués. Pourquoi est-ce que beaucoup de gens s'obstinent à conjuguer voir ou être au présent en disant "il voye", "il soye" ou alors "ils voyent" ou "ils soyent". Ca n'a pas l'air de déranger grand monde vous me direz, parce que même des gens bien placés dans la société commettent la même erreur. Mettez-vous bien ça dans la tête une bonne fois pour toute : "voye(nt)" et "soye(nt)" n'existent pas !

SUBJONCTIF PRESENT
que je voie
que tu voies
qu'il voie
que nous voyions
que vous voyiez
qu'ils voient

J'en profite pour rappeler que "espèce" est féminin, on dit "une espèce d'andouille" aussi bien que "une espèce d'idiot" !
:D

Allez, je vous laisse, j'ai un peu de ménage à faire.

Nombre de lecteurs indéterminable, l'article est lu tous les jours

Commentaires

  • wech on sans ba la rasse deux ton articles

  • le "wesh, wesh" il se calme et arrête de faire exprès des fautes d'orthographes :p

  • Bonjour,
    La question est comme vous le dites: "comment se fait'il que tant de gens fasse cette érreur?". Cela doit avoir son origine dans la génèse de la grammaire francaise. Doit bien y avoir une raison, pour que même Louis-Ferdinad Céline, fasse cette erreure?

  • Oui, c'est tellement ancré dans notre passé, que cette erreur doit bien avoir une explication plausible. Il faudrait demander à des spécialistes. Peut-être que dans le vieux français, il y a quelques siècles, en écrivant "voye" on prononçait comme on écrivait.

  • La forme " voye " du verbe " voir " est apparue vers 840 Ap JC et s'est éteinte vers 1400 Ap JC. Donc je ne sais pas comment les gens peuvent encore utiliser ça aujourd'hui.
    Cela dit, tout comme notre ami plus haut, j'en profite pour signaler que " quelqu'un " est masculin et que l'on dit aussi bien "ce garçon est quelqu'un de très arrogant" que " cette fille est quelqu'un de très arrogant ".

  • MERCI MERCI MERCI!!!
    Personne ne me croyait quand je disais que "faut que je voye" n'existe PAS!RAAAAAAAAH dieu merci!!!MDR

  • Bande de nordiste !

  • Perso , je pense que sa viens des scriptes qui été payaient a la lettre , ils cassent les couilles , être idiot c bien aussi :)

  • Bien dit !

  • Je me permet d'intervenir, même après coup... "Il faut que tu voyes" ou ce qui s'y apparente existe bien, c'est juste que ça ne s'utilise plus, ça fait parti du très très vieux français mais ça existe tout à fait.
    Il y a beaucoup de mots ou de formes verbales qui ne sont plus utilisés aujourd'hui mais ça ne veut pas pour autant dire qu'ils n'existent pas, c'est juste devenu incorrect si ce n'est pas employé avec un discours en vieux françois! ^^
    Sur ce...

  • J'ai failli oublier!
    Je suis sur que moins d'un quart des gens qui ne disent pas "qu'on voye" ou autres sont capables d'écrire correctement "il faut qu'il voie"................................... En partant de là...

  • Merci Victor pour ces précisions, il est toujours utile que les lecteurs de mon modeste blog apportent des précisions contructives et non des agressions ou insultes gratuites, ça fait toujours plaisir.

    Pour en revenir au vieux françois, peut-on s'appuyer sur l'usage du "voye" à l'époque, étant donné qu'à cette époque, tout le monde parlait un peu comme il voulait ?

  • Voyiez !

  • Bravo, mille fois bravo, ça me fait plaisir de voir qu'il y a quand même des gens qui parlent français normalement !!! Mon prof de français (!) fait cette horrible faute et surtout, affirme que ça existe. Pour ceux qui en sont convaincus, tapez "subjonctif voir" dans google...

  • Céline utilisait "voye" et aussi "soye" dans voyage au bout de la nuit alors bon...

  • Ce sont les cordonniers les plus mal chaussés...

  • Eternel combat nordiste/sudiste, même si cette conjugaison du verbe voir n'existe pas, il n'empêche que cette expression est très utilisée dans le sud! Est-ce un héritage des langues d'oil et d'oc? Je laisse la dissertation aux linguistes. Peut-être que cela découle de la même bêtise qui pousse tous les français à appeler notre chocolatine du sud-ouest "pain au chocolat", alors que c'est tout sauf un pain, à la limite "croissant au chocolat"...

  • le francais est compliqué et certains ecarts comme ce fameux "voye" signifie tout simplement que c'est plus simple a prononcer.
    De plus c'est facile a conjuguer et tout le monde comprend alors je ne vois pas pourquoi on ne l'integre pas au francais alors que certain mots comme "kife" sont dans le dico depuis deja longtemps... ca moi ca me repugne "kiffe"...
    alors amis conservateur du francais, il est temps de simplifier cette langue ,a bas les doubles "ff", les "ph",les "qu" et autres "aient".
    je ne suis pas pro americain ou anglais (loins de la) ,mais la il faut avouer qu'en matiere linguistique ils ont vite compris que le plus simple serait le mieux.

    yanis brion

  • Dans la mesure ou Céline privilégiait la forme orale et familière du français dans ses écrits cette "faute" se comprend, puis ce n'est pas lui qui fait la faute mais les personnages qu'il fait parler qui d'ailleurs font plein d'autres "fautes" typiques du langage populaire de l'époque.

    Personnellement je sais pas si on peut parler d'une faute, ça ne me choque pas plus que ça: le français est une langue vivante, malléable.
    Je préfère largement ça à certains barbarismes empruntés à la langue anglaise.

  • Je poste ici car j'ai vu "il faut que je le vois" dans une BD (Universal War One, pour ne pas la nommer). C'était juste pour confirmer ma première impression.

  • Dans le cas d'un écrivain reconnu, la faute d’orthographe importe peu car c'est considéré comme une figure style. En effet, un écrivain ne peut pas se tromper ^^

  • Intéressante, cette discussion sur nostre langue qui, selon l'avis de l'un ou de l'autre, est ou doit être, dont on use ou dont on abuse, qu'on viole ou qu'on joue, en noir-et-blanc ou toute en palette… Mais, ayant résidé quelque temps proche de Soye (Doubs), permettez que je m'assoye d'humeur clémente sur mes propres marottes. N'y voyez aucune joyeuseté, et oyez plutôt ce pet dans la soye, car c'est ainsi qu'on apprécie mieux la culture. Avec ou sans vers. Agricole ou à gros traits.
    Clémente marotte… Au côté d'ycelle, je pense babiller le plus souvent, ô tristesse, sans accent particulier. Voilà pour l'oralité. Car je me refuse violemment, à l'écrit, à me laisser castrer de mon tonique accent capital, ce toupet qui orne le chef de mon initiale, et selon mon humeur, clin d'œil, rayon de soleil ou queue cométaire pour mes enluminures personnelles. Bref, en cette matière, je ne plaisante pas : j'ai le « é » grave, même tout majusculé. Et j'ai pour moi : la pratique de l'Imprimerie Nationale, le sourire des visiteurs pisciphiles du Palais des Congres, ou divers doctes ouvrages comme "le" Perrousseaux. Et j'ai contre moi : un XXième siècle de pratique dactylographique, et ça suffira bien assez.
    Et vous, cher M. Eric, est-ce par choix, par meuhgarde ou par empeuchement que vous vous initialisez sans diacritique ? Oraison pure ou funeste ? Et, question plus intime encore : vous le prononcez comment, votre prenom ? /ʁe.pɔ̃s/ en A.P.I. /ak.sɛp.te/.

    -- un Éric, parmi d’autres, et qui se demande toujours s‘il doit mettre une ou deux espaces après un point de ponctuation.

  • May I add a was-once-short comment about the previously said simplicity of english language (with a 'u' — not like in french). Thou shalt not say such, neither for spoken nor for written matter! A dutch poet, Charivarius, wrote in 1922 a now famous text, which I now rewrite :
    Dearest creature in creation
    Studying english pronunciation,
    I will teach you in my verse
    Sounds like corpse, corps, horse and worse.
    and so on for more than a bunch of pages. Try to ask an average English of your friends to read it. I could after the few easy ten or so first lines be more than surprised.
    However, for sure let's not confuse the cultural english from the elder Kingdom, quite a vernacular language, with the anglo-american lingua franca. Though even in this latter one, the doubling of the 't' in “latter” is meaningful. Among other tricky traps. My bet is that, in no more than two other centuries, people like the native Oxbridgians will have to learn the yet still named english international language, much as we Frenchies now do have to.

    Éco-traduction sur demande via « le gueux gueule en transe, l'a tord »

    -- Éric aka I'tok2U
    membre de l'Amicale Ultra des Calédoniens Anglophiles en Voi_x_ d'Extinction mais Avec hUmour.

  • Eric, pour répondre à ta question sur la ponctuation, le principe est de mettre un espace avant et après pour les signes dits "double", un espace avant ou après pour les autres.

    Pour les signes { [ ( il faut un espace seulement avant.
    Pour les signes ) , . ] } il faut un espace seulement après.
    Pour les signes ? ; : ! % & + = < > § £ € $ il faut un espace avant et après.

    Les signes / - sont particuliers.
    Pour / tout dépend le contexte, on écrira "1/4" mais "entrée / sortie"
    Pour - on écrira "porte-manteau" mais "3 - 2 = 1", en outre dans un dialogue, il y a un espace après le -.

    Quant à l'accent sur le "E" majuscule, j'ai pour habitude de ne jamais en mettre sur les majuscules, c'est peut-être un tort. Cela dit, je prononce quand même mon prénom "érik".

  • Je rebondis sur les question d'accent. On prononce bien "éric", et non "èric".

    Je parle de ça, car je remarque qu'autour de moi beaucoup de gens n'utilise pas les accents par ce qu'ils ne font pas la différence entre un accent grave et un accent aigu. J'ai toujours trouvé ça étrange, car pour moi, rien que d'oreille, je sais quel accent est adéquat. Je me suis ainsi souvent mis en situation de dialogue de sourd avec des gens.

    Quand je faisais de l'aide au devoir, je ne comprenais pas comment certains enfants pouvaient confondre "et" et "est". En dehors des règles de grammaire, je leur disais : " écoute bien ce que je dit - il est (è) allé - ou bien - Paul et (é) Virginie ". Le regard des enfants en disait long, pour eux c'était le même son. J'en parlais avec des amis qui passaient l'I.U.F.M. et certains avaient eux-même du mal à distinguer les deux sons...

    Après tout, c'était des enfants. Mais au travail, je retrouve les mêmes cas. Un collègue m'avait écrit un jour "collége" sur un plan. Je me suis un peu moqué de lui en disant : "Ah bon, tu allais au coll(é)ge toi ?". Il m'a demandé quel était mon problème. Quand je lui ai dit : "mais on dit coll(è)ge !", il m'a regardé assez vaguement en me demandant où je voulais en venir. Bref, pour lui aussi c'est le même son.

    Bien variée cette langue française. Moi qui pensait que la distinction entre "é" et "è" faisait parti du b-a-ba de l'apprentissage de la lecture et de l'écriture, je m'aperçois que ce n'est pas le cas pour tous.

  • Frédéric, il est des événements qui refusent de suivre La règle, même si la réforme de l'ostrograf et le laxisme inculturagé permettent l'écriture d'évènement. Ainsi va l'étrangeté de l'écriture dans ce pays féru d'universalisme et d'enrégimentement réglementaire.

    Frédéric, j'espère aussi que tu reprendras bien un brin de Petit Brun ? :-) Quant à devant le fin parfum plein des saintes enceintes, je me plains que le train des lambins se scinde plus qu'il ne s'en ceint, c'est un frein vers la fin.

    -- Éric, fier de son accent scriptural, et qui fait la différence entre un et une espace :-p

  • a

  • Moi aussi je dit "que je voye". Ca peut choquer pas mal de monde mais ça a existé! Donc, pourquoi pas le réutiliser.

  • L'écartellement aussi a existé, pourquoi ne pas le réutiliser !
    Je suis provocateur bien sûr, mais ce n'est pas parce que quelquechose a existé que c'était forcément bien.

  • Et aussi, "acratopège" a existé. Qui s'en souvenait à la fin du siècle passé, à part quelques fondus de l'inutile ? Puis, tout à fait subrepticement, il est réapparu. Plus aussi inutile ? Un vide à combler, signe d'une époque...

  • Ca va ça vient...

  • Aaaahhhh j'adore ça ! Quel plaisir de lire des phrases sans fautes d'orthographe à tous les mots !!!
    Personnellement, je suis venue sur ce blog parce que j'ai eu un "blanc" en écrivant un courrier : comment écrire "il faut que je voie/vois". Je n'ai jamais dit oralement "voye" mais j'ai souvent des doutes en écrivant certains mots (blocages datant de l'école primaire ...)
    En tout cas merci ! Une bonne bouffée d'air pour moi.
    Continuez ainsi.
    Cordialement.

  • De rien, à votre service !

  • Bonjour,
    Il est vrai que cette prononciation me hérisse le poil.
    Cependant avant de vouloir taper quelqu'autre et affirmer à tous qu'il s'agit d'une faute, il serait bon d'apporter des preuves.
    Or, des preuves ou des références, je n'en vois guère !

  • Je suis dans un bureau avec une collègue qui dit "voye", "voyent" ou encore "envoyent" à longueur de journée. Je suis à deux doigts de lui mettre une grande tarte dans la gueule.

    Pour me calmer, j'ai tapé "voye" sur Google, et je suis donc tombé sur cet article qui montre que d'autres gens ont les mêmes pulsions que moi et j'en suis ravi :-)

    Enfin, voir un article sans faute d'orthographe est devenu si rare que j'en ai apprécié toute la quintessence.

  • Je commence à comprendre le pourquoi d'une telle violence : dans "voye", il y a "aïe"… /Paf/! Même pas mal…

    Il serait d'ailleurs intéressant de tenter de corréler cette nouvelle fracture de notre société, à ces autres partitions séculaires qui sont tout autant irréductibles sinon dans le sang, comme "au matin, je trempe dans le café au lait ou-exclusif je croque-crac-croustille, ma biscotte, mon pain grillé", "l'œuf à la coque, je le perçe ou-exclusif je l'écaille", "l'œuf encore, mais cette fois cuit dur, je l'écaille ou-exclusif je l'écale", "ce mot, « œsophage », je le prononce [eu-zofaj] ou-exclusif [é-zofaj]" (voir la récente chronique de "Langue sauce piquante" des correcteurs du Monde sur l''œ', et ses nombreux commentaires ici "http://correcteurs.blog.lemonde.fr/2011/05/23/sous-la-cendre-e-o/"), etc. etc.

    Ceci dit, ce cher et frigorifique "jökull", vous le prononcez comment, vous ?

  • Je ne saurais vous donner une telle prononciation, je ne parle pas la langue dont il est issu :)

    Aztazt, je mets un point d'honneur à faire le moins de fautes possibles dans ce que j'écris, que ce soit sur Internet ou ailleurs. Je considère que l'orthographe est importante et qu'elle protège une langue.

  • Merci beaucouppour cette page, je pense que je fais cette erreur depuis toujours.
    J'étais en train d'écrire un sms et me posais la question sur l'ortographe de "voye"... En plus j'envoyais ce texto à une femme qui me plait bien. Ouf.

  • gaga!

  • Heureux d'avoir sauvé un couple !

  • C'est vrai que les fautes d'orthographe ou de syntaxe, au quotidien, ça peut taper sur les nerfs voire rendre dingue...
    Mais pour être honnête (et par aveu de faiblesse...), on s'y fait. On se dit qu'à l'ère numérique, à l'époque écrasante du 3.0, les vertus grammaticales de notre chère langue deviennent limite obsolètes. SMS, chats et "LOLisation" de l'écriture ont pris le dessus de façon évidente.
    C'est triste...vraiment ; mais inévitable.

  • Je l'avoue, je fais de temps en temps des fautes (surtout parce que je ne me relis que rarement) mais pour réagir, je ne pense pas que "voye" soit une si grosse erreur.. Du moins à l'oral (je ne l'utiliserai jamais à l'écrit "officiel") Il est alors à noter le schisme entre le Nord et le Sud, quelqu'un parlait un peu plus haut de l'accent, "é" et "è" je l'ai "étudié" pas plus tard que la semaine dernière, alors que certaines régions (notamment celles du Sud) on tendances à "oublier" comment les différencier, les régions du Nord y sont tatillons. Peut-être à cause de la prépondérance "paysane" de ces régions du Sud qui sont beaucoup moins à cheval sur l'écrit que le sont les "bureaucrates" du Nord (remarquez les guillemets je n'ai aucun préjugés, je viens du Sud, j'en suis fier, et j'aime le Nord) Ce n'est qu'un théorie, posée après la lecture de certains commentaires auxquels s'ajoute mes connaissances.
    Maintenant, doit-on décrier ces changements. Je ne le crois nullement. En effet la langue française mérite d'être protégée, mais pas contre elle même... Si certains mots changent au point d'effacer leurs racines, ces changements méritent d'être corrigés, si un mot français et remplacé par son anglicisme, ce changement mérite d'être enrayé. mais qu'un mot oral revienne... Ce n'est franchement pas pertinent de le condamner, tant qu'il n'inonde pas les textes officiels, les dictés des élèves et le discours des journalistes et des politiciens, il ne mérite pas, je pense, d'être autant décrié.
    Rappelez-vous que la langue français change en permanence, sans quoi elle ne serait pas aussi riche qu'elle l'est aujourd'hui, et qu'elle s'enrichit tant à l'écrit qu'à l'oral.
    A bon entendeur. Salut

  • Excellent et passionnante lecture tant au niveau de l'article que des commentaires !
    J'étais en quête de savoir quant à l'utilisation du "voye" d'où mon arrivé ici.

    C'est une chose qui me tient à cœur (hacker ? :p) aussi bien à l'orale que à l'écrit et qui m’aie souvent reproché étant donné ma manie de reprendre plus ou moins constamment les gens sur leurs fautes d'orthographe ou de conjugaison (du moins celle que je ne fais pas moi-même) !

    Cordialement.

  • Merci pour ce commentaire qui fait plaisir.
    A très bientôt !

  • Etant du sud, j'ai toujours entendu "qu'il voye" "que je le voye" "qu'ils se voyent...". J'ai posé la question à une tante, agrégée de lettres, qui m'a répondu que bien que la grammaire officielle ne soit pas celle-ci, il n'y avait aucun problème à utiliser cette formulation qui vient de l'ancien français.

    Le français a beau être une langue codifiée officiellement, il n'en reste pas moins que des formes orales existent réellement malgré leur non-existence officielle. Exemple :

    "Par contre" n'existe pas : pour autant, si vous interrompez les gens en disant :

    -" Tu viens de dire 'par contre', c'est une faute, ça n'existe pas, il faut dire 'En revanche' "

    , vous allez passer pour Sa Majesté le Roy des Emmerdeurs et des Sodomiseurs de Mouches (cf. l'expression "Enc.... les mouches" qui signifie "pinailler") et surtout, vous lutterez contre la logique d'une formulation tout à fait commune pour le locuteur français.

    Je mets le "qu'il voye" sur le même plan, tant cette forme est plus seyante à l'oral (permet de distinguer les troisièmes personnes du singulier et du pluriel par exemple) Pour le subjonctif ça permet une distinction plus évidente avec la forme indicative (surtout pour des verbes du 3ème groupe) : On dit "que je doive", "qu'il faille"... pour moi, la forme "qu'il voye" répond aux même règles, du moins à l'oral, puisque malgré tout, personne ne l'utilise à l'écrit.

    Mais surtout, comme tous les emprunts à l'ancien français ou aux expressions désuètes, je pense que ça donne une teneur plus soutenue au langage. En clair, j'ai l'impression de passer à un registre "administratif et neutre" plus courant lorsque je dis "que je voie" au lieu de "que je voye". Une forme de snobisme peut-être...allez savoir.

    Tout ça pour dire :
    -Il faut que je vois cette meuf que je kiffe.
    -Il faut que je voye cette fille dont je me suis entiché.

    L'une de ces phrases est correcte et l'autre non. Eh ben je choisi celle qui est incorrecte...

  • (Et évidemment, pardon pour les fautes, j'en vois).

  • IL parait qu'elle est splendide la fille-meuf ? J'espère que que tu l'as entraine dans une belle spirale enivrante pendant ce beau weekend
    Ceci dit, il ne faut pas trop se capillotracter sur l'orthographe le française d'aujourd'hui est déjà l'ancien de demain.
    Peut-être même pouvons nous dire que le français d'aujourd'hui est déjà ancien avec la réforme de l'orthografe....
    L'essentiel est de jouer avec les mots, surtout à l'oral.... l'oral est une poésie qui conduit à l'imaginaire et"je voye" c'est tellement plus chantant que "je voie"

  • Aïe. Non ! Même ici certains défendent le "voye".

    C'est vraiment insupportable et ce n'est absolument pas "plus soutenu" ou "snob" comme le pense Clem.
    J'aurais écrit :
    -"Il faut que je voie (avec un "e" c'est mieux) cette fille dont je suis tombé amoureux."

    Je suis pourtant jeune et on pourrait me qualifier de "3.0 compliant", il n'en est pas moins que je respecte grandement notre belle orthographe et notre belle grammaire.

  • Merci Aztazt pour ton témoignage.
    N'hésite pas à corriger tes camarades !

  • Pour répondre à d'autres contributeurs.
    "Voye" est peut-être du vieux français, il n'en reste pas moins que ça fait mal aux oreilles d'entendre de telles formulations.
    Dans cette logique, tout ce qui vient de temps anciens est encore utilisable ?
    La condition féminine par exemple à l'époque de ce vieux français, je doute que votre tante veuille revenir en arrière sur ce point !

  • Au passage pour Allan :

    [...] C'est une chose qui me tient à cœur (hacker ? :p) aussi bien à l'orale que à l'écrit et qui m’aie souvent reproché étant donné ma manie de reprendre plus ou
    moins constamment les gens sur leurs fautes d'orthographe ou de conjugaison [...]

    => qui m’EST souvent reprochéE

    :)
    Cordialement.
    Pascal

  • Hm, sérieusement, faites vous exprès de parler de manière "précieuse" pour passer pour des intellectuels? Selon vous le niveau d'esprit et ce qui va avec se résume donc au talent de faire de la masturbation intellectuelle sans fin? Non sérieusement, je suis pour que la langue française demeure une belle langue, et qu'elle soit écrite sans erreurs, mais de là à faire des phrases tiroirs pour converser et passer pour de l'élite, ça en devient ridicule... Faut pas aller aux extrêmes, ça marche des deux cotés! Sur ce, un adolescent de 17 ans, féru de notre belle langue, bien à vous!

  • la langue change et evolue
    pas d'accent sur mon pc Japonais^^;
    juste pour dire
    c pas la peine de s'enerver.

  • Il ne faut pas considerer cela comme une faute en tant que telle. C'est un glissement de l'ancien francais dans le francais moderne. Et il ne faut pas oubler que le Y est un i grec. Il faut tout simplement dire aux usagers de cette forme qu'elle est caduque.

  • Arthur, si je donne l'impression de parler de manière "précieuse" ce n'est aucunement pour passer pour un intello mais simplement parce que j'aime cette langue et qu'elle est assez riche pour que l'on trouve les mots justes et adéquats pour exprimer notre pensée. Surtout que je ne sais même pas ce qu'est une phrase tiroir !

  • bon certain sont choqué quant ils entendent "voye" et bien il y en a qui sont encore plus choqué d'entendre " kiffe " qui est pourtant pour certain correct

    il faut ce dire que c'est l'usage qui codifie la grammaire de demain et part conséquence je continuerais d'utiliser "voye" en espérant que celui-ci redevienne d'usage correct comme il était jadis(car mon oreille préfère le "voye" au voie).

    c'est un peu comme le débat entre "autant pour moi" et "au temps pour moi"
    personnellement j'utilise le "Autant pour moi" qui est tout a fait correct...

  • La problématique avec le mot "kiffe" n'est pas la même qu'avec "voye".
    Pour "voye" c'est un problème aussi bien à l'écrit qu'à l'oral.
    "Kiffe" c'est "kiffe", ça s'emploie correctement. Son apparition dans le dictionnaire est un autre débat, mais il n'y a pas de problème de prononciation ou d'utilisation.

    C'est pareil avec "Autant pour moi" (ou "Au temps pour moi"), à l'oral ça ne pose pas de problème !

  • Bonjour
    Je ne suis pas tout à fait d'accord.
    Apparition du mot "kiffe" est un débat au même niveau que la disparition de "voye" dans la langue "officielle" je parle de officielle au même titre que "au temps pour moi" (sans pour autant rentrer dans le détail car tout est au même niveau avec leurs propre débats)

    Le vrais fond du problème c'est que les académiciens choisis les termes à ajouter et a retirer au dictionnaire selon la vulgarisation de la langue sans forcément concerte les personne concernées.
    Il apparait donc les faits suivant :
    - "voye" a été supprimé bien qu'encore largement utilise dans certaines régions, ce terme tant à disparaitre à cause des correcteur orthographique qui pousse les utilisateurs à se remettre en question alors que l'emploi de ce terme n'est en sois pas une hérésie
    - "kiffe" a été rajouter alors qu’à l'origine il n'a pas été importé par des personnes voulant parler français, il a donc été utilisé dans certaines agglomérations et c'est rependus, on peut en conclure que c'est le langage utilisé par les "grande" agglomérations qui tend à donner un sens aux dictionnaires de demain>

    Pas convaincu?
    Reprenons "autant pour moi"
    De vieille expression tente à montrer que c'est bien comme cela que cela s'écrit
    Voir "autant pour le brodeur" ce terme est bien plus ancien que le terme "au temps pour moi" des temps des exercices militaires... (Je ne rentre pas dans les détails mais voilà la raison plus que probable)
    Le commandant a l'origine du terme a déjà entendu l'expression et un mélange un peu hors de contexte c'est produit au moment où il a dit la phrase, on en serait rester la si il n'avait pas été commandant, et cette nouvelle version de expression a eu l'avantage d'être portée par des militaires qui comme on peut s’en doute on facilement diffuser cette écriture par leur déplacements et part la position respectable.

    en conclusion il n'y a pas de terme black listée, si ses terme sont compréhensibles et suffisamment diffusée ils apparaitront ou réapparaitront dans le dictionnaire au bon vouloir des académiciens, ça sert à rien de ce battre il suffit juste d'avoir suffisamment d'argument pour justifier les mots que nous utilisons et qui ne sont pas dans le dico, ce que l'on peut dire pour ce défendre c'est qu'il y as des mots qui apparaisse et disparaisse tous les ans et que cette fluctuation est dû à nos utilisation de tous les jours, si vous ne voulez pas qu'un mot disparaisse du dico il faut l’utiliser, si vous voulez qu'un mot apparaisse dans le dico il faut l'utiliser et savoir le vendre.

    À quand le retour de "voye" et "autant pour moi" ? et bien tout dépend de vous car rien est jamais acquit

  • Et "voie" ce prononce "voaille"? Ou bien c'est aussi une faute de dire "pour qu'il ne "voaille" pas son visage" ? ._.

  • Bonjour
    On m'a repris récemment car je dit moi-même "il faut qu'il voye"... je suis donc tombé sur cette page, et suis contente que le débat dure depuis 4 ans et est lu tous les jours.
    Personnellement, je "paye" plutot que je "paie" et les 2 orthographes et prononciation existe, non ?
    J'aimerais connaitre votre avis là-dessus (sauf si c'est pour me dire que vous avez envie de me mettre une tarte, comme lu plus haut...)
    A la revoyure !

  • Non, je ne me permettrais pas de vous mettre une tarte, on ne joue pas avec la nourriture :)

    Concernant "paie" et paye", effectivement, il est préférable de dire "paie" pour "je paie" ou "je paierai". On dira en revanche "j'ai payé".
    Dans le même style, on dit plutôt "fiche de paie".

  • "Pour répondre à d'autres contributeurs.
    "Voye" est peut-être du vieux français, il n'en reste pas moins que ça fait mal aux oreilles d'entendre de telles formulations.
    Dans cette logique, tout ce qui vient de temps anciens est encore utilisable ?
    La condition féminine par exemple à l'époque de ce vieux français, je doute que votre tante veuille revenir en arrière sur ce point !"

    On tombe dans le péché mignon de la reductio ad mentem retograditum et bla bla bla? C'est un peu la même démarche qu'une reductio ad hitlerum.

    certes je ne fais pas de latin mais l'idée se comprend non?

  • re: le commentaire précédent était pour Eric, juste pour dire que la démarche argumentaire me paraissait un peu limite.

    J'aime bien les réponses avec des vrais arguments, des qui sont en argument véritable, pas en carton.

  • Bonjour,

    j'entends souvent cette façon de prononcer le verbe voir au subjonctif. Et - oui - ça choque mes oreilles. A force de l'entendre ces derniers temps par des personnes qui n'entendent rien à l'orthographe, je dois prendre sur moi pour ne pas les reprendre. Alors, j'entends bien qu'il y a une différence entre le Nord et le Sud qui expliquerait en grande partie cet emploi. Le problème, c'est que je percevais "voye(s/nt)" comme une tentative ratée de "montrer que je maîtrise le subjonctif". Bien que certains "voyent" la forme "voye(s/nt)" comme une forme "chantée", moi je les entends plutôt comme une forme "criarde" - les préjugés ont la vie dure. Encore donc une différence de perception liée à nos terroirs qui n'est pas prête de prendre fin, sauf à vouloir se conformer au Littré.

  • si je vais, il faut que j'aille
    si je vois , il faut que je voye

    ces consonnances proches n'expliquent elles pas que l'on continue d'employer cette forme ancestrale ?

    voie ou voye j'aime les deux, une chance pour moi

  • @clovis : vous avez gagné le point Godwin... punctum Godwin, devrais-je dire !!!

  • je ne voie pas le problème de dire , ils voyent ... au moins on sait que c'est au pluriel la langue française est loin d'être parfaite ,même si elle est belle ! De plus si les gens accepte "Kiffer" ,je ne voie pas pourquoi je ne dirais pas "voyent".

  • A Eric : qu'est-ce qui vous permets d'affirmer qu' "il est préférable de dire "paie" pour "je paie" ou "je paierai", ou "fiche de paie"."?

    Personnellement je préfère dire je paye, fiche de paye et je balaye.

  • Au Luxembourg on nous apprend le français et tous les jours on entends ou lit des fautes partout et surtout des français qui apparemment ne savent pas comment prononcer, conjuger, ou même écrire leur langue.
    Biensûr dans le temps tout le monde a parlé un peu comme il voulait et cela n'est pas une excuse pour un viol de la langue française.
    Le " il faut qu'on voye ", on l'entend tout les jours et cela fait mal au oreilles.

    Vous devriez tous avoir honte, surtout sur le fait de discuter de cela sur un blog.
    En plus je sens que je me suis rabaissé à un niveau intellectuel tellement bas, juste en répondant à cet blog, que je vais devoir adopter votre nouvelle conjugaison subjonctive du verbe " voir ".

  • Effectivement, pour paie, il y a une exception. "Paie" et "paye" peuvent s'employer sans problème dans tous les vas.

  • Bonjour,
    et bien tout comme vous je suis parfois, non pas irrité, disons légèrement dérangé par certaines tournures de phrases, expressions voir façon de prononcer certains mots. Dans le cas présent, c'est votre phrases " ça fait mal à mes oreilles" ...un peu comme j'ai mal à mon bras au lieu de j'ai mal au bras.
    À vous relire ça ne vous choque pas?

  • C'est trop tentant…

    Oui, je suis d'accord : là, ça torture le tympan, ici, ça raye la rétine… Disons deux fois sérieusement, en mettant de côté ponctuation et espacement. Et comme vous le dites : « à vous relire, ça ne vous choque pas ? »
    Ce qui n'enlève rien au fond de votre propos, auquel j'agrée a posteriori, ni à la compréhensibilité de la phrase épinglée, ce qui est bien l'essentiel, non ?

  • Peut-on aborder le sujet "malgré que" ? Je manque l'évanouissement dès que j'entends cette horreur...

  • Bonjour,

    Etant du sud-est près de Toulon, j'ai toujours utilisé (qu'il voye/qu'il paye) sans aucun problème. En fait, je n'entends quasiment jamais l'autre version (qu'il voie/qu'il paie). C'est ça qui est étrange à mon oreille car chez nous, la première version prévaut.

    Dire donc qu'il s'agit de fautes, que ça triture vos oreilles, c'est particulièrement offensant. Nous ne sommes pas des Français de seconde zone ;)

    Cordialement

  • Je trouve que Joyce du Luxembourg nous prend un peu trop de haut! Tu n'as pas à nous rabaisser c'est notre langue! Pas la tienne, on en fait ce qu'on veut! Jamais je ne dirais à un Allemand ou à un Anglais qu'il parle mal sa langue ou qu'il l'écrit mal! Je suis ni du nord ni du sud et je n'ai jamais entendu "je voie", Juste "je voye". Si les règles de français étaient moins compliquées, moins de fautes seraient commises. Surtout que maintenant on doit apprendre un maximum de choses en un minimum de temps. Si vous trouvez des fautes dans mon texte je suis bien content, ça en occupera certain.

  • Bon on va recadrer les choses, "je voye" c'est de l'ancien Français, une façon de conjuguer du 19e siècle, si c'est choquant de nos jours c'est bien parce que notre langue a évolué vers une simplissime conjugaison...

  • Désormais, l'Académie française a validé l'expression "faut qu'on voye".... et ne s'est pas arrêtée là... lire pour croire:

    http://www.legorafi.fr/2014/05/21/lacademie-francaise-valide-finalement-ils-croivent-et-faut-quon-voye/

    Bonne soirée à tous les francophones (quant à moi, vous vous en douterez, je en suis pas un... mais je sympathise..)

  • Pour ma part, j'enseigne le français à Moscou et j'y organise des clubs de conversation. Je me suis notamment passionné pour la conjugaison du français. C'est dire que j'ai creusé le sujet de ce fil de conversation.

    Et je ferai une différence bien nette en terme de correction entre dire "ils voyent/croyent" et "ils croivent".

    Si vous dites vous-mêmes que la conjugaison "ils voyent/croyent" relève de l'ancien français, c'est qu'elle relève bien du français tout de même. Puisqu'aujourd'hui, nous avons le choix d'écrire "me trompé-je" ou "me trompè-je", les deux accents étant considérés comme valables, pourquoi ne pas laisser également aux locuteurs du français, natifs ou non, d'écrire et de dire "ils voyent/croyent" ou "ils voient/croient" comme bon leur semble. La compréhension du propos n'en souffre pas. Comme expliqué par certains plus haut, la version "populaire" est même plus claire puisqu'elle permet de distinguer à l'oral les 3ème personnes du singulier et du pluriel.

    Bref, si vous admettez qu'on puisse dire et écrire "ils paient" et "ils payent", vous devez admettre en toute logique également "ils voyent" et "ils croyent". Et merde aux correcteurs d'orthographe et aux censeurs de la langue en tous genres !

    En revanche, "ils croivent" relève d'une faute ignominieuse (qu'à ma grande honte je me souviens avoir moi-même commise un soir que j'étais fatigué) puisque cette forme correspondrait au choix à un verbe "croiver" (1er groupe) ou "crevoir" (3ème groupe).

    Et si simplifier la langue et son orthographe, c'était aussi laisser le choix à ses utilisateurs, là où c'est possible sans que sa logique et donc sa compréhensibilité ne se perdent, de l'écrire et de la parler comme bon leur semble ? Les francophones semblent particulièrement stricts par rapport à leurs voisins quant au respect de la norme officielle de l'orthographe même quand c'est celle-là-même qui est en décalage avec la logique de la langue (cf le "s" de "je vais") et la réalité de son utilisation. (cf "par contre")

    La Table Moscovite vous salue bien :-)

  • vu que l'Académie française vient de l'accepter, "ils croivent" n'est plus une faute ignominieuse, mais une nouvelle forme à laquelle il faudra bien s'habituer... :D

  • J'écris juste, mais je parle "faux"... Et pourtant, pourtant c'est bien ainsi que j'ai appris à dire : "Les gens croi[y]ent", ou "il faut que je voi[y]e". Je ne peux m'en empêcher, parce que si je ne le disais pas ainsi, ce serait pour moi comme si j'écrivais "Les gens croit" ou "il faut que je vois", bref, une horreur à mes oreilles... Je me suis demandé d'où cela me venait, et j'ai écouté mon père, ma mère, mes grands-parents, des gens instruits, qui écrivent bien... Eux aussi disaient ainsi !

    Mais n'y a-t-il qu'un seul Français ? Qui décide de ce qui est juste ou pas ? Cette petite faute, qui a sa logique, est-elle vraiment une faute ou ne serait-elle pas la trace, comme je me plais à le croire, d'un régionalisme ou d'un archaïsme ?

    Et puis je rêve... J'imagine ces normateurs conservateurs qui, à une autre époque, auraient hurlé contre Montaigne pour avoir osé écrire en roman plutôt qu'en latin, se seraient arraché les cheveux devant l'abandon progressif des marques de cas, la disparition du g à la fin de "témoing", auraient déploré que l'on se mette à dire "cette" au lieu de "ceste", "celui" à la place de "cestuy", auraient maugréé contre ceux qui auraient pris la mauvaise habitude d'employer le très disgracieux "au cas où" alors que le bon vieux "en cas que" est tellement plus juste et logique...

    J'aime ma langue, je m'amuse de ses pièges et de ses fanfreluches, j'aime sa grammaire, après l'avoir longtemps détestée, et j'aime son orthographe délicate. Mais d'un autre côté, je ne peux m'empêcher de penser qu'elle est vivante et qu'elle ne peux cesser d'évoluer à moins de mourir. Bref, je suis partagée.

    Et je tranche en continuant à dire "voi[y]e" dans les cas où j'écris le verbe "voir" sous la forme "voie" ou "voient", et "croi[y]e" dans les cas où j'écris "croie" ou "croient". C'est mon héritage.

  • Chacun voit midi à sa porte mais je garde ma conviction, "voye" et "soye" me font mal aux oreilles, je n'y peux rien, c'est comme ça ! C'est que ça doit être la mauvaise prononciation.

    Prendre Legorafi.fr en exemple est cocasse, la plupart de leurs articles sont à prendre au 15è degré car faux. Ce sont souvent des blagues dignes d'un 1er avril.

    L'Académie française confirme bien ce que je dis : http://www.academie-francaise.fr/la-prononciation-de-voient

  • Si l'on suivait la logique de certains "on disait ça comme ça avant alors on peut encore", alors on pourrait dire :

    "Cumpainz Rollant, l’olifan car sunez :
    Si l’orrat Carles, ferat l’ost returner,
    Succurrat nos li reis od tut sun barnet. »
    Respont Rollant : « Ne placet Damnedeu
    Que mi parent pur mei seient blasmet
    Ne France dulce ja cheet en viltet !
    Einz i ferrai de Durendal asez,
    Ma bone espee que ai ceint al costet :
    Tut en verrez le brant ensanglentet.
    Felun paien mar i sunt asemblez :
    Jo vos plevis, tuz sunt a mort livrez"

    Vous avez tout compris je pense puisque c'est du Français.

Les commentaires sont fermés.

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu