Avertir le modérateur

  • Côté cliics, rien de nouveau

    Monsieur Cliic,

    Vous êtes ravi des critiques mais en l'occurrence, vous démantelez tout ce que je dis et donc, rien n'avancera. Vous restez sur vos positions et bien moi aussi ! Je maintiens tout ce que j'ai dit et j'en reste persuadé.

    "une part d'observation et de stratégie" ? Comment expliquez-vous alors que les enchères s'arrêtent soudainement après une série d'enchères automatiques entre 2 personnes ? Et je doute que les personnes aient programmé leurs enchères automatiques dans une tranche de quelques centimes !

    Quand je parle d'anti-jeu, cela ne signifie pas que c'est caché (revoyez votre définition), cela signifie que certains vont laissé travailler une robotisation des enchères à leur place pendant que d'autres vont passer leurs enchères manuellement à la sueur de leur front. Si la personne ne peut pas enchérir devant son écran, eh bien tant pis : quand on veut quelquechose, on fait l'effort de le vouloir. "A vaincre sans péril, on triomphe sans gloire".

    Quant à votre modèle économique, je pense qu'il doit bien se porter, malgré les quelques dépenses à votre charge. Un iPhone à 669 euros dans le commerce en général signifie que le commerce en général, ne pouvant pas vendre à perte, fait forcément de la marge sur ce produit. Alors, quand le nombre d'enchères dépasse les 4000 cliics, même si la moitié de ces cliics est gratuit, il reste 2000 euros pour rembourser ce téléphone à 669 euros.

    Concernant la page Cliic sur le site mondial de réseau social, elle ne sert qu'à faire la pub des prochains articles mis en vente !

    Le système que vous avez mis en place ne laisse aucune chance à certaines catégories de joueurs.

    Cordialement.

  • Des cliics et des claques

    Je vous ai parlé dernièrement d'un site d'enchères : cliic.com. Quelques jours sont passés et j'ai bien observé son fonctionnement.

    Comme l'a précisé l'un des commentaires sur mon article précédent, le site n'est pas ce que l'on pourrait appelé un site "gratuit". Effectivement, on vous offre deux clics à l'inscription mais une fois le crédit épuisé, vous n'avez pas d'autre solution que d'en acheter. Et les coûts de ces cliics sont plutôt élevés : de 1,80 euro le cliic jusqu'à 500 euros le pack de 650 cliics ! Le site est fait pour que vous dépensiez le plus possible tout en ayant autant de chance de rempoter l'article que l'euromillions. Je n'ose imaginer combien d'euros certains dépenses pour participer aux enchères.

    Quand je dis "remporter", je veux dire que vous avez le droit de l'acheter au prix déterminé. Le prix déterminé dépend du nombre de clics utilisés au total par les participants à l'enchère : 1 centime par clic. Par exemple, à l'heure où j'écris ces quelques lignes, un iPhone 4 de 16 Go est aux enchères, il en est à plus de 36 euros, soit plus de 3 600 cliics. Si vous faites le calcul, cela fait près de 3 600 euros dépensés pour un article qui vaut environ 670 euros dans le commerce ! Une friteuse de 302 euros est partie au bout de 886 cliics, soit plus de 880 euros ! Et c'est comme ça régulièrement. Il y a bien quelques articles qui partent en dessous du prix affiché mais globalement, les concepteurs de ce site se préparent une bonne retraite rien qu'en vendant des articles 3, 4, 5 ou 6 fois leur valeur de départ.

    Alors, évidemment, les gagnants ne payent pas cher le produit (8,86 euros pour la friteuse par exemple), mais ils utilisent parfois beaucoup de leur crédit de cliics. Par exemple, l'un d'eux a remporté le droit d'acheter 3,07 euros une imprimante de poche Polaroïd de 52 euros mais en cliquant 73 fois, soit environ 70 euros dépensés ! C'est une véritable loterie ce site.

    Autre point qui me chiffonne, c'est que le site est garanti sans robot. C'est-à-dire, que des machines programmées par des êtres malintentionnés ne peuvent pas s'inscrire automatiquement et jouer à la place de vrais internautes. Sauf que les concepteurs ont mis à disposition une fonctionnalité très discutable : les enchères automatiques. Le membre du site peut ainsi stipuler que pour telle enchère (où les enchères automatiques sont autorisées) un certain nombre de cliics peuvent être utilisés entre tel et tel montant atteint par le produit. Exemple : utiliser 50 cliics quand l'article atteint une fourchette d'enchères entre 5 et 15 euros. Je considère donc que ce système s'apparente à un robot, qui travaille à la place de l'internaute. C'est de l'anti-jeu, de la concurrence déloyale. Ceux qui participent à l'enchère manuellement, en restant devant leur écran à cliquer, ont peu de chance de remporter le produit face au rouleau compresseur que sont ces enchères automatiques. Si vous consultez l'historique des enchères sur un produit, vous remarquerez qu'il y a souvent un enchaînement d'enchères automatiques ne laissant aucune chance aux autres. Ainsi, ces derniers laissent tomber et l'article est remporté par l'un des clics automatiques.

    Enfin, dernier point, il existe un forum où les habitués du site se retrouvent pour discuter des produits, des enchères et des résultats. En lisant attentivement, vous comprendrez qu'il s'est formé un groupe. Et si vous avez le malheur, comme moi, de ne pas faire partie du groupe et de participer aux enchères où l'un d'eux participe, certains vont vous donner des leçons de fair-play ! Je n'irai pas jusqu'à dire qu'il y a des arrangements entre eux, mais j'ai l'impression que vous aurez plus de chance de gagner quelque chose sur ce site, si vous faîtes partie de leurs "amis". Avant de vous inscrire sur cliic.com, je vous conseille fortement de lire ce forum, c'est plein d'enseignements et cela vous fera une idée de ce qui vous attend. Peut-être que cela vous dissuadera de vous y inscrire !

    En ce qui me concerne, il me reste encore 2 cliics à utiliser et après, je n'irai plus sur ces enchères. Depuis mon inscription, je n'ai heureusement pas acheté de cliics, je les ai gagné grâce aux inscriptions que j'ai sollicité lors de mon article précédent (à mon grand regret et je m'en excuse), cela ne m'a donc rien coûté. Mais je pense que j'aurais bien "les boules" dans le cas contraire.

    Ne voyez pas dans ces lignes une quelconque amertume ou aigreur de ma part. Je suis juste navré que tout le monde ne puisse pas jouer sur un même pied d'égalité.

  • Tout est dans le clic

    Je viens de découvrir un site Internet d'enchères.

    Ce qu'il a de particulier est que vous participez aux enchères grâce à votre souris, en cliquant. Le principe est on ne peut plus simple. Des articles variés et neufs sont proposés aux enchères par trois ou quatre, avec un prix de départ de 0 euro. Pour chacun, un décompte de 2 minutes, 60 ou 30 secondes est démarré. A chaque fois qu'un membre clique, le décompte repart et le prix de vente de l'article augmente d'un centime. Il faut énormément de patience pour obtenir le produit de son choix.

    Des téléphones portables ou des lecteur MP3 de grandes marques, mais aussi des articles ménagers peuvent partir à quelques euros. Pour participer il faut un crédit de "cliics". Les "cliics" s'obtiennent soit en les achetant soit en les gagnants par les enchères. Car en fait, celui qui remporte le produit n'est pas le seul à remporter, les deux suivants gagnent des "cliics". Vous pouvez donc augmenter votre cagnotte de "cliics" rien qu'en cliquant.

    Pour l'instant, j'observe comment ça se passe et comment se comportent les autres membres pour essayer de comprendre la tactique à adopter.

    La participation au site demande de la patience, je l'ai dit, mais aussi de la ruse et de l'endurance. Pour tout comprendre et observer, inscrivez-vous gratuitement ici : site de cliic. Vous n'avez besoin que d'un pseudo et d'un mot de passe.

    Bonne chance !

  • Vous avez demandé la police, ne quittez pas… tut tut tut tut

    Après le scooter du fils Sarkozy, voilà maintenant que ressort l'affaire du scooter du fils Péchenard. Ce que l'on peut déjà constater, c'est que les enfants de personnes puissantes, ou hautement placées dans le système, circulent à deux-roues. Transport souple et rapide, le scooter permet de se faufiler entre les mailles du filet ou de rouler sur les trottoirs… enfin, seulement quand vous avez le bras long.

    Sur ces histoires d'affaires étouffées et de passe-droits, combien ne sont jamais révélées ? Ce n'est que la partie émergée de l'iceberg. Car là, c'est au niveau national et au niveau de l'Etat, mais combien d'affaires de ce genre sont oubliées dans les régions, les départements, voire même les municipalités ?

    L'affaire qui nous a été révélée ce jeudi 15 septembre 2010 fait des remous mais différents selon qui vous êtes. Côté police, on dénonce que des personnes mal intentionnées veulent nuire au directeur de la police, le déstabiliser. Comment ? C'est ça qui vous scandalise messieurs les policiers ?! Qu'en pense votre collègue qui s'est fait insulter et à qui on a manqué de respect ? Je pense qu'il doit bien avoir les boules. Un gamin de seize ans l'a traité comme un moins que rien et puis rien. Un petit tour et puis s'en va.

    Ce qui vous scandalise c'est le fait qu'on touche à un homme que vous qualifiez de grand flic. Moi, ce qui me scandalise, c'est qu'un individu pris en flagrant délit reste impuni et ne respecte pas l'autorité qui a bien du mal à se faire respecter sur notre territoire : il a roulé sur un trottoir en état d'ivresse, manquant peut-être de renverser quelqu'un, et a commis un outrage à un agent qui exerce son métier tant bien que mal, vu tous les bâtons qu'on lui met dans les roues. Encore un passe-droit, encore une justice à deux vitesses.

    Et après, vous vous étonnez que les jeunes des quartiers, dits "sensibles", fassent pareil ? Non, il n'y a pas à s'étonner. Ils se disent que si des "fils de" font n'importe quoi, ne respectent pas les règles de base, eh bien vogue la galère ! Si la police et les autorités dans leur ensemble veulent être respectées et ne se fassent plus caillasser, il faut que la France d'en haut montre l'exemple !

    Si Monsieur Péchenard est un si grand flic, il n'aurait pas dû aller récupérer son fils, il aurait laissé poursuivre la procédure. Car il est certain que son fils recommencera, pourquoi se gêner ? Le DGPN aurait pu sortir de ce malheureux fait divers, grandi, la tête haute, au-dessus de tout soupçon, montrer que personne n'est au-dessus des lois dans ce pays. Risquer de perdre son poste pour un cas banal de circulation, je trouve que c'est de l'inconscience. Sans intervention, ce haut fonctionnaire aurait pu rester irréprochable, mais maintenant, le voilà catalogué dans la longue liste des abus de pouvoir.

    Suivant !

  • C'est des roms interactifs

    Vouloir débattre et régler le problème des roms est délicat et source innombrable de polémiques. Dès que l'on touche à la misère ou au libre accès en Europe, les défenseurs des droits de l'homme et les opposants au gouvernement se mettent en branle pour crier au scandale. Pour en parler, il faut tenter le plus possible de rester objectif pour ne pas être traité de raciste.

    Si j'ai bien compris, des populations de Roumanie ou de Bulgarie partent de ces pays et arrivent en France. Des familles entières s'installent sur des terrains ou des propriétés non occupées, appartenant aussi bien à un privé qu'une collectivité locale, voire nationale. Cette installation se fait sans autorisation. On peut donc comprendre que le propriétaire soit quelque peu irrité par cette invasion. On peut donc aussi comprendre qu'il demande à ce que ces gens partent ailleurs et quittent le sol occupé.

    Au niveau loi et règlement, j'ai cru comprendre que ces personnes avaient le droit de rester trois mois sur le territoire français, en raison de leur appartenance à l'Union européenne et à la signature du traité de Schengen sur la libre circulation des personnes (voir carte ci-dessous, extraite de Wikipédia).

    Espace Schengen

    Puis, au bout des trois mois, ces mêmes personnes doivent partir et retourner dans leur pays. Ce que l'on constate, c'est que ces personnes restent largement plus de trois mois sans respecter ces principes mis en place d'un commun accord. Ils deviennent donc illégaux et risquent des poursuites ou des expulsions. On constate également des situations absurdes qui consistent à ce que ces personnes quittent le territoire cinq minutes, traversent une frontière, puis reviennent pour trois mois. Je ne commenterai pas les expulsions avec indemnités, puit sans fond.

    A la rigueur, ce qui peut être contesté, c'est la manière de faire. Mais doit-on reprocher aux autorités de faire respecter des dispositions prises au niveau européen ? Quand vous vivez dans un espace défini avec des colocataires, vous mettez en place des règles de vie, non ?

    Les autorités roumaines et bulgares ne se pressent pas pour retenir ces flux de migration, ils sont bien contents de les voir partir. Là est peut-être le cœur du problème. Les associations et l'opposition s'insurgent des expulsions, criant aux droits de l'homme. Et les devoirs ? Je leur demande par la même occasion comment occuper ces populations dans notre pays ? Une fois ici, que font-elles ? Qu'apportent-elles à la France ? Je vais prendre l'exemple du Canada. Pour résider à moyen et long terme dans ce pays, même pour un Français, il faut répondre à des critères bien précis et contraignants. Il faut aussi prouver que l'on a un travail sérieux, réel et durable.

    Je crois avant tout est que le problème est politique. La France n'a pas à accueillir toute la misère du monde ni à régler les problèmes des autres pays du monde. Ce dont je suis certain, c'est que ce problème trouvera son dénouement dans une solution politique et seulement politique, et non religieux. Ce n'est pas non plus à des dictateurs de nous donner des leçons de droits de l'homme, un comble ! Si ces gens complètement démunis quittent la Roumanie et la Bulgarie, c'est bien qu'il y a un gros problème d'acceptation et d'intégration au sein de ces pays. C'est donc aux gouvernements roumains et bulgares de trouver une solution.

    Ils n'ont pas à refiler la patate chaude aux voisins. A la rigueur, pour les aider, ils peuvent faire appel au concours des autres membres de l'Union, mais c'est à eux d'être l'acteur principal. Si nous-même, nous ne quittons pas la France, c'est bien parce que nous nous y sentons biens et que nous n'y sommes pas si malheureux que certains veulent nous le faire croire.

    Je veux bien être solidaire mais pas neuneu.

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu