Avertir le modérateur

  • Ne bougez plus avec la Poste

    Tout content d'aller à la Poste pour faire affranchir un courrier, la dame derrière son comptoir m'accompagne à la machine pour que je le fasse moi-même. Je lui dit gentiment que je n'aime pas les machines car elles tuent les emplois. Je pensais que ça allait lui faire plaisir qu'un inconnu pensait à sauvegarder son poste. Et bien non, elle me dit "Ca ne le tue pas puisque je vous accompagne". Voyant la naïveté de cette personne, je ne suis pas allé plus en avant dans la polémique.

    Non ma cocotte, ton emploi est menacé. Souviens-toi il y a quelques années avant l'arrivée des appareils, les guichets étaient presque tous occupés, aujourd'hui on en trouve que deux ou trois. Il y a plus de guichets vides que de guichets occupés, tu as besoin de lunettes ? Les machines ne tuent pas les emplois ? Alors pourquoi n'y a-t-il plus grand monde pour nous servir ? Ne me dîtes pas que tous ces progrès sont censés améliorés la qualité du service. Cela arrange surtout la Poste pour réduire son effectif.

    Ce constat est valable dans toutes les entreprises, même publiques. Entre 2002 et 2007, la Poste a perdu 43.580 employés, entre 2004 et 2008, la SNCF a maigri de 11.931 salariés. Ces quelques exemples pour montrer qu'il y a des raisons de s'inquiéter. Et je ne vous parle pas des réductions d'effectifs annoncées tous les ans sur nos territoires et dans tous les domaines. Une quinzaine de cas attendent le nouveau ministre du redressement productif Arnaud Montebourg : Fralib, Florange, Petroplus...

    Cette personne naïve a aussi ajouté "Vous serez bien content de la trouver cette machine quand il y aura la queue au guichet". Non ! J'ai le temps d'attendre et d'être servi, je n'ai pas besoin de courir. Franchement, je fais tous les efforts et j'ai l'impression que tout le monde s'en fout. Madame, j'espère que vous repenserez à cette petite discussion quand on vous annoncera que votre poste est supprimé et qu'il faut choisir entre un reclassement ou la porte (faut-il ajouter en marge que la Poste est maintenant une société anonyme ?).

    Avec de tel personnel, les patrons ont finalement raison de ne pas se priver en réduisant les emplois pour les remplacer par des machines ou par des délocalisations. Il existe malheureusement encore beaucoup de gens qui pensent que rien ne leur arrivera et que l'on aura toujours besoin d'eux. Des indispensables, il y en a plein les cimetières. Ne pas regarder plus loin que le bout de son nez est déraisonnable, voire irresponsable. Une sorte d'individualisme involontaire.

    Quand tout le monde fera ses courses que sur Internet, se servira son carburant que via un automate, ne passera qu'aux caisses rapides pour scanner soi-même ses articles, il ne faudra pas pleurer qu'il y aura 20 ou 30 % de chômeurs. Vous pensez peut-être que je suis bien pessimiste de voir une telle catastrophe. Mais je préfère rester sur mes gardes et être attentif à ce qui se passe autour de moi que de ne pas voir arriver le boomerang social qui se prépare à long terme. Moins de gens qui travaillent c'est moins de consommateurs et moins de retombées pour un pays.

    Les dommages collatéraux sont en gestation, il ne suffira pas de grand chose pour que tout le monde en souffre. Je vous aurais prévenu !

  • Drames sous tension

    10.500 voyageurs et 12 morts pour ce week-end allongé de Pentecôte. Ce bilan fait froid dans le dos. En trois jours ont été cumulés un nombre inquiétant de suicides et de morts tragiques sur le réseau ferré. Mais quand on apprend par dessus le marché qu'un homme s'est jeté devant un train avec sa fillette de 19 mois, ça devient presque surréaliste. Cela dit, les statistiques font tout de même état d'un suicide par jour sur notre territoire.

    Qu'est-ce qui a donc poussé tous ces gens à sauter sur une voie dans l'espoir d'y perdre la vie ? On sait que pour le papa et son bébé, c'était à cause d'une rupture mais quid des autres ? Dépression ? Mal être ? Coup de folie ? On ne le saura sans doute jamais. Alors, évidemment, cela occasionne de gros retards mais la procédure est ce qu'elle est et il faut prendre son mal en patience et penser à ces drames qui se déroulent sous nos yeux à 300 km/h.

    Je sais que ce n'est pas simple mais il faut relativiser et se dire que ces heures de retard dans une vie sont bien peu de choses face à l'immense peine qui frappe les familles. Dans quelques heures ou quelques jours, ce ne sera qu'un mauvais souvenir pour les voyageurs débarquant en pleine nuit à destination. Cela deviendra même sujet à raillerie ou plaisanterie, oserais-je dire que cela pourrait devenir un bon souvenir ? Vous n'avez jamais remarqué comment les gens se comportent dans ces moments-là ? Ils discutent, ils passent le temps pour parler de tout et de rien, cela favorise les liens sociaux.

    Alors, il faut voir à long terme ce que ces incidents de parcours marqueront dans les esprits et peser dans la balance le désagrément pour certains et la douleur perpétuelle pour d'autres. Un suicide est rarement prévisible et il y en aura sûrement d'autres qui ajouteront encore des heures de retards au bilan du transporteur.

  • Les dessous de la soutane

    Tous ceux qui pensaient qu'au sein du Vatican ne régnait que amour et prière ont du tomber de leur chaise en apprenant le scandale qui secoue le Saint-siège actuellement. On apprend que des évêques et des cardinaux ne s'aiment pas, qu'il y a un camp pour le pape et un autre contre. On apprend que chacun essaye de tirer la couverture à soi et se fait remarquer pour bien être mis en avant. Cela vous étonne donc tant que ça ?

    J'ai toujours pensé que même dans ce petit Etat, le pouvoir transforme les hommes, même de bonne volonté. Les religieux ne sont que des êtres humains et n'ont reçu du dieu qu'ils incarnent que le rôle de porte-parole d'une bible. Mais voilà, le Vatican est un Etat, et à ce titre il a un chef d'Etat. Il y a donc une notion de pouvoir et de rivalités, c'est lié. Si les milliers de curés qui vivent au Vatican se souciaient de la religion, ils battraient la campagne pour faire revenir les Catholiques qui ne pratiquent plus, dans les Eglises, ils feraient le tour du monde pour porter la parole de paix et d'amour.

    Non, ils préfèrent rester enfermés dans cette tour d'ivoire à débattre sur la prochaine identité du pape. Ils se comportent comme nos politiques : on s'embrasse en public et on se plante des couteaux dans le dos dès que l'occasion se présente. Et comme à la cour du roi, on essaye de s'attirer les bonnes grâces de sa majesté pour obtenir quelques faveurs et gagner un grade.

    L'habit ne fait pas le moine et si vous regardez bien dans l'histoire du monde, les religieux n'ont pas été les plus saints. Pendant des siècles en France, ils ont influencés la politique, ils ont complotés, ils ont fait brûler, ils n'ont montré aucune tolérance. Ils n'acceptaient aucune contradiction et étaient adeptes de la pensée unique : seul ce que dit la bible est parole d'évangile. Ils ont souvent fait l'objet d'enjeux politiques : certains ont été favorisés par des rois en échange d'un divorce ou d'un soutien, d'autres se sont battus contre des souverains, quelques uns ont comploté pour ou contre des guerres. Bref, le passé de la papauté se résument plus à "Crimes et châtiments".

    Aujourd'hui, il n'y a plus d'inquisition et de force politique alors ils se sont rabattus sur ce qu'ils pouvaient. D'une certaine façon c'est triste. Ils se comportent en privé à l'inverse de ce qu'ils délivrent comme message à travers le monde : aimez-vous les uns les autres... sauf si ça vous coûte un échelon social. Quand le pape porte les titres d'Evêque de Rome, vicaire de Jésus-Christ, successeur du prince des apôtres, chef suprême de l'Eglise, souverain pontife de l'Eglise universelle, primat d'Italie, archevêque métropolite de la Province romaine, souverain de l'État de la Cité du Vatican, serviteur des serviteurs de Dieu et enfin (!) patriarche d'Occident, forcément ça réveille les ambitions de certains. En outre, le pape est désigné également représentant de Dieu sur terre, ce qui doit quelque peu donner le tournis et la grosse tête, utile pour porter cette lourde tiare formée de trois couronnes.

  • Le neurone du hamburger

    Vous allez dire que je me répète mais oui, j'assume, j'ai encore regardé l'émission Cash investigation sur France 2 vendredi dernier. Je vous promets que c'est sans le vouloir. Le sujet était la pratique du neuromarketing.

    Le neuromarketing consiste à tester les consommateurs via des épreuves simples ou directement en IRM pour savoir ce qui leur fait plaisir et ensuite d'adapter sa stratégie d'entreprise pour "aider" les consommateurs à choisir vos produits plutôt que ceux des concurrents. L'entreprise qui mène ses études montre des images ou émet des odeurs et observe les zones du cerveau qui réagissent. En gros, ça travaille votre cerveau pour que vos habitudes d'achat s'orientent vers là où les industriels et autres entreprises veulent que vous alliez.

    Cela ressemble à de la manipulation. Il faut savoir qu'en France, les études neurologiques à des fins autres que scientifiques ou médicales sont interdites. Alors, les études se font en Belgique pour la plupart ou alors sont déclarées comme scientifiques mais c'est seulement sur le papier. Comme cette grosse boite de cosmétiques mondialement connue qui a eu l'autorisation du ministère pour procéder à ces recherches. Encore une histoire de conflits d'intérêts ? Aucune idée, mais le doute s'installe.

    Les méthodes ont évolué. Il y a quelques années, la grande distribution jouait sur la disposition des articles ou la diffusion de musique, et aujourd'hui ça influence directement certaines zones de votre cerveau comme celle qui diffuse la dopamine, la molécule du plaisir. Concrètement, comment ça se traduit. Et bien, par exemple, toujours ce fabricant célèbre de cosmétiques qui fabrique des crèmes qui vont procurer du plaisir rien qu'en pénétrant la peau, une chaîne de restauration rapide qui va diffuser des odeurs dans ses établissements pour activer l'acte d'achat. Et vous savez comment ? Par les produits d'entretien ! Car en fait, si cette enseigne de restauration tient à toujours avoir des salles propres, ce n'est pas qu'une question d'hygiène mais c'est aussi une question de marketing. Quand la serpillière s'active c'est pour vous pousser vers les caisses. Cela se traduit aussi par le petit cadeau en plastique offert avec un repas pour votre enfant qui évidemment va être le déclencheur et faire aller les adultes dans son restaurant préféré.

    En fait, le neuromarketing est une recette vieille comme le monde. Pour dresser les animaux, on ne fait pas autrement. Quand le chien a obéi à son maître, il lui donne un sucre : il sait donc qu'à chaque fois qu'il agira de la sorte il sera récompensé. Le neuromarketing est tellement répandu que des conférences sont régulièrement organisées pour les entreprises ou les commerciaux désireux de faire monter la courbe du chiffre d'affaires. Mais le neuromarketing est aussi un tabou et quand vous essayez de mettre les pieds dans le plat en mettant les responsables des sociétés devant des faits avérés, cela les pousse dans l'embarras, et le mot est faible.

    Comment savoir si vous êtes victimes de cette vaste intoxication ? Si je vous dit "vous le valez bien", si je vous parle d'un gros M jaune sur fond vert ou sur fond rouge, si je vous parle d'une pomme, vous pensez à quoi ? Bien voilà, vous avez tout compris, vous êtes conditionnés.

    Et l'éthique dans tout ça ? La pauvre est complètement mise en second plan, ou alors sur les jolies plaquettes commerciales pour se donner une bonne image. Mais en réalité l'éthique est aux oubliettes, les sociétés et les fabricants s'assoient dessus comme de leur première lessive. C'est donc à nous, consommateurs, de veiller et de rester maître de ses envies et de ses pensées, agir dans notre intérêt avec discernement et raison.

  • Le smartphone, un produit d'appel

    Je résiste, je tente de résister mais c'est difficile de résister aux sirènes commerciales. Même si les fabricants de smartphones ne se prennent pas pour Pisinoé ou Thelxinoé, ils copient le même comportement pour persuader les consommateurs à choisir leurs produits. Et donc, en ce moment je résiste. J'ai l'impression de plus en plus d'être un des rares sur cette planète à posséder encore un téléphone portable non tactile et non intelligent, un simple téléphone.

    Alors, pour combattre les appels des opérateurs, je m'informe et je cherche s'il y aurait vraiment un appareil digne de me satisfaire au vu de l'usage que j'en fais. Drôle de combat que de chercher à acquérir l'objet de mes tourments ! Car à part appeler rarement et envoyer des textos rarement, je n'ai, a priori, nul besoin de centaines d'applications ou de jeux sur ce maudit téléphone énergivore.

    Et sur quoi ça coince ? Un truc tout bête et qui pourtant a un poids que l'on ne peut imaginer dans la balance de la décision de faire le grand saut : le réveil quand l'appareil est éteint. Tous les matins, mon mobile actuel, s'active à 6h35 avec l'une de mes musiques contenues dans la bibliothèque MP3. Mais pour ce faire, il n'y a pas besoin de laisser allumer ou en veille mon téléphone. C'est merveilleux, il fonctionne aussi quand il est éteint. Et sur quel constat sidérant je suis tombé ? Et bien, que les nouveaux modèles de téléphones, et plus particulièrement de smartphones, ne peuvent faire fonctionner le réveil quand ils sont éteints (ou alors il y en a très peu). Voilà, la cause de mon tourment. Car soyons clairs, ça m'emmerde infiniment de devoir laisser le portable allumé toute la nuit rien que pour le faire sonner à 6h35 le matin. C'est à l'encontre de mes principes écologiques au quotidien. Cela entacherait tous les efforts et les gestes que j'essaye de mettre en oeuvre pour donner du bien à notre planète. Vous me direz que cela consomme très peu. Sauf que sur une année, les petits rus faisant des petits ruisseaux et les petits ruisseaux faisant des grandes rivières, je pense que ça doit quand même faire une certaine consommation de courant au final. Surtout si l'on doit compter aussi les temps de rechargement.

    Bref, dois-je laisser tomber ou dois-je me lancer ? Est-ce que je me prends trop la tête alors que des millions de gens, voire des milliards, ont depuis longtemps passé à l'action en acquérant un mobile de dernière génération allumé 24 heures sur 24 et rechargé presque quotidiennement.

    Et je ne vous parle pas des ondes que cela émet...

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu