Avertir le modérateur

21 septembre 2013

Top con-tributeurs

Cela ne vous a peut-être pas échappé, les grandes marques, les commerces et les sites de commerce ont recours de plus en plus au comportement participatif des consommateurs. Que ce soit dans la grande distribution (Auchan, Carrefour, Ikea, ...), les services (La Poste) ou la téléphonie (Orange, Sosh, Nokia, ...), ils mettent à disposition des clients des forums, des foires à questions, des boites à idées ou du "self-service". Vous vous doutez bien que s'ils pratiquent ceci c'est surtout un intérêt majeur pour eux : des économies sur le personnel.

Demander aux acheteurs de scanner eux-mêmes les produits de leurs courses légitime de remplacer quatre ou cinq hôtes(ses) de caisse par un(e) seul(e). Ce qui est formidable c'est que personne ne s'en inquiète et travaille gratuitement pour l'enseigne. Sous couvert de vous faire gagner du temps, jusqu'à scanner ses produits dans les rayons avec une douchette portative, l'entreprise économise de la masse salariale et donc des charges sociales et donc fait augmenter les dividendes. C'est donc d'un intérêt hautement financier.

A La Poste, les machines de vente de timbre et de pesée du courrier sont des exemples flagrants de cette métamorphose. Si vous avez le malheur d'aller à un guichet pour acheter des timbres, l'employé va vous rediriger automatiquement sur le distributeur de carnets de timbres. Et vous aurez beau insister, rien n'y fera. Si les salariés des Postes contribuent eux-mêmes à la destruction de l'emploi en France et à la baisse des effectifs de La Poste, pourquoi devrions-nous nous en émouvoir ? Et bien parce que cela rentre dans un système qui impacte directement tous les Français.

Vous allez me dire, mais quel rapport avec la téléphonie. La méthode est différente mais le résultat est le même. Il y a les forums où chacun exprime un problème technique, un mécontentement ou un point de satisfaction. Et là, ça ne loupe pas, il y a d'autres client qui vont répondre ou réagir à la place des collaborateurs de la marque. Ces clients bénévoles vont même jusqu'à orienter, conseiller ou résoudre les problèmes à la place de ceux qui sont censés le faire. Pourquoi ils ne le font pas ? Parce qu'ils ne sont pas assez nombreux. Pourquoi ils ne sont pas assez nombreux ? Parce que la marque en appelle aux bonnes volontés de ses clients. C'est un cercle vicieux mais tellement lucratif ! Le résultat est à l'identique des distributeurs.

Des gens qui travaillent gratuitement entraîne inévitablement des économies de personnel et donc de charges salariales et au final, c'est le chiffre d'affaires et l'actionnaire ou l'État qui est gagnant (quoique... il faut verser les indemnités chômages...). Ce n'est pas voir tout en noir que d'en arriver à de telles conclusions. C'est malheureusement une réalité. Ce genre de pratiques ne va certainement pas contribuer à la baisse du chômage et inverser la courbe chère à notre président François Hollande.

Ne vous en prenez pas à la crise, c'était inéluctable, elle n'y est pour rien puisque de toute façon, tout le monde cherche à faire des économies même quand la croissance est là. Comment lutter contre ça ? C'est très simple, laisser les marques et autres enseignes se débrouiller toutes seules. Ne participez pas aux forums, ne donnez pas d'idée, dirigez-vous vers une caisse "humaine" et achetez de jolis timbres dits "de collection". Cela fera sûrement réfléchir les patrons.

A bon entendeur, à bientôt.

 

27 juin 2012

Windows aPhone 8

Le 21 juin, Microsoft a présenté la nouvelle version de son Windows Phone, la version 8. Toujours le système de tuiles colorées que je trouve plutôt réussi comme concept, plus lisible et simple à gérer, les tuiles sont maintenant redimensionnables et donc plus nombreuses sur l'écran. D'autres nouvelles fonctionnalités comme le paiement avec le téléphone ou la reconnaissance vocale améliorée pour lui demander tout plein de choses, un processeur plus puissant, la communication par tapotement avec d'autres appareils équipés du même système, etc... Bref, la présentation, un peu longue sur la vidéo visible en fin d'article, me fait bien envie.

Et puis, quand on creuse un peu la question, pour se renseigner de la date de commercialisation on déchante. Windows Phone 8 n'arrive pas avant le dernier trimestre de cette année 2012 ! Pourquoi pas... mais quand est-il des appareils actuellement sur le marché ? C'est le deuxième effet "kiss cool" : aucun appareil en vente à ce jour n'est compatible avec la version 8. Tout au plus, une mise à jour sera proposée pour avoir le minimum, c'est-à-dire le nouvel affichage et quelques fonctionnalités basiques. La version 7.8 proposée pour compenser les possesseurs pourrait satisfaire éventuellement une majorité mais pas les plus exigeants.

Quelle est donc la stratégie de Microsoft en annonçant une telle révolution qui n'arrivera pas avant l'automne ? J'avoue que cela reste incompréhensible pour moi. Ils avaient là une occasion en or de rattraper les concurrents voire même les devancer. Et bien non, il va falloir patienter trois ou quatre mois. Vous me direz c'est vite là, oui, je suis d'accord. Mais beaucoup de consommateurs intéressés n'auront peut-être pas la patience d'attendre et se retourneront vers Androïd ou Apple.

J'étais si content de mettre enfin les deux pieds dans les nouvelles technologies en matière de téléphonie. Tant pis, j'attendrais, je pense que ça vaudra le coup. Patience, cela pourrait être mon deuxième prénom.

22 juin 2012

Des sushis et des pommes

Hier midi, je suis allé manger dans un restaurant japonais. Ce n'était pas la première fois mais la troisième. Il est vrai que je ne suis pas un fan de cette cuisine, mais là j'étais avec les collègues et c'était une occasion. En revanche, il y avait une nouveauté pour moi : le service sur tapis roulant. Vous prenez place autour d'une espèce de grand comptoir, sur lequel un petit tapis roulant tourne sans cesse en boucle en faisant un passage par la cuisine du restaurant. Au fur et à mesure, les cuisiniers disposent des petites assiettes remplies modestement de spécialités japonaise : brochette, sushi, nem, etc... Ne me demandez pas les noms, je n'arrive pas à les retenir.

Alors, voilà, le décor est planté. Abordons maintenant le déroulement du repas et la pratique du "manger à volonté". Finalement, tout repose sur votre emplacement autour du tapis. Et là, je ne savais pas, j'ai suivi mes collègues et nous nous sommes placés autour du virage, histoire de se parler comme autour d'une table. Or, ils n'avaient pas réfléchi à la problématique : manger à volonté suppose également de manger ce que l'on a envie. Cependant, pour arriver à ses fins et manger à sa faim, il vaut mieux se placer plus près de la cuisine, quand les mets font leur entrée. Du coup, quand un groupe s'est placé vers l'entrée des assiettes, le choix des plats s'est tout de suite réduit.

Ainsi, les assiettes qui contenaient des brochettes par exemple, n'arrivaient plus jusqu'à nous ! La seule abondance qui nous parvenait concernait les desserts : salade de fruit (pomme principalement), gâteau au chocolat, tarte aux abricots. Il y avait bien quelques sushis, des beignets de calamars ou des soupes, mais à la longue, toujours manger la même chose, ça lasse. Je peux vous dire, la salade de fruit c'est bon, mais au bout de trois ou quatre ramequins, ça commence à écœurer, surtout quand vous alternez avec un plat salé. A un moment donné, je n'avais même pas fait attention, je commençais à piocher dans ma tarte aux abricots alors que je n'avais pas fini les beignets ! Complètement perturbé et dérouté. Surtout que j'avais pris le parti de mettre de côté ce qui pouvait m'intéresser, histoire de ne pas être à court.

Bref, je n'ai pas trouvé ça terrible comme expérience, en plus on passe tout le repas à surveiller ce tapis qui roule sans cesse. Cela devient du chacun pour soi, pas très convivial.

15 juin 2012

Locavore

J'ai fait des courses et je suis fier d'avoir commencé mes premiers pas de locavore. Il faut dire que l'émission 200 km à la ronde m'a ouvert l'esprit. Mais, je m'interrogeais sur la difficulté de trouver des produits qui font moins de 200 km du producteur au consommateur, surtout quand on est citadin. Et puis, je viens de m'apercevoir qu'à la grande surface où je fais habituellement mes courses, il y a à différents endroits, des rayons ou îlots de produits qui font moins de 80 km pour venir jusqu'à moi ! Je discute avec la dame qui est là pour nous renseigner ou promouvoir les produits et les producteurs. Tout a été cultivé, élevé et produit dans mon département. Dingue. Je me suis dit "chouette", je vais pouvoir contribuer moi aussi à la sauvegarde du tissu économique local, des emplois, des exploitants et de l'environnement. Tout ça dans mon chariot. Alors, j'ai pris des petits pois (encore dans leur cosse), des radis, des tomates, du fromage, des yaourts et du jus de pomme brut de pressage. J'ai même pris du lait Candia produit dans l'Isère. Car j'ai fait attention à l'emballage, le département de production du lait est marqué sur l'étiquette. J'ai bien tout suivi les explications de l'émission de France 5 présentée par Eglantine Eméyé. Bref, je suis content de moi.

11 juin 2012

Lumia 900 vs Galaxy S III

Une guerre vient de se déclencher dans la téléphonie entre Samsung et Nokia. Les deux marques viennent de sortir un smartphone haut de gamme qui vient concurrencer directement l'iPhone d'Apple. Pour y voir plus clair, je vous propose ce comparatif détaillé de tarifs pour la version 16 Go sans abonnement (frais de port non inclus).

Mise à jour : 22-06-2012 à 18h26

Commerce Couleur Lumia 900 Galaxy S III

 Amazon

(prix de vente instables)

blanc 494,02 560,00
bleu 524,99 631,02
noir 524,99  
 Auchan blanc 559,00 645,00
bleu   649,00
noir    
 B & You blanc   597,00
bleu   597,00
noir    
 Boulanger blanc   649,00
bleu   649,00
noir    

 Carrefour

(prix de vente instables)

blanc   602,97
bleu   645,75
noir 535,89  

 Cdiscount

(prix de vente instables)

blanc 494,02 607,95
bleu   639,00
noir 586,95  
 Darty blanc   649,00
bleu 599,00 649,00
noir 599,00  
 Expansys blanc 524,99 629,99
bleu 524,99 649,99
noir 524,99  

 Fnac

(prix de vente instables)

blanc 576,09 649,00
bleu   649,00
noir 524,99  
 Goldway blanc   681,86
bleu   681,86
noir 568,81  
 Grosbill blanc 509,00 632,90
bleu   632,90
noir    

 Handiordi

(prix de vente instables)

blanc 529,00 579,00
bleu 549,00 659,00
noir 549,00  
 Internity blanc   650,00
bleu   650,00
noir    
 LDLC blanc 529,98 639,96
bleu   639,96
noir 529,98  

 Meilleurmobile

(prix de vente instables)

blanc 498,99 604,90
bleu   618,56
noir 538,58  
 Sosh blanc   599,00
bleu   599,00
noir 439,00  
 Phonehouse blanc 529,90 649,90
bleu   649,90
noir    

 Pixmania

(prix de vente instables)

blanc   606,00
bleu   753,22
noir 538,58  
 Rue du commerce blanc 509,00 630,00
bleu 528,00 630,00
noir 524,99  
 Webdistrib blanc   629,00
bleu   639,99
noir    

 

Couleur Commerce Lumia 900 Galaxy S III

 Blanc

Amazon
Auchan
B&You
Boulanger
Carrefour
Cdiscount
Darty
Expansys
Fnac
Goldway
Grosbill
Handiordi
Internity
LDLC
Meilleurmobile
Sosh
Phonehouse
Pixmania
Rueducommerce
Webdistrib
494,02
559,00
B&You
Boulanger
Carrefour
494,02
599,00
524,99
576,09
Goldway
509,00
529,00
Internity
529,98
498,99
Sosh
529,90
Pixmania
509,00
Webdistrib
560,00
645,00
597,00
649,00
602,97
607,95
649,00
629,99
649,00
681,86
632,90
638,00
650,00
639,96
604,90
599,00
649,90
606,00
630,00
629,00

 Bleu

Amazon
Auchan
B&You
Boulanger
Carrefour
Cdiscount
Darty
Expansys
Fnac
Goldway
Grosbill
Handiordi
Internity
LDLC
Meilleurmobile
Sosh
Phonehouse
Pixmania
Rueducommerce
Webdistrib
524,99
Auchan
B&You
Boulanger
Carrefour
Cdiscount
599,00
524,99
Fnac
Goldway
Grosbill
549,00
Internity
LDLC
Meilleurmobile
Sosh
Phonehouse
Pixmania
528,00
Webdistrib
631,02
649,00
597,00
649,00
645,75
639,00
649,00
649,99
649,00
681,86
632,90
638,00
650,00
639,96
618,56
599,00
649,90
753,22
630,00
639,99

 Noir

Amazon
Auchan
B&You
Boulanger
Carrefour
Cdiscount
Darty
Expansys
Fnac
Goldway
Grosbill
Handiordi
Internity
LDLC
Meilleurmobile
Sosh
Phonehouse
Pixmania
Rueducommerce
Webdistrib
524,99
Auchan
B&You
Boulanger
535,89
586,95
Darty
524,99
524,99
568,81
Grosbill
549,00
Internity
529,98
538,58
439,00
Phonehouse
538,58
524,99
Webdistrib
Amazon
Auchan
B&You
Boulanger
Carrefour
Cdiscount
Darty
Expansys
Fnac
Goldway
Grosbill
Handiordi
Internity
LDLC
Meilleurmobile
Sosh
Phonehouse
Pixmania
Rueducommerce
Webdistrib

25 mai 2012

Le smartphone, un produit d'appel

Je résiste, je tente de résister mais c'est difficile de résister aux sirènes commerciales. Même si les fabricants de smartphones ne se prennent pas pour Pisinoé ou Thelxinoé, ils copient le même comportement pour persuader les consommateurs à choisir leurs produits. Et donc, en ce moment je résiste. J'ai l'impression de plus en plus d'être un des rares sur cette planète à posséder encore un téléphone portable non tactile et non intelligent, un simple téléphone.

Alors, pour combattre les appels des opérateurs, je m'informe et je cherche s'il y aurait vraiment un appareil digne de me satisfaire au vu de l'usage que j'en fais. Drôle de combat que de chercher à acquérir l'objet de mes tourments ! Car à part appeler rarement et envoyer des textos rarement, je n'ai, a priori, nul besoin de centaines d'applications ou de jeux sur ce maudit téléphone énergivore.

Et sur quoi ça coince ? Un truc tout bête et qui pourtant a un poids que l'on ne peut imaginer dans la balance de la décision de faire le grand saut : le réveil quand l'appareil est éteint. Tous les matins, mon mobile actuel, s'active à 6h35 avec l'une de mes musiques contenues dans la bibliothèque MP3. Mais pour ce faire, il n'y a pas besoin de laisser allumer ou en veille mon téléphone. C'est merveilleux, il fonctionne aussi quand il est éteint. Et sur quel constat sidérant je suis tombé ? Et bien, que les nouveaux modèles de téléphones, et plus particulièrement de smartphones, ne peuvent faire fonctionner le réveil quand ils sont éteints (ou alors il y en a très peu). Voilà, la cause de mon tourment. Car soyons clairs, ça m'emmerde infiniment de devoir laisser le portable allumé toute la nuit rien que pour le faire sonner à 6h35 le matin. C'est à l'encontre de mes principes écologiques au quotidien. Cela entacherait tous les efforts et les gestes que j'essaye de mettre en oeuvre pour donner du bien à notre planète. Vous me direz que cela consomme très peu. Sauf que sur une année, les petits rus faisant des petits ruisseaux et les petits ruisseaux faisant des grandes rivières, je pense que ça doit quand même faire une certaine consommation de courant au final. Surtout si l'on doit compter aussi les temps de rechargement.

Bref, dois-je laisser tomber ou dois-je me lancer ? Est-ce que je me prends trop la tête alors que des millions de gens, voire des milliards, ont depuis longtemps passé à l'action en acquérant un mobile de dernière génération allumé 24 heures sur 24 et rechargé presque quotidiennement.

Et je ne vous parle pas des ondes que cela émet...

11 novembre 2011

La grande guerre au gaspillage

Cette année, l'Armistice coïncide avec une date particulière : le 11/11/11 ! C'est d'ailleurs la seule fois dans votre vie que vous connaîtrez une telle suite de un (remarquez la date et l'heure de cet article...). A moins, que vous ne viviez encore cent ans. Bref, l'occasion annuelle de rendre hommage à nos poilus de la grande guerre et de respecter le devoir de mémoire. Mais, aujourd'hui, a-t-on oublié à ce point le sacrifice de nos aïeux ?

Le premier reportage d'Envoyé spécial, la toujours excellente émission de France 2, portait sur la gaspillage alimentaire et la surconsommation. C'est la crise et pourtant nous vivons finalement dans l'opulence car nous achetons beaucoup de produits alimentaires mais nous en jetons le quart ! Nul besoin ici de chercher un responsable car nous le sommes tous, du producteur au consommateur en passant par le distributeur. Nous achetons ce dont nous n'avons pas forcément besoin, dans des quantités injustifiées.

Le producteur doit fournir des produits jolis, bien calibrés et pas abîmés, au grossiste car ces produits sont bien côtés et donc vendables sur les plates-formes de distribution et ensuite dans les supermarchés. Ce dernier réclame des produits vendables et donc qui rapportent du chiffre car le consommateur que nous sommes exige un bon et joli produit. Une tâche sur un melon ? Le producteur le jette à la poubelle ! Dans un paquet d'endives emballées, l'une d'elle à une tâche ? Le distributeur jette le paquet complet car il n'a pas le temps de trier ! Des consommateurs ont dans leur frigo un pack de yaourts dont la date limite est le lendemain ? Poubelle !

25% de ce qui est produit part à la poubelle. C'est fou et consternant.

Et ce qui ajoute du drame à tout ça, c'est que même les denrées non périssables, comme les pâtes ou le riz, subissent le même sort. Chaque matin avant l'ouverture, les rayons sont vidés des produits dont la date limite de consommation (DLC) ou la date limite d'utilisation optimale (DLUO) approche à grands pas mais qui sont encore consommables. Avez-vous déjà été malade avec un yaourt mangé trois jours après sa péremption ? Moi, non.

Alors, me direz-vous, on pourrait donner ces articles aux associations pour les distribuer aux plus démunis. Ben non justement. Les grandes surfaces préfèrent les arroser d'eau de Javel et les jeter plutôt que d'organiser un transport en semi-remorque jusqu'aux Resto du cœur ou au Secours populaire. Le temps c'est de l'argent. C'est la loi de finance. Toujours ces enquiquineurs d'actionnaires.

Il ne faut donc pas s'étonner qu'aujourd'hui des gens fassent les poubelles derrière les magasins, le soir, quand tout est fermé. C'est le cas de ce couple, montré pendant le reportage, qui régulièrement, le soir, fait le tour de trois ou quatre magasins, récupère assez de marchandises pour remplir le coffre de leur voiture et redistribue ensuite à d'autres familles dans le besoin. Ce n'est pas gaspillé, ça remplit des frigos et ça aide. Et ce sont des produits neufs et propres à la consommation.

Des gens se sont battus pour notre liberté et notre intégrité, et nous, nous bafouons ce sacrifice pour faire les difficiles devant un rayon aux 36 000 références.

31 mai 2011

Sortez les mandolines

On ne sait pas s’il faut en rire ou en pleurer. Des concombres sont porteurs d’un virus mortel pour l’homme : l’escherichia coli enterohémorragique. A vos souhaits. On déplore plusieurs victimes en Europe, c’est bien sûr dramatique. Après la vache folle, la grippe aviaire, le H1N1 et autres joyeusetés épidémiques, nous sommes menacés maintenant par le concombre. Une histoire digne d’un film catastrophe hollywoodien avec plein de victimes inondées par des saignements incontrôlables et des écorchés vifs errant dans les rues : l’attaque des concombres tueurs. C’est risible, je fais partie de ceux qui disent que l’on peut rire de tout, mais c’est terrible pour les familles qui ont perdu un proche. C’est à l’image de notre société individualiste : une comédie dramatique où jean-qui-rit côtoie jean-qui-pleure.

Alors, pas besoin de fuir ce légume vert, vous pourriez tout aussi bien tomber malade avec un autre produit. Ne changez pas vos habitudes. Au-delà d’une analyse socio-philosophique de la situation, n’oubliez pas de vous laver les mains et les produits, et d’éplucher ou cuire les aliments. Ca évitera bien des soucis en ces temps de fin de crise, pas besoin d’en rajouter.

21 décembre 2010

Le marché de Noël

Il parait que les marchés de Noël qui fleurissent un peu partout en France sont en perte de vitesse. Les ventes sont en baisse et certains exposants ne rentrent pas dans leurs frais. Vieux de presque six siècles, ces marchés ont bien évolué. Aujourd'hui, ils s'apparentent plus à de mini centres commerciaux.

On y trouve en théorie tout ce qui a attrait à la fête de Noël. Mais l'esprit d'origine est en survie, ce qui pourrait expliquer le désintéressement grandissant de ces chalets. Même si on peut encore y trouver des artisans qui proposent productions originales et "fait main" (santons, bougies et autres décorations pour vitrines et sapins), on y trouve aussi des exposants qui étalent leurs produits fabriqués en Chine ou de l'alimentation de fête foraine tel que churros, pommes d'amour, bière ou vin chaud.

Toutes ces petites échoppes éphémères sont bien jolies mais quid de leurs contenus ? Beaucoup d'objets inutiles et qui vont prendre la poussière une fois chez vous. Que faire d'une peau de bête ou d'un totem africain quand vous habitez dans un 20m² ou d'une pipe sculptée si vous ne fumez pas ? Quant au foie gras et aux santons, vous trouvez tout ça en grande surface si vous n'aviez pas déjà les décorations des années précédentes. Tout le problème réside dans le fait que ces marchés de Noël deviennent au fil des années des marchés de l'inutile. Et je n'aborde pas le phénomène économique où des familles ont en plus en plus de difficultés à manger des repas complets tous les jours, alors acheter des babioles pour les ranger dans des cartons n'est pas une priorité pour ces gens.

Alors, évidemment, on pourrait accuser l'essor des grands magasins ou la crise pour expliquer les problèmes, mais ceux qui n'ont pas de soucis de fin de mois ou qui fréquentent les commerçants de leur quartier, ont-ils l'envie de visiter ces marchés de fin d'année ? Je pense que ce n'est pas un problème de porte-monnaie mais d'envie et d'utilité. Aujourd'hui on veut acheter ce qui nous semble utile, même si la définition est aujourd'hui discutable vu ce que les consommateurs préfèrent dépenser en écrans plats, smartphones ou 4x4. On dépense des centaines et des centaines par an rien qu'en facture de portable et d'Internet, alors ne me dites pas que le problème se situe dans les fonds de poche.

Non, je reste convaincu que la cause numéro un est l'utilité des marchandises proposées, des attrape poussières pour la plupart, que l'on retrouve d'ailleurs toute l'année dans des enseignes telles que Maisons du monde, Nature et découvertes ou Pier import. Des commerces que l'on fréquente de temps en temps mais où on en ressort souvent les mains vides. Le premier ennemi des marchés de Noël c'est le désintérêt et non la crise.

11 novembre 2010

Trivial Pursuit Master

Hier, je me suis rendu au Carrefour de mon quartier et je me suis promené dans les rayons des jouets installés pour Noël. Quelle ne fut pas ma surprise en voyant une nouvelle boite de Trivial Pursuit dans sa version Master. Chouette, j'achète et débourse 39,90 euros ! Une jolie boite toute vêtue en nuance de bleue. En rentrant chez moi, j'ai vite ouvert. Un minuteur faisait la nouveauté de cette boite. Je regarde les questions et là c'est la deuxième surprise : les réponses ne correspondent pas aux questions. Je regarde d'autres cartes, même problème. Tout était mélangé. Je parle à l'imparfait car je viens de rendre la boite. J'ai envoyé un mail à Hasbro et je n'ai pas encore eu de réponse. Par contre, je n'explique pas pourquoi la Fnac vend cette boite de jeu 59,90 euros sur son site Internet !

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu