Avertir le modérateur

darcos

  • Education à tous les étages

    Allez, je vais faire un petit article polémique, ça anime et ça mange pas de pain. Pour cette fois, personne ne pourra me reprocher de ne pas connaître le sujet. J'ai comme beaucoup d'entre vous fréquenté les établissements scolaires, et de plus j'ai travaillé dans un collège et un lycée. J'ai donc vu des deux côtés de la barrière, alors pouet pouet camembert.

    Xavier Darcos vient donc alimenter la longue liste de ces ministres réformateurs qui se sont heurtés aux équipes éducatives et aux élèves. Sa nouvelle réforme ne plait pas. Est-ce qu'un jour les réformes de l'Education nationale plairont ? Fort heureusement, au cours des siècles, tout n'a pas été contesté. Naissance des petites écoles mixtes fin du Moyen Age, écoles de charité et collège au XVIè et XVIIè siècle, création du primaire, du secondaire et du supérieur en 1793, le Directoire établit la gratuité partielle dans les écoles primaires, création des lycées en 1802 et des Académies en 1808, enseignement obligatoire en 1882, séparation de l'Eglise et de l'Etat en 1905, gratuité, sont des exemples de petites révolutions qui ont façonné petit à petit le paysage éducatif et qui ont permis à tous d'accéder à l'enseignement.

    Mais depuis quelques décennies, les réformes sont difficiles à faire passer et les ministres qui se sont succédés n'ont réussi qu'à marquer leur passage par de petites touches, mais qui ne métamorphosaient pas tout le système. Ce fut plus des transformations pratiques et d'organisation plutôt qu'une refonte totale du système : groupe de niveau en 6è et 5è, réduction des heures de cours de 1h à 50 mn, aménagement de l'horaire hebdomadaire sous Monory, retouche des programmes, des matières et des vacances, organisation du Bac en 3 séries sous Bayrou, carte scolaire, etc. Vous me trouvez réducteur, mais je voulais par cette liste faire refléter le type de changement qu'à connu l'Education nationale depuis les années 80.

    Rien ne peut être fait en profondeur sans que cela fasse descendre dans la rue des milliers de personnes. On retiendra bien sûr les années Claude Allègre et sa volonté de remettre à plat le système, qui s'est heurté à un mur de protestation, ce qui l'a obligé à démissionner. Evidemment, on peut aussi faire comme Jack Lang, dont l'opinion favorable est inversement proportionnelle à son action, qui a caressé tout le monde dans le sens du poil, a affiché un sourire commercial pendant toute les durées de ses ministères. Ces deux extrêmes pour appuyer le fait qu'il doit bien exister un juste milieu pour satisfaire le gouvernement et les enseignants, dans le but de mettre au cœur de nos soucis le bien-être de l'élève, son éducation et son avenir.

    Notre Ecole reste l'une des plus complètes et performantes au monde mais il est nécessaire de l'ajuster pour la pérenniser. Chaque camp, politique et éducatif, doit absolument lâcher du lest pour arriver à un compromis. Il est plus agréable d'écouter un carillon plutôt qu'un son de cloche.

    629 lecteurs le jour d'édition

  • Coups de pompes

    En cette fin d'année, la fatigue se fait ressentir parmi nous. Ce journaliste irakien qui attaque à la chaussure le président Bush n'est qu'un petit fait. Bien sûr, cela peut faire mal mais le président a montré qu'il a encore des reflex. Ceci étant dit, Georges avait raison, il y a bien des armes de destruction massive en Irak ! Daniel Cohn-Bendit qui s'en prend au président Sarkozy au parlement européen est un vrai coup de pub pour ce grand penseur vert. Mais s'il est aussi agressif c'est sûrement qu'en privé, il doit tutoyer le président français et que ce sont de grands potes. Qui aime bien châtie bien. Jack Lang qui propose ses services au gouvernement c'est qu'il doit bien s'ennuyer ou qu'il cherche à s'éloigner de ce parti socialiste qui n'a pas encore régler ses problèmes de direction. Comme à chaque fois qu'il disparaît des media, l'ancien ministre de la Culture se fait remarquer pour apparaître dans les titres. "Miroir, miroir, …". D'après Xavier Darcos, le ministre de l'Education artisanale, la jeunesse vit un profond malaise qui dépasse les raisons de sa colère actuelle. Il en profite également pour caresser les professeurs dans le sens du poil en les incluant dans sa compassion. C'était la pirouette de la semaine pour justifier la suspension de la réforme et ne pas perdre la face.

    Après cette femme qui se voit déboutée de sa plainte pour avoir glissé soi-disant sur une frite, voilà qu'une autre porte plainte pour avoir soi-disant glissé sur de l'huile présente sur le parcours d'un Mc Drive alors qu'elle marchait avec des talons. Moi je dis que quand ces dames n'ont pas la frite, c'est qu'elle végète Aline. Une nouvelle fraude de 50 milliards vient s'ajouter à la crise qui a déjà fait du mal dans les établissements financiers. Qu'avait besoin ce Madoff pour en arriver là. Il n'était pas heureux de sa vie pépère ? C'est pénible ces gens qui n'en ont jamais assez, ils en veulent toujours plus. La vie c'est pas un monopoly, il suffit pas d'arrêter la partie pour repartir à zéro ! Dix-sept mineurs ou familles de mineurs n'ont toujours pas obtenu réparation pour licenciement abusif. Il faut souligner que cette affaire remonte à 60 ans tout de même. Certains coups de pompes dans le derrière ont du mal à passer. Je suis méchant là, mais si le tribunal n'arrive toujours pas à donner une décision c'est que cette affaire de mine doit avoir quelques zones d'ombre.

    Patrick de Carolis a donc cédé et a du faire entériner la suppression de la publicité sur les écrans du groupe. Y'avait-il besoin d'une loi finalement ? Son emploi est sauvé pour encore quelques temps. Le monde sportif n'est pas en reste avec Sydney Govou qui dérape et qui perd son permis de conduire après une soirée bien arrosée. Pour le coup, le joueur de l'Olympique lyonnais a marqué un mauvais point dans les filets de la police. On apprend avec tristesse que le célèbre inspecteur Columbo, le flic le plus négligé de la télé est atteint par Alzheimer. A mon avis, c'est de loin la série policière la plus intéressante qui soit. Les séries d'aujourd'hui sont toutes pareilles et mettent plus en valeur les enquêteurs que la psychologie des personnages et du processus de résolution. On nous en met plein la vue pour rien. Liliane Bettencourt, célèbre actionnaire milliardaire des cosmétiques hors de prix est poursuivie par sa fille pour avoir fait un don d'un milliard à un photographe. C'est comme si nous avions fait un don de dix euros au voisin. Pas de quoi fouetter un chat. Liliane fait ce qu'elle veut avec ses économies. J'espère qu'elle ne s'est pas trompée et que ça le valait bien ! Jacques Attali quitte le plateau de Laurent Ruquier fâché et subitement. D'après ce que j'ai vu ce soir là, il n'a pas supporté les critiques et les remarques des intervenants. Monsieur Jacques serait adepte de la pensée unique que cela ne m'étonnerait pas. J'ai été déçu par cet homme. Tout ce qu'il dit est parole d'Evangile ?

    Bon, il est temps que tout le monde prenne des vacances. La trêve de Noël sera l'occasion de se ressourcer et de reprendre du positif. Drôle de coïncidence, je viens de manger une papillote dans laquelle la citation était "Si vous voulez que la vie vous sourit, apportez lui d'abord votre bonne humeur" (Spinoza).

  • Enfantillage qualifié

    Les méthodes du gouvernement sont bien rodées maintenant et bien connues de tous. On balance une idée en (presque) privé en s'assurant que ce sera relayé sur Internet ou dans un journal puis on attend. Les réactions ne se font alors pas tarder. Ainsi, les auteurs de la polémique savent tout de suite si la mesure sera facile ou non à mettre en place, si le législateur sera docile. C'est ce qui s'est encore produit avec Xavier Darcos, ministre de l'Education nationale.

    Pourquoi demander à des diplômés Bac + 5 de s'occuper d'enfants de 2 ou 3 ans ? Vu comme ça, il est vrai que l'on peut se demander pourquoi il faut un tel niveau pour garder des enfants et surveiller leurs gribouillons (je provoque un peu là). C'est discutable en soi. Mais peut-on pour autant confier nos bambins à des personnes moins qualifiées ? Pour trouver un début d'élément de réponse, intéressons-nous à d'autres professions en lien avec de jeunes enfants.

    Les assistant(e)s maternel(le)s par exemple. Ce sont des personnes qui ont en charge des enfants de tous âges, confiés par les parents sous garantie d'un agrément officiel. Par contre, n'importe qui peut le devenir, nul besoin de diplôme obligatoire. Pourtant, ces gens ont une grande responsabilité et doivent assurer de restituer l'enfant en entier, dans le même état, si ce n'est mieux, que lorsque l'enfant est arrivé. Les cas de graves problèmes sont rares mais avérés : disparition, mauvais traitement, etc.

    Autres professions, les animateurs de centres de vacances ou moniteurs. Pour exercer ce métier, le candidat doit obtenir le Brevet d’aptitude aux fonctions d’animateur de centre de vacances et de loisirs (BAFA), le BAFD étant destiné aux directeurs de ces lieux. Or, pour obtenir ce BAFA, nul besoin de posséder un diplôme classique de cycle scolaire. Il faut juste avoir 17 ans révolus. 17 ans, n'est-ce pas trop jeune ? Pourtant, là aussi, les enfants sont confiés par les parents en toute confiance, parfois sur plusieurs journées.

    Tous ces métiers sont tout aussi méritants que les professeurs et tous ces métiers exercent dans un contexte bien particulier car touchant à la petite enfance. Alors, pourquoi exiger un diplôme d'ingénieur ou de cadre d'entreprise pour garder des petits enfants qui viennent à l'école pour s'épanouir et éveiller leurs sens mais qui vont principalement effectuer des travaux de base comme le coloriage, la peinture, le découpage ou d'autres activités artistiques ? En outre, dans les premiers temps d'une première scolarité, la plupart des parents ne laissent leurs progénitures à l'école que le matin.

    Il est vrai que s'occuper d'enfants en bas âges demande une certaine psychologie dispensée plus ou moins dans les diverses formations. Il est vrai également qu'il faut savoir réagir face à certaines situations délicates de détresse ou de situations familiales difficiles.

    Le débat est donc lancé.

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu