Avertir le modérateur

(les plus lus)

  • La politique est une question de rebondissements

    La politique est une question de rebondissements en tout genre : savoir repartir sur de nouvelles bases, savoir se relever après une chute cuisante, surprendre le reste du monde là où il ne vous attend pas.

    Le nouvel ex-Premier ministre, libre de tout mouvement et de parole, dévoile enfin au grand jour ses ambitions. Resté cinq ans à Matignon, pieds et poings liés par Nicolas Sarkozy qui avait ainsi bridé un éventuel adversaire à la Présidentielle, il part à l'assaut de tous les postes et sièges qui s'offrent à lui. Mais s'il pensait qu'occuper la rue de Varenne était difficile, il va voir que convoiter le suffrage et combattre ses propres amis n'est pas une partie de plaisir. Loin de là.

    Le clou du spectacle sera sans doute son affrontement avec Jean-François Copé. Voilà un homme qui en a gros sur la patate. Après la défaite de son camp le 6 mai, il tire à boulets rouges sur les nouveaux membres du gouvernement et sur le président. C'est de bonne guerre après tout, c'était encore la situation inverse il y a quelques semaines quand les éléphants du Parti socialiste n'avaient de cesse de critiquer le pouvoir de l'époque et la majorité qui se tenait derrière. Maintenant, avec le jeu séculaire de l'alternance, l'UMP se trouve dans la position inconfortable de l'opposition.

    Alors, ils s'en donnent à cœur joie à droite. Nadine Morano qui réclame une démission dès qu'une affaire judiciaire apparaît au grand jour, Jean-François Copé qui accuse François Hollande de guignol et d'incompétent pour gérer le pays et s'imposer sur la scène internationale. Ils ont vraiment du mal à digérer. Mais n'est-ce pas eux qui déclamaient à qui voulait les entendre qu'il fallait rassembler tous les Français au-delà des partis, se rassembler pour le pays, dans un esprit républicain ? De la théorie à la pratique il y a un gouffre que même des pluies diluviennes auraient du mal à combler.

    Drôle de conception de la politique. Entre un groupe à gauche qui va avoir du mal à s'entendre pour les législatives et un groupe à droite qui va s'opposer bêtement pendant cinq ans tout en essayant de ne pas être attiré par un extrême de plus en plus présent, je crois que l'on va encore passer de bons mais pathétiques moments de joutes partisanes. Les fauves sont à nouveau lâchés, les arènes sont prêtes, prenez vos cornets à pop-corn et comptez les points.

    Je suis sûr d'une chose, c'est que tout ce spectacle navrant se fera au détriment des spectateurs et que François Fillon prépare déjà le terrain pour 2017, trop content de ne plus avoir le retraité bling-bling dans ses pattes.


    1025 visites le jour de parution

  • Coup de projecteur sur l'anonymat du blog

    Qu'est-ce qu'un blog ? C'est la délicate question que les députés devront se poser pour savoir si le blogueur doit rendre son identité publique. Un blog c'est avant tout, je crois, un recueil de pensées et de réactions, de coups de cœur comme de coups de gueule.

    Le commun des mortels n'ayant pas accès aux tribunes et ayant peu de chance d'être sélectionné dans le courrier des lecteurs, le blog est un bon moyen d'ouvrir sa parole et d'exposer ses points de vue. Les spécialistes politiques et économiques, les intellectuels et philosophes n'ont pas le monopole des idées et des analyses. Nous sommes tous capables de penser et donc de développer une opinion sur des sujets variés comme le font les têtes pensantes. Il est nécessaire d'ailleurs de laisser libre cet espace sinon on basculerait vite dans la pensée unique, véritable ennemi de la démocratie.

    Ceci étant dit, il est vrai que dans un même temps, le blog est public et de ce fait accessible à tous. Avec la multiplication des intervenants et des propriétaires d'un petit morceau de cet immense espace planétaire, des blogs sont devenus des défouloirs et des lieux de contestation. Un phénomène s'est aussi développé avec le temps : la tendance qui consiste à prendre pour argent comptant ce qui est écrit dans ces journaux intimes publics. N'importe qui peut écrire n'importe quoi, il faut donc être vigilent sur l'importance que l'on donne à nos lectures. Il faut prendre un blog pour ce que c'est : les écrits d'un internaute lambda. Importance qui se mesure vite grâce au nombre de visiteurs qui est insignifiant au regard de la totalité colossale de blogs et d'internautes.

    Ce n'est ni du journalisme, ni de l'officiel.

    Il faut bien rester dans l'idée qu'en entrant dans un blog c'est comme si on entrait au domicile d'une personne sans forcément avoir été invité. Même si un blogueur espère secrètement être lu par le plus grand nombre (recherche de la notoriété, besoin de reconnaissance), il n'a pas envie que son espace se transforme en champ de bataille. La lecture peut donc vite s'apparenter à une effraction de domicile, inconsciemment. Quand une idée d'article germe dans l'esprit du blogueur, le but n'est pas de déclencher une vague de protestation, le but est juste de dire ce que l'on pense. Parfois maladroitement.

    En fin de compte, même si on peut donner son avis sur un sujet, ce n'est pas systématiquement un avis d'expert. Selon le postulat "on ne peut pas parler de ce que l'on ne connaît pas", le blogueur a le droit à l'erreur et donc à la tolérance. Il n'y a que celui qui ne fait rien qui se trompe jamais. Rien n'empêche ensuite aux commentateurs de rectifier et d'apporter de l'eau au moulin d'un débat constructif.

    Et l'anonymat dans tout ça me direz-vous ? Et bien, l'anonymat c'est l'essence même du blog. Ce qui fait que tout ce que je viens d'expliquer avant est possible. C'est ce qui permet à tout un chacun de dire tout haut et non de garder ça pour soi ou pour son entourage. L'anonymat, c'est ce qui donne le droit à l'erreur. L'anonymat, c'est ce qui rend passionnant la liberté de parole. Alors, obliger le blogueur à dévoiler son nom et autres informations permettant de rentrer directement en contact, c'est ce qui va briser le charme du blog. L'effet immédiat va être de freiner les ardeurs et les échanges. On en va plus oser dire sincèrement, ou même plus dire du tout sous peine d'être lynché pour un mot de travers. Et si une personne se sent obligée d'utiliser son droit de réponse ou d'apporter un démenti, il y a les commentaires pour ça.

    J'ai dans l'idée que Jean-Louis Masson, à l'origine de cette proposition de loi déposée au Sénat, avait une envie soudaine de faire parler de lui : il n'a qu'à ouvrir un blog.

  • Idée verte n° 1

    A l'approche de la fin d'année, on s'emballe et on se précipite chez les commerçants.

    L'idée verte est d'emballer vos paquets dans des papiers journaux au lieu d'en acheter du tout neuf.
    - Cela évitera de gaspiller du papier qui partira forcément à la poubelle, déchiré sauvagement (ce qui peut faire mal au cœur quand on sait le temps que l'on peut y passer dessus pour que ça soit bien fait).
    - Cela permet de réutiliser du papier qui de toute façon était destiné à la poubelle de tri.
    - Cela ne vous coûte rien car au mieux vous utilisez les journaux gratuits de tout type, au pire vous utilisez celui que vous achetez ou celui auquel vous êtes abonné et que vous gardez quelques jours dans un coin, à coté de la cheminée ou de la porte d'entrée ou vers la télé (si si, je le sais, vous faites ça j'en suis sûr).
    - Cela permet aussi d'informer ceux qui avaient loupé une nouvelle.

    Cerise sur le gâteau, ce papier fait très stylé et est original.

    608 lecteurs

  • Pas des bis à l'Assemblée

    C'est le buzz de la semaine, que dis-je, le soufflet, la claque ! La loi Hadopi sur les sanctions graduées des pirates qui téléchargent illégalement a été rejetée par seulement 21 voix contre 15. Rien que 21 voix peuvent changer la vie de 60 millions de personnes. C'est insensé. Ce n'est plus de la démocratie mais de l'intimitocratie.

    En France, il est donc possible qu'une loi qui règle la vie quotidienne de millions de gens puisse être adoptée ou rejetée par une poignée de personnes. Dans un sens comme dans l'autre, cela peut avoir des répercussions. En l'espèce, les artistes devront encore attendre avant de voir les voleurs de leurs œuvres punis. Par contre, les pirates ont encore du sursis et peuvent s'en donner à cœur joie, au moins jusqu'au 28 avril, date à laquelle le texte va être rediscuté.

    Comment en est-on arrivés là ? Tout simplement parce que nos chers députés n'accordent pas plus d'importance que ça à une loi qui pourtant va impacter beaucoup de Français. En outre, à droite, les élus pensaient que c'était gagné, dans la poche : ils ont vendu la peau de l'ours avant de l'avoir tué. Les ridicules, ce n'est pas les députés qui ont voté contre, qui de ce fait ont été plus malins. C'est de la tactique. Les plus ridicules, ce sont ceux qui ont voté pour. Ils ont manqué de jugeotte en pensant qu'en envoyant seulement 15 membres de la majorité, l'affaire allait être entendu. Trop sûrs d'eux. Par sûreté, ils auraient dû remplir abondamment les bancs de l'Assemblée pour être certains de gagner, ne serait-ce que pour compenser les députés UMP qui ont voté contre.

    Faire de la politique, ce n'est pas qu'une question de communication et de mercatique, c'est aussi une question de tactique et de ruse. Il faut être plus malin que l'adversaire pour remporter des victoires. L'UMP accuse le PS d'un coup de bluff mais c'est le jeu ma pauvre Lucette ! Rien ne sert de rejeter sur les autres nos propres erreurs. Il faut être fair-play, même en politique.

    Ceci étant dit, ce qui s'est passé au palais Bourbon, n'est qu'un contretemps. La loi sera un jour ou l'autre adoptée. Il est à parier que pour le prochain vote, l'hémicycle sera beaucoup moins clairsemé : les députés feront preuve de plus de sérieux en venant en masse. Un proverbe africain dit "Pour qu'un enfant grandisse, il faut tout un village" mais un autre nous alerte que "Une pirogue n'est jamais trop grande pour chavirer". A bon entendeur, bon week-end !

    386 lecteurs le jour d'édition

  • Musée d'Orsay

    Une petite série de clichés pris avec un téléphone portable au musée d'Orsay, ce samedi 31 janvier. De ce musée, je ne connaissais que ce grand hall. Cette première visite est une agréable surprise : le musée, sur plusieurs niveaux, propose de nombreuses salles où sont exposées des œuvres de différents styles et différentes époques dont certaines sont très connues. Il y a aussi bien des peintures, que des sculptures ou des objets de décoration. Jusqu'au 1er février, une exposition "Les masques" présentait des masques à travers le temps mais pas de différentes zones géographiques. Rien du continent africain ou américain et très peu du continent asiatique. Ceci étant dit, j'y retournerai avec un vrai appareil photo.

    387 lecteurs le jour d'édition

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu