Avertir le modérateur

  • Techno dense

    Il n'arrive pas un jour ou une semaine sans qu'un nouveau produit du rayon technique ne sorte sur le marché. Mais faut-il pour autant se jeter dessus ? Voici mes commentaires sur les nouveaux produits ou ceux à la mode. Cela n'engage que moi.

    Le cadre numérique. C'est le cadeau idéal quand on ne sait pas quoi offrir. Anniversaire, mariage, crémaillère, tout est bon pour refourguer l'album photo magique à ses hôtes. Au début, tout le monde s'extase avec des "oooh", "aaaah", des rires ou de l'émotion devant les photos du petit dernier qui défile devant les yeux. Et puis les jours passent. Le cadre reste souvent éteint ou au pire, il est hors service, prend la poussière et ne démarre plus. Il a finit sa vie aussi rapidement qu'il l'a commencée. On retourne vite feuilleter les albums photos papier.
    L'appareil photo numérique compact étanche. Cet appareil compact, j'insiste sur le dernier terme, n'est pas un appareil photo professionnel pour aller en haute mer. Souvent de couleur très vive, vous hésiterez à vous promener avec en ville. Au début, vous prendrez les joies familiales dans la piscine ou en bord de mer, la petite nièce qui passe sous les jambes, l'aîné avec son tuba en train de chercher la boucle d'oreille de sa sœur, le plongeon du tonton qui éclabousse tout le monde. Mais voilà, les loisirs aquatiques ne durent pas toute l'année et à part prendre les mêmes photos tous les ans, cet appareil va vite resté au fond du tiroir. C'est dommage, parce qu'il peut quand même servir à photographier même s'il n'y a pas d'eau ou alors quand il pleut.
    Le caméscope sur DVD. Cela semblait un concept intéressant : filmer directement sur un DVD lisible immédiatement dans n'importe quel lecteur de DVD. Idéal pour les personnes non férues de montage vidéo. Le problème est qu'il y a pas mal d'inconvénients avec cette technique : DVD spéciaux donc à certains prix, disques non réinscriptibles, durée d'enregistrement courte, impossibilité de supprimer les scènes inutiles. Bref, du cinéma brut de décoffrage et une collection de disques qui peut vite prendre de l'ampleur.
    Le vidéoprojecteur. J'ai un avis mitigé sur cette machine. J'ai rien de spécial à redire. Mais il faut plutôt être un passionné de cinéma et posséder une vidéothèque conséquente pour apprécier le cinéma sur très grand écran à domicile. Parce que regarder le journal télévisé ou sa série préférée tous les jours avec un tel dispositif n'est pas très pertinent et contraignant : mise en route, installation, ouverture de l'écran, pénombre... En outre, il faut un certain recul pour apprécier la projection et du budget pour changer l'ampoule (entre 200 et 500 euros).
    Le lecteur Blu-ray. Nouvelle norme des DVD, le Blu-ray tente de s'imposer sur le marché. Mais avait-on besoin d'une meilleure qualité alors que la précédente, toujours la plus répandue, suffit largement à regarder la majorité des productions cinématographiques ? Je vais prendre pour exemple le premier Disney, sorti en 1937, "Blanche Neige et les 7 nains". Nous avons tous été bercés par les Disney non "informatiques", fabriqués dans les règles de l'art avec de vrais crayons et du vrai papier. Comparez la version 1937 avec la version remasterisée. La différence va vous sauter aux yeux et la magie va s'estomper avec le Blanche-Neige numérique. Le grain du dessin, la gestuelle des personnages, le son "gramophone". Le Blu-ray n'est, je crois, pas adaptable à tout. Parfait pour les films à gros budget à effets spéciaux époustouflants. La numérisation va aplanir et rendre tout uniforme, c'est dommage. L'image sera trop belle pour être crédible. En vidéo, la vraie révolution sera la 3D dans notre salon. A ce moment là, les films anciens et nouveaux vont prendre une autre dimension, c'est le cas de le dire, et ce sera une redécouverte.
    Le smartphone. Ce téléphone super équipé, plein d'applications, a connu un succès fulgurant, surtout avec l'iPhone. Les gens ont fait la queue des heures et des nuits pour être les premiers à en posséder un. Un vrai bijou de technologie, les heureux propriétaires ne peuvent plus s'en passer. Il faut dire que l'on peut beaucoup avec : faire le niveau, trouver un vélo, jouer aux échecs, localiser un ami, chercher le titre d'une chanson, minuter la cuisson de son œuf, etc… Il y en a plus de 90 000. Cela fait beaucoup je trouve, juste pour un téléphone…
    Le GPS. Alors, le GPS, il n'y a rien à redire. C'est très pratique, utile pour beaucoup de personnes qui font de longs trajets ou pour les professionnels. Là où je trouve que cela devient superflu, c'est lorsque des personnes qui font toujours le même trajet, ou pour faire cinq kilomètres, vont l'allumer systématiquement. Ne dîtes pas "pfff, n'importe quoi". Je connais une personne qui s'en sert dans ce cadre et je pense que ce n'est pas la seule. Pour aller chez son marchand de journaux, ce n'est peut-être pas nécessaire.
    Le livre électronique. Les fabricants souhaitent que cet objet devienne incontournable et indispensable. Les éditeurs moins… Là, il y a deux parties qui s'affrontent : les puristes du livre papier et les autres. Il est indéniable que le livre électronique peut apporter des fonctionnalités intéressantes : marquer la page, écrire des notes, surligner, copier, coller, etc… Mais où est le plaisir de tenir un livre et de tourner les pages, de sentir le "neuf" à l'intérieur de la reliure ? C'est à chacun de voir.
    La station météo. Qui n'a pas sa station météo sur un buffet ou un rebord de fenêtre ? Un coup d'œil suffit pour savoir comment s'habiller et s'équiper. Mais un coup d'œil par la fenêtre également…
    Le scanner. Le scanner a gagné un second souffle avec l'arrivée des imprimantes multifonctions qui permettent la photocopie. Mais en lui-même, quel intérêt de scanner alors que n'importe quel appareil photo numérique peut le remplacer au pied levé ? Tout est devenu plus facile : prise de vue et transfert sur l'ordinateur. Il y a double emploi entre les deux appareils, l'un des deux perdra le combat.
    Le WiFi. Cette technique de transmission est indispensable dans la rue ou dans un train. Mais chez soi, elle peut devenir problématique avec les coupures et les ruptures de connexion. Le WiFi est tributaire de tout ce qui passe dans les airs et de ce fait, la connexion devient fragile et vulnérable. En outre, le piratage par WiFi est tellement facile qu'il est préférable de privilégier le filaire quand on est chez soi. Là, vous me dîtes qu'il y aura un problème de portabilité des appareils, de distance. Moi je réponds : CPL, courant porteur en ligne. Transformez votre réseau électrique (fermé) en réseau internet. C'est simple, sécurisé et fiable.
    La DS XL. Sortie récemment, la console de jeu portable grossit et propose un écran plus large que la précédente. Génial ! Plus de plaisir à jouer, plus de confort, plus de lisibilité. Bref, que des avantages. Sauf que… Nintendo annonce déjà la sortie d'une DS en trois dimensions, la 3DS. La version XL risque d'avoir une vie courte et les heureux propriétaires qui se sont précipités dessus risquent d'être déçus de ne pas avoir attendu. Eh oui, il ne faut pas se précipiter sur les nouveautés…

  • Régionales 2010

    La victoire de la Gauche n'aura échappée à personne je crois ce dimanche 21 mars à 20 heures. Les résultats du 1er tour ne laissaient d'ailleurs pas présager d'une autre issue. Pendant que les responsables politiques préparent leur discours dès 18 heures, parce que à cette heure-ci on connaît déjà les résultats, les ténors se préparent à intervenir sur les plateaux télé avec leurs petites phrases, de circonstance dans ces moments là. Et qu'attendre d'eux à part toujours les mêmes débats stériles sans renouveau ?

    Inversez les résultats, et vous trouverez exactement le même principe qui s'applique dans ces moments là. Du côté des perdants, on tente tant bien que mal de minimiser la victoire écrasante des gagnants. Trop d'abstention, la crise, c'est tout juste s'ils nous disent pas qu'il y a eu malentendu. Sortez vos mouchoirs. Du côté des gagnants, on s'en prend à la majorité (expression des plus cocasses quand la France est quasi teintée de rose), on attaque la politique et les injustices de cette politique présidentielle.

    Mais il y a unanimité au moment de gérer le "après". Les Français envoient un message d'après tous les spécialistes assis autour de la table. Il parait qu'à droite comme à gauche, tous ont compris l'inquiétude et la colère des électeurs. Ca ne vous rappelle rien tout ça ? Si ! Ecoutez à nouveau les anciens soirs d'élections : tous sans exception sont assortis des mêmes analyses, à croire qu'ils ne savent rien dire d'autres. Et le pompon est attribué à… François Fillon pour son analyse fine et sans appel : "Nous entendons l'appel et le message des Français mais nous ne changeons rien", car on fait ce que l'on veut, na ! Ai-je envie d'ajouter.

    Il est vrai qu'il n'y a pas grand-chose à faire vu que ce ne sont que des élections régionales. La Droite aurait remporté toutes les régions, elle aurait eu un autre discours que je devine facilement : "grâce à la politique du gouvernement…". En d'autres termes, c'est régional quand on perd mais c'est national quand on gagne.

    En ce qui me concerne, j'ai voté pour des régionales et non des présidentielles. J'ai peut-être mal vu, mais sur le bulletin de vote de taille A4 du PS je n'ai pas vu le nom de Martine Aubry, et sur celui de l'UMP je n'ai pas vu le nom de Nicolas Sarkozy. Ce sera en 2012 tout ça. Donc, j'ai bien voté pour les Régionales et pour le candidat inscrit en gros et gras le mieux à même de gérer la Région. Alors, que les analystes d'opérette ne viennent pas me dire que j'ai protesté contre une politique parce que je leur dirai tout le reste. A savoir que je n'ai pas du tout pensé aux futurs présidentiables quand j'étais dans l'isoloir, que je n'ai pas à exprimer un vote de protestation parce que c'est hors sujet et que je vote pour un candidat et non contre un autre. Quand vous écoutez les interviews de l'un des candidats de ma Région ou que vous lisez sa profession de foi, vous constatez que cette personne est à côté de la plaque, limite "cruche" et que je ne peux pas voter pour un tel candidat. J'ai donc bien voté pour un candidat et non pour autre chose.

    Bref, comme d'habitude, les politiques font bien parler les chiffres comme ils veulent, font les interprétations qu'ils veulent, le résultat est là. Quand on mène une campagne en ne donnant que les points faibles de l'adversaire, il ne faut pas s'attendre à ce que les électeurs vous suivent. Les tactiques des instances parisiennes ne sont pas du tout adaptées. C'est prendre les gens pour des benêts que d'agir ainsi. Les Français ne veulent pas qu'on leur dise qu'untel est nul (c'est à chacun de juger), ils veulent des projets concrets et des résultats rapides de politique concrète.

    Ils n'ont rien compris, ils ne comprendront jamais rien et de toute façon, ce n'est pas dans leurs intérêts que tout aille mieux pour tous. Comme je le dis souvent, si tout le monde avait un travail, un toit et de quoi vivre décemment, les élus ne serviraient plus à grand-chose : c'est donc leur gagne-pain que les problèmes survivent après les élections. D'ailleurs, de quoi ont-ils parlé après 20 heures ? De 2012 et de cette échéance présidentielle  Il n'y a que ça qui les préoccupe.

    C'est les échéances, les unes après les autres. Il n'y a que ça qui les excite et qui les font sortir les jours de marché pour serrer les mains.

  • Sauvages à découvert

    Vous le faites depuis toujours et pourtant, vous ne vous êtes jamais posé la question à laquelle vous trouveriez difficilement une réponse du tac au tac. Pourquoi mettez-vous le couteau à droite et la fourchette à gauche ? A cette question, tout le monde répond : "Parce que c'est comme ça qu'il faut faire". Mais pourquoi doit-on faire comme ça ? Si on vous demande de vous jeter dans le fleuve, vous le faites sans réfléchir ?

    Quand vous utilisez les deux ustensiles en même temps, vous coupez avec la main droite et approchez le morceau coupé avec la fourchette dans la main gauche. Il est étrange que les droitiers ne soient jamais demandés si c'était normal de les forcer à utiliser l'ustensile dans la main gauche ! Alors, j'ai fait une petite recherche pour comprendre l'origine de cette bizarrerie des arts de la table.

    Il faut remonter for loin pour comprendre l'origine. La fourchette est apparue pour la première fois en 1324, à la cour de Charles IV le Bel. Mais au début, son usage est plutôt modéré car elle ne sert qu'à manger certains aliments que l'on ne peut pas prendre avec les doigts comme les poires cuites. Son utilisation prend de l'ampleur à l'époque où les personnes de haut rang portaient d'énormes collerettes ondulées autour du cou, la fameuse "fraise" (époque Médicis).

    Et le couteau ? Me direz-vous. Le couteau est apparu bien avant la fourchette, à des époques où les hommes portaient des casques à cornes, violaient les femmes et pillaient leurs voisins. A cette époque, il était pointu et servait à piquer la nourriture pour la porter à la bouche. C'est un ustensile qui servait aussi bien de fourchette que de couteau. Puis, quand est arrivée la fourchette, le bout du couteau s'est progressivement arrondi et la fourchette a pris la fonction qui consiste à piquer les aliments.

    Donc, si vous mangez avec le couteau dans la main droite c'est tout simplement parce que vos origines barbares persistent ! Puisque l'usage du couteau se faisait dans la main droite à l'époque, celui-ci est resté de ce côté, et la fourchette, la pauvre, s'est retrouvée dans la main gauche.

    Comble de l'esprit tordu qu'est celui de l'être humain, lorsque le convive pose le couteau sur la table, quand il est droitier (ou à la rigueur, gaucher contrarié), il prend tout naturellement la fourchette dans la main droite. J'ai même observé ce phénomène avec des gauchers. Et quand un droitier mange avec des baguettes chinoises, dans quelle main les prend-il ? A droite il me semble ! Cela vous parait-il pratique ? Cela vous parait-il logique ? Je crois que non.

    Alors, si vous êtes droitier et pensez être quelqu'un de civilisé, placez votre fourchette dans la main droite et coupez avec la main gauche. Et si vous êtes à la même table qu'une personne qui prend sa fourchette dans la main droite et son couteau dans la main gauche, ne lui dîtes pas "tiens tu manges à l'envers" mais félicitez le plutôt : il a su évoluer et se débarrasser de ces origines ancestrales de malotru.

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu