Avertir le modérateur

afrique

  • Western Désunion

    Vous avez peut-être loupé le reportage d'Envoyé spécial du 17 février sur les arnaques via Internet. Pour résumer, de jeunes ivoiriens, et d'autres pays d'Afrique, montent tout un système pour soutirer de l'argent à des Européens et plus particulièrement des Français. Ils font croire qu'ils sont amoureux, qu'ils ont des difficultés, qu'ils ont des problèmes de santé, qu'ils sont français, etc..., pour demander de l'aide financière. Evidemment, nombre de nos compatriotes tombent dans le panneau. Ces délinquants électroniques arrivent à se faire en moyenne 2.500 euros par mois.

    Pour éviter de se ruiner au risque d'être interdit bancaire ou de se faire placer sous tutelle, quelques remarques et conseils pratiques. Il est fondamental en premier lieu de se poser les bonnes questions lorsque l'on est devant son écran. Les situations sont diverses : un mail qui semble s'adresser à vous pour vous vanter les mérites d'un médicament, un mail à l'en-tête bancaire qui vous demande de cliquer sur un lien pour mettre à jour vos données bancaires, un mail qui vous vante les mérites d'un site qui vend des logiciels ou autres produits à 80 ou 90% moins chers qu'ailleurs, une personne qui souhaite être votre ami sur Messenger (ou MSN), une personne qui discute avec vous sur un forum ou une salle de discussion virtuelle, une personne qui vous aborde sur un site de rencontre... bref, toutes les occasions sont bonnes pour vous mettre le grappin dessus.

    Comme je le disais, face à ces différentes situations, il faut avant tout se poser la bonne question : si la même chose se passait en réel, dans la rue, comme je réagirais ? Oui, si un homme ou une femme vous demandait mille euros dans la rue, lui donneriez-vous ? Si un homme ou une femme vous proposait une boite de Viagra ou un logiciel dans la rue, achèteriez-vous ? Si un homme ou une femme vous demandait votre carte de crédit dans la rue, lui donneriez-vous ? Si un homme ou une femme vous demandait de lui payer un billet d'avion, le feriez-vous ?

    Avec Internet, on a tous tendance à avoir plus confiance et être naïfs que dans la réalité. Le contexte y joue pour beaucoup : on est tranquillement chez soi et on a l'impression que la personne avec qui on parle est dans notre canapé ! Je dis donc qu'il faut être aussi vigilant qu'en bas de chez vous. L'argent que vous donnerez ou enverrez est perdu et il n'y a pas de retour sur investissement. Alors, si un jour vous devez utilisez les services de la Western Union, arrêtez-vous deux secondes et posez-vous cette question : mais que fais-je ? Vous ne reverrez jamais plus cette argent, vous ne verrez jamais la personne que vous croyez aider et en plus vous ne pourrez pas vous retourner contre l'organisme intermédiaire car vous avez fait ça de plein gré et en plus les employés situés à l'autre bout sont complices et corrompus par les arnaqueurs. Et quand la police ivoirienne vous appellera au téléphone vous pour demander de porter plainte, vous croirez à un canular !

    Alors, de grâce, aidez vos proches, vos voisins ou même un SDF ça sera beaucoup plus efficace.

  • Le grand pardon

    La droite reproche à Ségolène Royal sa liberté de parole pour faire parler d'elle. Mais, en tant que personnalité politique, elle agit comme les autres ! Au royaume des politiciens, les plus médiatisés sont rois. Alors, la classe politique se déchaîne. Xavier Bertrand parle de manipulation : quand on sait que notre président joue avec les membres de l'UMP comme avec des pions sur un échiquier (remaniement, Européennes) et qu'il est le premier à manipuler l'opinion avec de grands rendez-vous télévisés ("Gandrange ne fermera qu'un four"). Dominique Paillé l'a qualifie de "dévorée d'ambition" : quand on sait que le candidat le plus nerveux de la droite attendait d'entrer à l'Elysées depuis des décennies en se rasant le matin… Frédéric Lefebvre, la tête à claques de service (oui, je ne l'aime pas du tout celui-là, qui a été à bonne école pour manipuler l'opinion à chacune de ses interventions), conseille une aide psychologique et la traite de folle.

    Ils ne savent plus quoi dire. Quand on manque d'arguments, on insulte. A gauche, beaucoup se taisent car certains doivent penser autant de l'ancienne candidate. Que ça soit à droite ou à gauche, Ségolène Royal, toujours perçue dans l'opinion publique comme une opposante sérieuse à la majorité, est le poil à gratter du paysage politique. Dès que Nicolas Sarkozy fait un faux pas, elle est la première à réagir, prenant de court les démentis et les interprétations correctrices des fidèles au président, mais aussi Martine Aubry qui n'a pas le temps de s'opposer comme elle devrait le faire ou qu'elle essaye de faire (mais ces déclarations derrière le pupitre passent inaperçues).

    Ségolène Royal marche sur les plates-bandes de tout le monde, on ne peut pas lui reprocher d'agir comme les autres, il me semble. C'est la règle du jeu de la communication. Nicolas Sarkozy est le premier à avoir agit comme ça alors qu'il n'était que ministre : il intervenait dans tous les domaines, coupant l'herbe sous le pied de ses collègues du gouvernement. Aujourd'hui, ils prennent sa défense car il est le chef, mais dès que l'occasion se présentera, ils vont tous lui marcher dessus. Retourner sa veste est une pratique qui a déjà été rodée par certains : je passe de droite à gauche ou de gauche à droite en passant par le centre, je soutiens Chirac puis je passe à Balladur, etc. C'est chacun pour soi. Alors, je dis que Ségolène Royal agit comme il se doit, en respectant les usages et les règles politiques en vigueur dans le monde entier : "moi d'abord, les autres après".

    Au lieu de lécher les bottes du président, les copains de la majorité devraient peut-être jouer le rôle de modérateur : "Attention Nicolas, fais gaffe à ce que tu dis, surveille tes paroles". Mais non, Nicolas ne surveillera pas ses paroles puisqu'il suit la règle numéro une à la lettre, à savoir faire parler de soi pour ne pas être oublié et occuper la scène. Surtout que notre président cherche à s'imposer face à un Barack Obama encensé dans le monde entier. Notre petit caporal ne supporte pas, son ego non plus. Il conviendrait il me semble de remettre un peu d'ordre dans cette classe politique. A l'instar d'un plan de relance économique qui cherche à moraliser et calmer les financiers, il faudrait une sorte de plan pour nos politiques. Insulter et entraver l'autre finira par porter préjudice à tous. L'opinion publique n'est pas dupe de ces petits jeux et ces petites phrases.

    En attendant, Ségolène Royal est bien partie pour endosser le rôle d'un nouveau Christ. Après la Sainte Vierge pendant la campagne de 2007, la voici dans son rôle de grand pardon. Le message est clair : "Voyez comment ça se passe avec celui que vous avez élu ? Moi, je n'aurais pas fait comme ça". Ce qui agace ses adversaires et ses "amis", c'est qu'elle fait parler d'elle d'une manière peu conventionnelle. Elle se lance dans une nouvelle pratique et apparemment ça marche puisqu'elle fait la une des journaux et déclenche les réactions assassines de ceux qui peinent à s'imposer. Ce sont les autres qui font sa publicité, elle a tout compris ! L'important est de faire parler de soi, que ce soit en bien ou en mal. Les électeurs ont quoi qu'il arrive, la mémoire sélective, pour ne pas dire courte. Des scrutins locaux ont bien vu triompher d'anciens élus déchus et condamnés en justice.

    De toute façon, qu'a-t-elle à perdre ? N'étant ni à la tête du parti, n'étant pas sûre d'être la candidate des Socialistes en 2012 (à moins d'être dissidente), elle joue le tout pour le tout. Avec un Napoléon, il fallait bien une Madame Sans-Gêne.

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu