Avertir le modérateur

blog

  • Coup de projecteur sur l'anonymat du blog

    Qu'est-ce qu'un blog ? C'est la délicate question que les députés devront se poser pour savoir si le blogueur doit rendre son identité publique. Un blog c'est avant tout, je crois, un recueil de pensées et de réactions, de coups de cœur comme de coups de gueule.

    Le commun des mortels n'ayant pas accès aux tribunes et ayant peu de chance d'être sélectionné dans le courrier des lecteurs, le blog est un bon moyen d'ouvrir sa parole et d'exposer ses points de vue. Les spécialistes politiques et économiques, les intellectuels et philosophes n'ont pas le monopole des idées et des analyses. Nous sommes tous capables de penser et donc de développer une opinion sur des sujets variés comme le font les têtes pensantes. Il est nécessaire d'ailleurs de laisser libre cet espace sinon on basculerait vite dans la pensée unique, véritable ennemi de la démocratie.

    Ceci étant dit, il est vrai que dans un même temps, le blog est public et de ce fait accessible à tous. Avec la multiplication des intervenants et des propriétaires d'un petit morceau de cet immense espace planétaire, des blogs sont devenus des défouloirs et des lieux de contestation. Un phénomène s'est aussi développé avec le temps : la tendance qui consiste à prendre pour argent comptant ce qui est écrit dans ces journaux intimes publics. N'importe qui peut écrire n'importe quoi, il faut donc être vigilent sur l'importance que l'on donne à nos lectures. Il faut prendre un blog pour ce que c'est : les écrits d'un internaute lambda. Importance qui se mesure vite grâce au nombre de visiteurs qui est insignifiant au regard de la totalité colossale de blogs et d'internautes.

    Ce n'est ni du journalisme, ni de l'officiel.

    Il faut bien rester dans l'idée qu'en entrant dans un blog c'est comme si on entrait au domicile d'une personne sans forcément avoir été invité. Même si un blogueur espère secrètement être lu par le plus grand nombre (recherche de la notoriété, besoin de reconnaissance), il n'a pas envie que son espace se transforme en champ de bataille. La lecture peut donc vite s'apparenter à une effraction de domicile, inconsciemment. Quand une idée d'article germe dans l'esprit du blogueur, le but n'est pas de déclencher une vague de protestation, le but est juste de dire ce que l'on pense. Parfois maladroitement.

    En fin de compte, même si on peut donner son avis sur un sujet, ce n'est pas systématiquement un avis d'expert. Selon le postulat "on ne peut pas parler de ce que l'on ne connaît pas", le blogueur a le droit à l'erreur et donc à la tolérance. Il n'y a que celui qui ne fait rien qui se trompe jamais. Rien n'empêche ensuite aux commentateurs de rectifier et d'apporter de l'eau au moulin d'un débat constructif.

    Et l'anonymat dans tout ça me direz-vous ? Et bien, l'anonymat c'est l'essence même du blog. Ce qui fait que tout ce que je viens d'expliquer avant est possible. C'est ce qui permet à tout un chacun de dire tout haut et non de garder ça pour soi ou pour son entourage. L'anonymat, c'est ce qui donne le droit à l'erreur. L'anonymat, c'est ce qui rend passionnant la liberté de parole. Alors, obliger le blogueur à dévoiler son nom et autres informations permettant de rentrer directement en contact, c'est ce qui va briser le charme du blog. L'effet immédiat va être de freiner les ardeurs et les échanges. On en va plus oser dire sincèrement, ou même plus dire du tout sous peine d'être lynché pour un mot de travers. Et si une personne se sent obligée d'utiliser son droit de réponse ou d'apporter un démenti, il y a les commentaires pour ça.

    J'ai dans l'idée que Jean-Louis Masson, à l'origine de cette proposition de loi déposée au Sénat, avait une envie soudaine de faire parler de lui : il n'a qu'à ouvrir un blog.

  • Silence radio

    Cela fait quelques jours que je n'ai rien écrit sur ce blog. Non pas que je sois parti en vacances ou que j'en avais ras la casquette. Je n'avais tout simplement rien à dire. Aucune inspiration.

    La politique ne me dit rien qui vaille le coup d'en débattre, étant donné la richesse des débats au sein même des formations candidates. Je ne sais d'ailleurs toujours pas pour qui je vais donner ma voix. Car je la donnerai. Ils dénoncent tous un système auquel ils ont participé de près ou de loin. Ils proposent tous une autre Europe. Ce n'est donc pas facile de se décider. S'ils veulent tous un siège à tout prix, ils n'ont qu'à aller chez Ikea, comme je le fais de temps à autre. Il y a toujours des articles intéressants sur lesquels s'asseoir, tel ce fauteuil Roxö rouge que j'ai offert à ma sœur pour ces quarante ans. On y est très bien assis. Bref, la politique c'est un éternel recommencement, échéance après échéance.

    Tous ces morts, tous les jours, ne m'incitent pas non plus à la prose ni à partir en voyage à bord d'un avion qui peut se casser la figure à tout moment. Ces appareils sont tellement sophistiqués et bourrés d'électroniques que ça en devient inquiétant, les humains n'étant presque plus maîtres à bord. Toujours est-il que ces pauvres voyageurs ont eu une fin tragique et violente, à quelques centaines de kilomètres du triangle des Bermudes. Il ne faut pas attendre les boites noires pour deviner qu'ils n'ont eu aucune chance de s'en sortir. Ca a sauté en plein vol et voilà, plus rien, désintégration totale. C'est la faute à pas de chance. Il n'y a malheureusement plus rien à faire. Les familles vivent des moments extrêmement douloureux surtout que des familles entières ou presque ont été décimées. Des orphelins de plus, des entreprises qui perdent leurs employés, et même un prince, descendant du dernier empereur du Brésil. Ces catastrophes peuvent arriver à n'importe qui, riche ou pauvre, malade ou bien portant. Pas de discrimination devant la mort.

    Ayons une pensée également pour ces 61 morts dans une mine d'or en Afrique du sud, pour ces vingtaine de victimes quotidiennes sur les routes, ces 60 000 du tabac, ces 600 000 de l'hépatite dans le monde, ces millions de la famine, etc. Si l'on commence à recenser, on n'en finit plus et la déprime n'est pas loin.

    Moi je veux des bonnes nouvelles, je ne veux pas faire une tête de trois pieds de long, je veux sourire et profiter de ce que la vie me propose. Tiens, par exemple, rions des soucis de la reine d'Angleterre, vexée de ne pas avoir été invitée, la petite mémé en a le chapeau tout retourné. Rions de notre Premier ministre qui a tenté de caché des dépenses et qui se retrouve en pleine lumière dans la presse. Rions de Martine Aubry qui n'arrive pas à faire l'unanimité autour d'elle et qui se dispute à qui fera le café au parlement européen. Rions avec Jean-Pierre Raffarin qui a mis une sacrée pagaille avec ce lundi de Pentecôte férié mais travaillé chez certains et pas d'autres. Rions de Berlusconi qui va voir arriver sur son bureau une note salée de divorce, parce qu'il ne peut pas s'empêcher de loucher sur d'autres femmes.

    Oui, rions, rions, rions. Le rire est le propre de l'homme. Le rire a un rôle social car on rit davantage quand on est accompagné. Le rire est anti-stress car il libère une hormone. Alors, mes amis, lâchez-vous, ne vous gênez pas, vous aurez bien le temps de pleurer plus tard.

  • Tu vas voir ta gueule à la récrée !

    Raconter sa vie ou commenter l'actualité est devenu monnaie courante sur Internet via un blog. Une sorte de journal intime que tout le monde peut lire. D'ailleurs, qui n'a pas plusieurs blogs à son actif ? Un pour parler des choses légères, un autre pour les coups de gueules et un autre pour ses photos. Un pour notre côté ange et un autre pour notre côté démon. Alors, avec la multiplication de ces vitrines, comment éviter les débordements ? Il est tellement facile de dire tout et n'importe quoi sur le net qu'il est normal d'y voir fleurir tout type de commentaire. L'agression verbale est plus simple et plus blessante. Cela ne date pas d'hier : les pamphlets du XVIIIè siècle et les journaux satiriques de la révolution (comme La voix du peuple de Marat) ont fait bien du mal par le passé et des têtes sont tombées...

    Quelles peuvent être les raisons d'une recrudescence de ce phénomène ?

    Il y a d'abord le fait que les commentaires haineux touchent des milliers voire des millions de gens en quelques secondes. Une nouvelle arme de destruction massive qu'aucun dirigeant de pays ne pourra arrêter même avec la meilleure armée du monde.

    Il y aurait peut-être le fait que brûler une voiture ou casser une vitrine demande beaucoup d'efforts et comporte beaucoup de risques. La peur du gendarme serait alors à nouveau d'actualité. Même si l'on n'y reste pas longtemps, la garde à vue peut sembler "fun" mais finalement ça ne fait de mal qu'à la victime et pas tout à un pan de la population car la haine fait souffrir.

    Il y a aussi le phénomène "c'est moi le plus fort". Filmer une agression avec son portable et la mettre en ligne ou filmer son excès de vitesse et le mettre en ligne connaît un succès chez les nouvelles générations. La recherche de la célébrité pousse à faire bien des bêtises. L'important est de garder une trace quelque part pour se vanter.

    Il y a aussi la morosité ambiante : pouvoir d'achat, emploi, conflit dans les entreprises. Un stress permanent parmi la population qui éclate à un moment ou à un autre. Comment ne pas se sentir agresser en lisant un article de blog qui fait allusion à un sujet ou à un métier qui nous concerne ? Cette mauvaise ambiance rend susceptible et il suffit d'un mot ou d'une phrase pour déclencher les hostilités.

    Il y a aussi le fait que, sous couvert de l'anonymat (tout relatif), des gens biens sous tout rapport, s'avèrent être de vrais polémiqueurs lorsqu'ils s'expriment par écrit. C'est comme dans la vie : votre gentil voisin serviable et courtois qui se révèle être un violeur ou un terroriste.

    Et puis il y a le fait que cela fait tellement du bien de se soulager et d'être méchant de temps en temps, enfin je suppose. François Mauriac disait Comme on dit "faire l'amour", il faudrait pouvoir dire "faire la haine". C'est bon de faire la haine, ça repose, ça détend.

    Cette violence verbale ne me dit rien qui vaille et annonce peut-être pire pour l'avenir. Aujourd'hui c'est par écrit mais demain ?

  • La blog academy

    Un blog peut-il amener à la célébrité ? Il n'est pas rare maintenant de voir apparaître dans les médias une nouvelle tête : un blogueur qui s'est fait remarquer par ce qu'il mettait en ligne sur son blog.

    Au plus loin que je puisse remonter dans mes souvenirs, je revois cet invité chez Marc-Olivier Fogiel dans On ne peut pas plaire à tout le monde. Le visage recouvert par une télévision en carton, il répond aux questions brièvement mais refuse de se découvrir, malgré les insistances de l'animateur. Cet invité surprise raconte dans son journal le quotidien dans son entreprise. Le travail et les collègues, rien n'est épargné, d'où son choix de vouloir taire son identité.

    Rappelez-vous aussi les deux jeunes rugbymen qui chantent torses nus en playback devant leur webcam. On peut dire qu'ils ont fait sensation. Un reportage dans le journal de 20h de France 2 et hop, les voilà propulsés devant les projecteurs. Je ne serai pas étonné de les voir apparaître au cinéma un jour.

    Récemment, deux chanteurs en herbe ont fait leur place dans cette jungle en proposant tous les dimanches une chanson sur l'actualité. Muni d'un mini piano et d'un ukulélé, nos artistes fraîchement élus ont connu un succès fulgurant. Il n'a pas fallu longtemps pour qu'une maison de disques s'intéresse à eux. Surveillez les bacs des magasins, un album ne devrait pas tarder.

    Et dernièrement, cette sympathique caissière, un diplôme pas du tout en phase avec son emploi, qui raconte ses difficultés dans son magasin : le dur labeur et le contact pas toujours agréable avec les clients. La voilà désormais promue écrivaine par un éditeur désireux de publier dans un livre toutes ces histoires.

    Pour autant, avons nous tous une chance de connaître cette destinée ? Ceux qui ouvrent un blog dans le but d'accéder aux marches du palais des célébrités se mettent le doigt dans l'œil. Il existe des millions de journaux "intimes" et de ce fait seule une poignée de chanceux pourront se faire remarquer. L'originalité des articles, les talents d'écriture voire même artistique sont des atouts mais n'y a-t-il pas également une part de chance ? A vos plumes et bonne chance à tous !

  • C'est dur la vie d'artiste

    Je ne sais pas si vous êtes comme moi (comme le dit la chanson) mais chaque fois que je consulte les statistiques de mon blog, j'ai comme un petit stress : combien de visiteurs et de pages lues hier ? Quels sont les derniers commentaires ajoutés par de gentils internautes qui ont bien voulu prendre quelques minutes de leur temps pour me lire et apprécier mes dires.

    Cet histogramme bicolore proposé par 20 minutes fonctionne comme un électrocardiogramme. Il y a des hauts et des bas. Un article référencé sur la page des blogs de 20 minutes et aussitôt c'est la montée en flèche des chiffres. Une absence d'article sur plusieurs jours et c'est la chute vertigineuse.

    Par quel mal sommes-nous atteints ? Cette excitation de la mesure de popularité (somme toute à relativiser) s'apparente à la mesure de l'audimat d'une chaîne de télévision. Allo docteur ? Faut-il s'inquiéter ou cela fait-il partie des règles du jeu ? Nous pouvons constater depuis plusieurs années l'envie de chacun de connaître sa petite heure de gloire soit en chantant avec les plus grandes stars, soit en colocation devant cinquante caméras, soit dans les jeux télé où un gagnant peut rester plusieurs jours d'affilés. Nous n'avons pas toutefois, il me semble, un ego surdimensionné à l'instar des vedettes des petits et grands écrans. Pas de livres ou de films à vendre, pas de promotion à assurer aux quatre coins des palaces de la capitale. Bref, une vie bien tranquille en somme.

    La contrepartie non négligeable de la course à la notoriété est que Internet est une grande toile mondiale aux milliards de fils et de connexions. Dans ce maillage inextricable, plus dense qu'un plat de spaghetti, plus filandreux qu'une pelote de laine, nous sommes bien petits. Et finalement, la blogosphère est un monde merveilleux où règne l'illusion.

    Merci et n'hésitez pas à laisser un petit mot d'encouragement, cela fait toujours plaisir.

    :)

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu