Avertir le modérateur

le pen

  • Dupeurs et tremblements électoralistes

    Je la trouve bizarre cette campagne électorale des législatives. Heureusement que ça ne dure qu'une semaine entre les deux tours.

    La Première dame qui se fend d'un commentaire qui va à l'encontre du parti de son mari et donc peut-être de la prochaine majorité à l'Assemblée. A se demander si elle n'opère pas un acharnement en direction de l'ancienne compagne de François Hollande, à croire qu'elle a une dent contre elle. Ce n'est pas le premier clash entre ces deux femmes. En même temps, on ne peut pas plaire à tout le monde et puis elle est libre de ses pensées.

    Ensuite, ce qui me rend plus perplexe c'est le jeu des alliances et des consignes de vote. Les candidats qui clamaient avant le second tour leurs valeurs, leurs attachements à leurs convictions, et bla bla bla, retournent facilement leur veste pour de la cuisine politicienne. Des personnes de gauche qui appellent à voter contre le FN, donc pour le candidat de droite. Des personnes de droite qui appellent à voter contre le FN, donc pour la gauche, contrairement aux directives de la direction du parti qui a décidé d'appliquer le "ni ni". Des personnes de droite qui appellent les voix des électeurs du FN pour leur candidature, comme Nadine Morano. Le FN qui établit une liste noire de candidats à faire battre. L'exemple médiatisé est celui de Longjumeau. Marine le Pen appelle ses électeurs et sympathisants à voter pour le candidat socialiste.

    Bref, nous assistons une fois de plus à des tactiques à deux balles, à des comportements de basse fosse. Comment ne pas dérouter les électeurs avec tout ça ? On peut comprendre aisément qu'il y a de quoi perdre sa foi si son candidat appelle soudainement à voter pour l'extrême droite. De même, qu'un adhérent de la vague bleue marine doive soudainement opérer un revirement et voter à gauche alors qu'il était en tout point en d'accord avec un programme contraire à celui du parti socialiste : le vote des étrangers par exemple. Le microcosme politique nous démontre une fois de plus que tout ça c'est du spectacle.

    Comment faire pour croire qu'avec ce nouveau président, le changement c'est maintenant si tous les perdants du premier tour change de direction comme une girouette. L'extrême-droite, qui dénonce depuis des années le bipartisme et l'UMPS (autrement dit le "blanc bonnet, bonnet blanc"), est en train de rentrer dans le jeu et dans le rang en contribuant à la survie de cette règle de l'alternance. Autre interrogation, concernant Jean-François Copé, que je n'aime pas, je vous le dis tout simplement, il est faux et sournois, comment peut-il comparer le Front national et le Front de gauche alors que l'un est raciste et l'autre pas ?

    Franchement, ces législatives sont vraiment bizarres. Nous n'assistons pas à une campagne en bonne et due forme mais à un combat de Gaulois digne d'un album d'Astérix. Sauf que dans la bande dessinée au moins on se marre.

  • Mal de têtes au Front

    Les joyeusetés électorales du Parti socialiste sont enfin terminées. Martine est élue et tout va reprendre son cours normal... jusqu'à la prochaine échéance. Et quand un parti a fini de faire parler de lui, un autre prend la place. Par exemple, le Front national. Un parti qui bat de l'aile depuis quelques années. Au fur et à mesure des élections, son succès s'érode et les derniers résultats ont fini par le rendre à l'agonie : moins de pourcentages, moins de remboursements, moins d'élus. A cela s'ajoute une joute entre les cadres du parti.

    Jean-Marie le Pen commençant à se faire vieux (80 ans tout de même !), on parle de plus en plus de sa succession et derrière les ambitions se réveillent. Evidemment, on pense à sa fille, Marine. Vice-présidente du parti, elle se place tout naturellement comme successeur de son père. Une sorte de loi salique politique. C'est certain que ça changerait de passer d'un papi de 80 ans à une femme de 40 ans. Renouveau et dynamisme sont, comme à l'accoutumée, les maîtres mots favoris des partis en déroute. On l'a vu au PS, tous prétendaient les incarner. Eh bien, c'est au tour du FN. Pour attirer de nouveau les adhérents et les voix, on promet du changement et une rupture.

    Sauf, qu'en face de Marine, il y a des membres qui comptent bien faire parler d'eux. Ce n'est pas parce qu'on est la fille de son père, que cela donne le droit de reprendre le flambeau. Carl Lang, député au Parlement européen, joue le rôle du dissident. Il n'est pas improbable d'ailleurs qu'il quitte ce parti qui coule pour en fonder un nouveau avec quelques autres cadres qui souhaitent exprimer leur désaccord avec cette démocratie à la FN. Ceci étant dit, cette démocratie à la FN n'est pas un cas isolé. Tous les partis fonctionnent de la même manière. En général, le chef d'un parti n'aime pas être contrarié et donc n'accepte pas qu'il y ait différentes opinions en son sein, à droite comme à gauche.

    Est-ce la fin programmée du Front national ? En tout cas, si ce n'est pas la fin, ça y ressemble drôlement. Il faudra sans doute compter sur le fait que si Marine le Pen prend les rênes, elle y apportera sa touche personnelle et sa vision des choses. Le parti changera peut-être de nom pour faire table rase du passé et éliminer cette fâcheuse image négative et pourtant justifiée d'un parti qui ne supporte pas la diversité dans notre pays. Mais le fond ne changera pas. Seulement, après en avoir pris la tête, il faudra s'occuper du corps. Le FN a de lourds soucis financiers. Des millions d'euros qu'il faudra vite trouver pour prétendre faire le poids lors des grands rendez-vous politiques que sont les élections. Pourquoi ne pas puiser un peu dans l'héritage de centaines de millions d'euros de Hubert Lambert, roi du ciment, mort mystérieusement, laissés au grand manitou du parti à la flamme bleu-blanc-rouge ?

    En attendant, pourquoi ne pas proposer à Marine et Carl de participer au nouveau jeu télévisé de TF1, "La corde" où deux candidats sont attachés par une corde et doivent vivre et tout faire ensemble. Le premier qui se détache a perdu.

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu