Avertir le modérateur

  • Pour un public Averty

    L'autre jour dans l'émission Mots croisés présentée par Yves Calvi, j'écoutais attentivement les intervenants débattrent du droit de grève puis ensuite des salaires mirobolants des grands patrons quand je me surpris à décrocher un peu de leurs propos. Mes yeux se mirent à errer dans l'arrière plan de cette image animée et sonore. Derrière, le public installé écoutait, tous ces gens avaient les yeux braqués sur les invités. Certains avaient l'air hagard, d'autres discutaient entre voisins de chaises. Je ne réfléchissais plus sur les sujets intéressants du débat mais sur ce que pouvaient vivre ou subir ces hommes et ces femmes triés sur le volet. Ecoutaient-ils réellement ce qui se disait ou leurs pensées s'attardaient-elles sur les quelques célébrités qui s'y trouvaient ? Parfois ils souriaient, parfois ils présentaient le masque du clown triste, mais jamais un tic ou une mimique du visage qui pouvait les trahir sur leurs opinions. On ne pouvait pas savoir avec qui ils étaient d'accord.

    Remarquez, ce n'était peut-être pas la seule émission de télévision à laquelle ils participaient. Il existe aussi dans ce domaine des habitués, des personnes qui en font leur passion. On peut les imaginer aller d'un plateau à l'autre, d'une émission de variété à une émission politique. Du coq à l'âne. La plupart des plateaux étant situés à la plaine Saint-Denis, il est facilement possible de passer la journée à applaudir et de rester assis des heures durant. Mais, n'est-il pas incongru de pratiquer un tel marathon ? On doit ressortir dans un drôle d'état après avoir enchaîné une émission débattant des femmes battues, puis d'applaudir les bonnes réponses d'un candidat puis d'écouter religieusement l'invité principal politique démontrer par A+B que son plan de contre relance est le meilleur. Tout doit sûrement se mélanger dans la tête. Dans la nuit qui suit, les rêves commencent à broder d'invraisemblables situations avec une Martine Aubry répondant aux questions de culture générale de Julien Lepers !

    Finalement, faire partie d'un public à la télévision doit être assez épuisant aussi bien du côté cerveau que du côté fesses.

  • Un billet sous réserve

    Cela fait déjà plusieurs mois que le site de réservation de la SNCF plante régulièrement et obtenir un billet devient presque le parcours du combattant. Je me suis donc penché sur le problème afin de détecter les petites failles (défaut professionnel) qui nous permettent de passer outre en appliquant quelques astuces d'internaute. Il faut persévérer et être plus malin que le site pour y arriver. Le sujet est de circonstance aujourd'hui (sourire).

    D'abord, pour accéder au choix du billet, ne restez pas sur la page d'accueil, mais sélectionnez plutôt la page de saisie d'un trajet en train. Au besoin, mettez ce lien dans vos favoris pour y accéder plus rapidement.

    Ensuite, je vous suggère fortement d'appliquer les principes suivants :
    - séparer l'aller et le retour
    - ne sélectionnez pas forcément la gare la plus proche de chez vous car peut-être peu sujette aux arrêts mais sélectionnez une gare un peu plus grande et un peu plus loin (sauf si personne ne peut vous emmener ou venir vous chercher), vous pourriez gagner en temps de trajet et en choix de trains
    - Pour les très grandes villes ou les aéroports, ne saisissez pas le nom exact de la gare
    - si vous souhaitez arriver rapidement, privilégiez les TGV (si possible), sinon prenez les TER ou les Corails, deux à trois fois moins chers
    - dans la saisie d'un trajet, effectuez plusieurs recherches pour une même date mais pas pour une heure de plus et vous obtiendrez éventuellement des trains et des tarifs différents.

    C'est maintenant qu'il est conseillé d'être patient et d'être positif. Saisissez vos critères : gare de départ, gare d'arrivée, date et heure de départ et carte de réduction éventuelle. Si vous voulez passer par une gare en particulier, spécifiez-la avec "Trajet via…". Cliquez sur "Rechercher". Si un message vous prévient que par suite d'encombrement, votre demande ne peut être satisfaite, recommencez : en insistant deux ou trois fois, vous accéderez à la liste des trains correspondants à votre demande.

    A partir de la page qui liste les trajets correspondants à votre demande, il faut être astucieux. Ne cliquez pas sur "Trains suivants" mais partez d'abord du principe de faire une sélection des trains qui pourraient éventuellement vous intéresser. Donc, cliquez sur le tarif du premier choix de train, indiquez si besoin votre préférence de placement, puis cliquez sur "Valider cet aller". Répéter ces opérations jusqu'à obtenir une liste de trajets dans la page qui récapitule vos choix (nommée "Votre choix de voyage"). Dans cette liste, il vous suffit de procéder par élimination en supprimant les trajets qui s'avèrent les moins intéressants.

    Il se peut que pour un même trajet à la même date, à une même heure, les tarifs soient différents. Procédez de même pour le retour. Ainsi fait, vous aurez trouvé les trajets qui vous conviennent le mieux aux tarifs les plus intéressants.

    Pour finir, je conseillerais d'éviter l'impression à domicile du billet, plus difficile à se faire rembourser et qui doit être utilisé par la personne dont le nom est inscrit dessus.

  • Patriote un jour, Américain pour toujours

    "Ladies and gentlemen, the President of the United-States !". Rien qu'en prononçant ces mots, la personne peut déclencher une hystérie de milliers de personnes. Alors que le pays connaissait depuis quelques mois une certaine instabilité politique, une certaine désunion entre ces habitants, une image déplorable dans le monde, la magie d'une élection a opéré. Avez-vous remarqué comment un pays peut se rassembler autour d'un homme en un coup de baguette magique ?

    Nous avons eu droit ce 20 janvier 2009 à une leçon de patriotisme dont seuls les Américains ont le secret. Tous les symboles que l'on connaît à travers le cinéma ou la télévision étaient réunis. Le drapeau américain à foison qui flotte sur les devantures, les façades, les voitures officielles et les défilés. Un drapeau qui rend fier tout Américain dès qu'il le regarde. La symbolique de la famille traditionnel : un papa, une maman, unis par le mariage, et deux enfants légitimes. Tous réunis avec le sourire devant les caméras. L'appel à la Nation avec des discours au patriotisme exacerbé qui réchauffe les cœurs. Les symboles historiques et ces références au passé, un passé récent car le pays est jeune, mais un passé fort en évènement. C'est par exemple très astucieux d'utiliser la Bible de Lincoln.

    Enfin, les prières avant de manger et avant de prêter serment. La séparation de l'Eglise et de l'Etat n'est pas possible aux Etats-Unis tellement le religieux est partie prenante jusqu'au représentation même du pays avec son billet vert marqué d'un "In god we trust". Une formule qui ne gêne pas les athées ou ceux d'une confession différente. Quand il s'agit d'argent, la tolérance peut être infinie ! Connaissez-vous un Etats-unien qui ne fasse pas partie d'une communauté (terme très utilisé outre-atlantique) et qui participe à des "messes" où un prêcheur distribue sa bonne parole, parfois dans les limites du politiquement correct ? Qui n'a pas entendu un Américain dire "grâce à Dieu" ? 

    Bref, tout ce qui peut servir à un chef d'Etat lorsqu'il a besoin de soutien populaire. Mais est-ce que ce sera suffisant pour tenir quatre ans ? La magie et l'état de grâce vont vite retombés. Rappelez-vous que le discours appellant aux valeurs de Bush sur les ruines du World Trade Center n'a pas tenu longtemps l'opinion défavorable. En l'espèce, le patriotisme n'a pas duré longtemps.

    Il va falloir maintenant convaincre par les actes. Les fibres et les valeurs américaines sont et resteront des valeurs sûres pour quiconque voudrait se faire une place sur le devant de la scène. Mais seules, elles ne retiennent pas longtemps les critiques et les détracteurs. Il faut aussi du talent et des réussites. La déception est proportionnelle à l'espoir suscité.

    Pour finir et puisque Obama a une certaine affection pour Lincoln, voici quelques citations de ce grand homme :
    "Mieux vaut ne pas changer d'attelage au milieu du gué",
    "Presque tous les hommes peuvent faire face à l'adversité ; mais si vous voulez tester la capacité de quelqu'un, donnez-lui le pouvoir",
    "Aucun homme n'a assez de mémoire pour réussir dans le mensonge",
    "Vous ne pouvez pas aider le pauvre en ruinant le riche",
    "Un bulletin de vote est plus fort qu’une balle de fusil".

  • Nicolas le jardinier

    Connaissez-vous ce conte chinois ou japonais, je ne sais plus, dans lequel un haut dignitaire du pays propose la main de sa fille à celui qui saura enlever toute la crinière d'un cheval ? L'histoire est simple. Donc, un haut dignitaire, peut-être l'empereur, est prêt à marier sa fille au plus valeureux et au plus malin de ses sujets. Il faut pour cela, enlever toute la crinière d'un cheval sans que ce dernier s'en rende compte. Evidemment, les candidats ne manquent pas. Un tel mariage et c'est l'avenir assuré. Chacun leur tour, les prétendants tentent leur chance. Mais à chaque fois, le cheval n'apprécie guère les méthodes d'arrachage employées pour y arriver. Et puis, arrive un jeune homme, bien sous tout rapport. Il s'approche de l'animal et lui parle. Tout en lui parlant, il le caresse doucement et à chaque caresse il enlève un crin. Et ainsi, au bout d'un certain temps, voilà le cheval sans crinière et sans une ruade. L'empereur ne peut que constater la réussite de cet homme modeste et tient sa parole.

    Ce conte pour vous illustrer ce qui se passe actuellement en plus haut lieu de notre pays. Nicolas Sarkozy, empereur selon le magazine Le Point, applique cette stratégie depuis qu'il a été élu. Petit à petit, il met en place les pions et sème la désunion parmi les adversaires à sa politique ou à ses ambitions. On se rappelle de la nomination de DSK au FMI, de celle de Eric Besson au gouvernement mais il y en a des nouvelles de temps en temps. Patrick Devedjian nommé ministre de la relance pour l'occuper ailleurs qu'au sein du parti et lui passer l'envie de mener une quelconque campagne. Xavier Bertrand nommé à la tête de l'UMP pour couper l'herbe sous les pieds de Jean-François Copé qui se voyait déjà en haut de l'affiche. La constitution des listes européennes avec Michel Barnier et Rachida Dati, élégamment et gentiment poussée vers la sortie car trop impopulaire dans l'opinion publique.

    Françoise Laborde, syndicaliste à France 2, opposée à la suppression de la publicité comme elle l'a elle-même annoncé lors d'une interview dans le Parisien Dimanche, nommée au CSA afin qu'elle ne puisse plus intervenir à cause de ses nouvelles fonctions. Reste Christine Kelly, elle-même syndiquée, qui s'était présentée à la dernière élection prud'homale sous l'étiquette CFTC je crois, nommée aussi au CSA mais je ne vois pas pourquoi : préparait-elle un livre sur une affaire comme elle a l'habitude de le faire ? Etait-elle opposée à un quelconque projet du gouvernement ? L'avenir nous le dira peut-être.

    Toujours est-il que notre président est un fin renard qui n'a de leçon à recevoir de personne en matière de cuisine politique, tellement il a eu de mauvaises expériences au cours de son parcours. On attend toujours la nomination de Jack Lang comme ambassadeur à l'ONU. Une a résisté au courroux du chef, c'est Rama Yade. Probablement jugée politiquement incorrecte, poil à gratter de la dynastie sarkozienne, elle avait refusé de se consacrer aux élections de juin prochain. Elle avait bien compris le pourquoi du comment.

    Ainsi va la vie politicienne en France, Nicolas cultive les oppositions et les désaccord pour mieux régner. En continuant ainsi, il devrait récolter les fruits de ses efforts dans trois ans. Attention cependant aux caprices du temps lors des Saints de glace : un petit coup de gèle peut contrecarrer les plans.

  • Minigolfs sur Wii

    Après la multiplication des jeux de golf sur Wii (WiiSport, Tiger Wood, Panga, …), des jeux de minigolfs sont maintenant disponibles. Vous avez le choix entre Carnival Minigolf et Crazy Mini Golf. J'ai eu l'occasion de tester les deux et je vous livre mes impressions.

    Carnival Minigolf
    Plusieurs parcours à déloquer vous sont proposés dans cette version. Chaque parcours est composé de trois trous. Mais Carnival Minigolf n'est pas un minigolf ordinaire comme vous avez peut-être eu l'occasion de pratiquer en extérieur le dimanche après-midi. Ici, en plus de gagner des pièces de monnaies (touchées par la balle), vous gagnez des objets (cannes et chaussures extravagantes) et vous devez éviter certains pièges. Chaque parcours a son niveau de difficulté mais tous possède un raccourci qui permet d'envoyer la balle directement dans le trou, en un coup. Ce raccourci se décline sous forme d'un petit jeu. Cela va du ramassage des œufs du poulailler jusqu'au tir de canon sur un bateau adverse en passant par le maintien en vol d'un ptérodactyle ou même du tir sur des fantômes. Ce minigolf n'est pas difficile une fois que vous avez attrapé le coup mais il est assez ludique et agréable à jouer. Les graphismes sont de très bonnes qualités. Lorsque vous jouez à plusieurs (jusqu'à quatre), vous choisissez une combinaison de trois parcours. Précision et sang-froid sont requis pour ce jeu.

    Crazy Mini Golf
    Ce minigolf est très différent du précédent. Il est composé de quatre parcours de 18 trous chacun. La difficulté va crescendo : quand vous réussissez le premier, c'est-à-dire que vous réalisez le par ou en dessous, vous débloquez le suivant et ainsi de suite. Ce minigolf est un peu plus standard même si là où vous devez parfois passés est déroutant. Passages sur des passerelles, envois de la balle par des rampes ou des cibles agrémentent et rendent plus difficiles le parcours. Par contre, si ce jeu est plus difficile, son graphisme n'est pas terrible : visibilité à travers les souterrains ou les troncs d'arbres, pieds des personnages qui rentrent dans le décor. En outre, le passage d'un trou à l'autre est long. Précision et force tranquille sont de mises pour cette version.

    Sachez qu'avec ces deux jeux, vous passerez de bons moments. C'est donc à vous de voir ce que vous souhaitez privilégier : le côté ludique et graphique du Carnival Minigolf ou le côté parcours complet et difficile du Crazy Mini Golf.

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu