Avertir le modérateur

  • La fête chez mes voisins

    Ce mardi 26 mai 2009 au soir, c'était l'opération "Immeubles en fête", anciennement "Fête des voisins". Comme chaque année, je m'y suis préparé. Pour 2009, j'ai même cuisiné au lieu d'acheter tout fait. Etant donné que j'ai un beau robot de cuisine avec un superbe bol en inox, il fallait bien que j'en profite.

    J'ai d'abord commencé par une sorte de gâteau breton, très simple à réaliser. En fait, comme je voulais faire des meringues, il me fallait une autre recette qui m'évitait de jeter bêtement les jaunes d'œufs. J'ai donc trouvé ce gâteau. Mélange de farine, de sucre, de beurre fondu et de jaunes par mon robot, et voilà un pétrissage qui se fait tout seul. Il n'y avait plus qu'à remplir le moule en silicone (rond avec un trou au milieu) et l'enfourner en chaleur tournante pendant 45 minutes. Largement du temps pour préparer les meringues : blancs d'œufs et sucre. Malgré un séjour dans le frigo, la pâte à meringue ne s'est pas figée. Elle s'est étalée et ce sont des meringues plates qui en sont ressorties. Cela n'a pas empêché qu'elles soient bonnes. Et puis, en voyant le peu de meringues réalisées, j'ai décidé de les garder pour moi, je les emmènerai vendredi chez ma sœur.

    Arrive l'heure fatidique. Peu après 19 heures, je descends pour voir s'il y a du monde. Je sors, je vois la grille du porche (sous l'immeuble) ouverte et j'entends des gens discuter. Alors, je remonte rapidement chercher mon gâteau et le jus d'orange. Un gâteau que j'avais entre temps couvert de pâte à tartiner et de vermicelles au chocolat. Je reviens dehors, il tombe quelques gouttes. Mais voilà pas qu'en arrivant, j'ai la surprise de ne trouver personne. Mais où sont-ils passés ?? Je n'allais pas faire tout le tour des appartements pour les débusquer. Tant pis ! Je porterai le gâteau au boulot et mes voisins n'auront rien, na !

  • La religion en pratique

    Des élus américains interpellent la France au sujet des droits individuels à la liberté religieuse. La Milviludes (Mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires) recommande dans son dernier rapport la création d'une liste des pratiques sectaires à risque. Des membres du Congrès américain s'inquiètent des actions que pourrait mener le gouvernement contre les libertés religieuses. Bizarrement, ça me fait sourire. Les Américains, grands défenseurs des libertés. 

    Leur liberté commence d'abord par les symboles et les protocoles. Sur les billets de banque, il est écrit "In God we trust" ("En Dieu, nous croyons"), c'est-à-dire que si vous n'êtes pas croyant, c'est comme si vous n'existiez pas. Si vous ne croyez pas en un dieu, vous êtes obligés de supporter cette devise à chaque fois que vous payez. Lors de son investiture, le président élu des Etats-Unis doit jurer sur la Bible. Le président n'a donc pas la liberté d'être d'une confession différente ou d'être athée. Autre symbole, le sceau des Etats-Unis. Sur le recto, il y a l'aigle et sur le verso, il y a une pyramide inachevée surmontée d'un œil rayonnant : "l'Oeil de la Providence". Un œil que l'on retrouve aussi chez les Francs-maçons (d'ailleurs, deux Francs-maçons américains ont participé à l'élaboration de ce billet vert en 1935) et dans la Déclaration des droits de l'Homme de 1789 (qui, faut-il le rappeler, a été écrite durant une époque où le religieux avait encore une place importante dans notre société française). Cet œil est celui de Dieu qui exerce une surveillance sur l'Humanité. Encore une fois, une religion est imposée à tous. 

    Ensuite, dans la pratique et les comportements, qu'est-ce que l'on observe ? Tous les reportages, quelque soit le sujet, effectués sur le sol américain nous montrent certaines images et certaines déclarations. Il y a toujours un interviewé qui fait référence à Dieu du genre "Grâce à Dieu", "Je remercie Dieu pour…". Une parenthèse sur le terme de "communauté", employé en abondance chez l'oncle Sam : tout le monde fait partie d'une communauté là-bas, des cloisonnements qui frisent la ghettoïsation. Et chaque communauté base sa vie et son fonctionnement sur une confession ou une croyance. Ce qui peut en théorie, faire autant de religion qu'il y a de communauté. On peut y voir aussi de temps en temps un prêcheur dans une église bondée qui y fait des sermons tonitruants les yeux fermés, presque en trans. Un prêcheur qui a toujours un livre à vendre en fin de messe ou qui passe régulièrement à la télévision. Un prêcheur qui va de quartier en quartier dans sa belle voiture brillante. Des espèces de grands gourous. Parfois, il arrive que l'un d'eux demande pardon en larmes d'avoir trompé son épouse. Et que dire de ses manifestants, à l'effectif risible, qui arpentent en tournant en rond sur les trottoirs avec des panneaux insultants ? Des gens qui ne respectent pas la liberté d'autrui et qui veulent imposer leurs pensées uniques. Je pense notamment aux anti-IVG. Ne nous éternisons pas sur le Klux Klux Klan. Et puis, autre détail, on trouve une Bible dans chaque chambre d'hôtel. 

    Voilà donc la liberté à l'Américaine. 

    Qu'est ce que ces élus américains appellent une religion ? La Scientologie qui dépouillent sans limites ses membres et qui leur impose un lavage de cerveau quotidien et qui les privent de libertés de mouvement et de pensée ? L'Ordre du Temple solaire qui n'hésitent pas aux sacrifices en masse de leurs adeptes ? Le suicide par le feu d'hommes, de femmes et d'enfants dans une ferme de Waco ? L'attentat au gaz sarin dans le métro de Tokyo par des membres Aum Shinrikyo ? Le mouvement raëlien qui se proclame médecin en affirmant avoir cloné un humain ? A moins que ce ne soit les viols répétés de Gilbert Bourdin dans son organisation "Les chevaliers du lotus d'or" qui prédisait l'invasion d'extraterrestres ? Soyons sérieux deux minutes et demandons à ces sénateurs de balayer devant leurs portes avant de s'occuper de ce qui ne les regardent pas.

    Il n'est pas inutile de vouloir protéger les plus faibles et les plus vulnérables de certaines pratiques. Je dirais même que c'est de notre devoir. La France a raison d'imposer certaines règles et de mettre la pression sur d'obscurs personnages. Les sectes créent des dégâts catastrophiques dans les consciences de leurs victimes. De mon avis personnel, la définition d'une religion est simple : une religion ne doit en aucun cas imposer quoi que ce soit à ses membres. Une religion doit pouvoir se pratiquer à la carte. Une religion n'a pas vocation à gouverner mais à proposer un point de vue ou une philosophie de vie. En résumé, le caractère facultatif d'une religion est fondamental.

  • Un petit pain pour l'homme

    Nos amis outre-atlantique ont envoyé dans l'espace des champignons. Plus exactement des levures. Le but de la manœuvre est d'étudier les infections de l'espace dont les astronautes sont parfois sujets lorsqu'ils s'envoient en l'air joyeusement pour nous rapporter de jolies photos de la planète Terre. Il est certain que partir aussi haut pour chopper une maladie à la noix est bête, quand on sait qu'il suffit d'aller en Amérique du sud pour contaminer toute la planète.

    Donc, voilà la NASA qui va jouer aux apprentis sorciers au-dessus de nos têtes. Je ne ferai pas de commentaire sur le coût de l'opération pour soigner trois pelés et un tondus quand des laboratoires chipotent pour des recherches sur des maladies dites "rares". Car il faut contrebalancer avec le fait que vu le nombre d'astronautes, de cosmonautes ou de spationautes capables de remplir de telles missions, il vaut mieux ne pas les perdre. Mais je pense plutôt à la vie de cette levure. Imaginez, si la réalité rattrapait la science-fiction et la bande dessinée. Dans un album du célèbre reporter Tintin, des choses étranges se passent : des araignées géantes, des fleurs immenses et des champignons énormes qui explosent.  Voilà ce qui pourrait peut-être arrivé dans cette navette laboratoire. Car après tout, la levure n'est-elle pas faite pour gonfler, comme dans nos brioches et autres soufflets ?

    J'imagine les titres des journaux : une navette de la NASA explose à cause d'une levure trop cuite. Après tout, il faut s'attendre à tout avec les scientifiques.

  • Du lait, des œufs, une omelette norvégienne

    Ce week-end a été fort en émotion.

    D'abord, le déversement de litres de lait par les producteurs. La consommation ayant baissé, ils vendent moins et en plus à des prix qui ne leur permettent pas de gagner leur vie comme ils le pensaient. Le lait est un produit important pour le développement du corps et riche en nutriment. C'est grâce à ça que j'ai des os costauds. Alors, quand je vois tous ces litres déversés dans les évacuations, ça ne me laisse pas indifférent. Je me souviens du temps ou l'on pouvait boire le lait directement sorti du pis de la vache. Un lait encore chaud et très riche qui n'avait pas besoin d'être complété par du sucre ou du cacao. Bon naturellement. Aujourd'hui, il est vrai que celui qui nous est vendu dans le commerce est fortement "épuré". Mais il reste quand même un produit bon pour la santé, je dirais même indispensable. Surtout que tout le monde n'a pas accès équitablement à ce produit.

    Ensuite, et il y avait longtemps que ça ne m'était pas arrivé, j'ai été ravi de la victoire de la Norvège à l'Eurovision de la chanson. Cette chanson m'a plu dès que je l'ai entendue. Avant même les votes, j'ai immédiatement senti que cet Alexander Rybak, inconnu en France, tenait la première place entre ses mains et sa voix incroyable pour ce jeune de 23 ans. Fairytale, une chanson composée par lui-même, entraînante, dynamique et à la chorégraphie originale. Il n'y a pas de secret pour gagner à ce concours, il suffit d'éviter de chanter raide devant son micro une chanson qui endort tout le monde. Certains devraient s'en inspirer. J'ai envie d'ajouter que ce n'est pas une question de charisme de l'interprète, mais de tout le reste. Le choix du titre reste primordial dans ce genre d'évènement. J'oserais dire que la renommée de l'artiste pourrait être un handicap. La France a fait l'erreur stratégique en pensant plaire aux pays de l'Est. Mais l'Eurovision n'est pas une élection politique, c'est un concours à part où le chauvinisme prime. Ce qu'il faut retenir, c'est que tant que nous resterons dans la chanson soporifique à souhait, nous n'aurons aucune chance.

    La poule aux oeufs bleusEnfin, la dernière émotion est venue de l'émission 30 millions d'amis samedi dernier. Un propriétaire de poules nous a fait part de la particularité de l'une de ses pensionnaires : elle pond des œufs bleus. Oui, des œufs bleus. Mais attention, pas systématiquement, cela représente une quinzaine par an. Parmi les œufs bruns, il y a donc un œuf bleu, un bleu très pâle. Cette curiosité a été soumise à des spécialistes. Cela pourrait être du à un manque de cholestérol ou alors parce que la poule a hérité des gènes d'une race de poule, l'Araucanas, qui pond des œufs bleus. A moins que ce ne soit l'alcool le responsable. Ah oui, je ne vous ai pas dit, ladite poule habite le Calvados.

    Je finirais mon article par du football, juste une parenthèse car je ne suis pas un spécialiste et puis non plus un aficionado. Les Lyonnais ont gagné ce week-end, barrant la route aux Marseillais pour la première place. Ils s'offrent par la même occasion la possibilité de participer à la Ligue des champions (si j'ai bien tout compris). Peut-être qu'en n'étant pas champions de France, ils pourront mieux se concentrer sur cette autre compétition.

  • Elle est morte Adèle

    Ce matin, en me rendant au travail, j'ai croisé sur mon chemin un pigeon sans tête. Je n'y ai pas vu un mauvais signe, ça ne m'a même pas traversé l'esprit. Les oiseaux de mauvais augure sont généralement des corbeaux. Bref, un corps bien entier mais sans tête. Guillotinée la pauvre bête, pourtant Henri IV n'est pas mort de la sorte ce 14 mai. Cet oiseau ne demandait rien à personne et le voilà coupé dans son élan. Je l'ai appelé Adèle, pour lui donner un semblant de dignité.

    Une réflexion m'est alors venu dans mon esprit encore embrumé. La destinée d'une célébrité peut changer du jour au lendemain. Oui, les réflexions du matin sont étranges parfois mais nul besoin d'appeler l'hôpital psychiatrique pour ça. Alors qu'elle connaît le succès, elle disparaît tragiquement en plein envol. Des stars qui occupent le devant de la scène et qui deviennent des mythes rien qu'en quittant le bas monde. Je pense notamment, dans l'ordre chronologique de disparition, à James Dean, Marilyn Monroe, Mike Brant, Claude François ou Dalida.

    Débutantes ou étoiles montantes, ces vedettes n'auraient peut-être pas traversé le temps et les générations si leur fin tragique n'avait pas été aussi… tragique. Je veux dire par là, est-ce que le fait de mourir subitement en plein succès n'a pas comme figé leur renommée ? De même que Toutankhamon mort à même pas 20 ans, ils ont laissé leur marque indélébile. Alors qu'ils ne sont même plus là depuis des décennies, leurs chansons ou leurs films n'ont pas perdu de leurs attraits pour le public. Faut-il mourir jeune pour entrer dans la postérité et obtenir le succès que l'on pense mériter ?

    L'homme de théâtre Roger Planchon vient de nous quitter à 77 ans. Quand vous avez appris la nouvelle, votre réaction n'a-t-elle pas été "Ah ?", l'air de dire, "Tiens, je l'avais oublié celui-là". Alors que pour notre Cloclo national, ça a été une foule immense en larmes. Aujourd'hui encore, des fans viennent verser leur petite larme sur sa tombe. Est-ce que vous voyez ce que je veux dire, hein ? Dîtes-moi si je ne suis pas clair. Observez les retours des vieilles gloires qui tentent de percer de nouveau dans le métier, vous savez "Age tendre et têtes de bois". Ceux-ci sont encore en vie mais ils ont du mal à relancer chacun leur carrière avec les nouvelles générations. Si Sheila était décédée pendant son tube des rois mages, elle serait sans doute devenue un mythe.

    En outre, à l'époque de ces grandes idoles parties trop tôt, la médiatisation était moindre et pourtant, tous se rappellent d'eux. Aujourd'hui, vous retombez dans l'indifférence totale aussi vite que d'arriver sous les projecteurs. Les stars Kleenex se ramassent à la pelle, surtout à la Star Ac' ou à la Poubelle Star. Je ne suis même pas sûr que de mourir sur scène aujourd'hui vous fait entrer dans la postérité.

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu