Avertir le modérateur

ordinateur

  • Virtuellement dépendant

    On ne peut décidemment pas arrêter le progrès. L'opérateur de téléphonie mobile SFR et la chaîne de télévision MTV viennent de lancer un nouveau jeu. Le principe est simple, si je puis dire : cinq candidats vont devoir relever des défis proposés par les internautes, les mobinautes et les téléspectateurs. On voit tout de suite les dérives si les organisateurs n'y mettent pas des limites. Au cours du jeu, un candidat pourra également être éliminé. De plus, le jeu pourra être suivi en direct sur le portable. Encore un programme où ça fera du bien de voir le malheur des autres. Evidemment, tout l'intérêt du jeu pour les organisateurs est la recette que va engendrer un tel dispositif : publicité, communication, vote, etc. D'un autre côté, ceux qui y participeront le feront en toute connaissance de cause même si on ne sait jamais à quelle sauce on va être mangé.

    Hasard du calendrier, des parlementaires viennent de rendre un rapport sur la cyberdépendance. Le rapport porte principalement sur les jeux en réseau. Des jeux qui se transforment en véritable drogue pour certains. On estime entre 600 000 et 800 000 le nombre de jeunes sujets à l'addiction. Mais ce n'est qu'une approximation, étant donné qu'il n'y a pas eu d'enquête officielle et sérieuse, le nombre pourrait être plus important. Les auteurs du rapport proposent néanmoins des solutions qui appellent à la bonne volonté des éditeurs de jeux. Les solutions proposées jouent sur l'attention du joueur. Il faut faire prendre conscience au joueur de la durée du jeu et de son activité. Afficher une horloge, faire apparaître un personnage "voix de la sagesse" ou faire en sorte que le personnage du joueur se fatigue sont des pistes. Tout cela est techniquement possible et les fabricants sont prêts à collaborer.

    J'ai peur que cela soit bien insuffisant pour enrayer le problème de santé en question. Si le joueur est bloqué au bout d'un certain temps, à votre avis que va-t-il faire ? Eh bien, il a le choix : changement de jeu sur le PC, console de jeu de salon, console de jeu portable, autre ordinateur et même le téléphone vu ce que vienne d'inventer SFR et MTV. Les parlementaires n'ont pas l'air d'être très au fait des multiples occasions de se distraire. Lutter contre le jeu en réseau c'est bien, mais ce n'est qu'un moyen parmi tant d'autre de devenir accroc au virtuel. N'est-ce pas peine perdue ?

    Pour agir efficacement, il faut se mettre dans la peau d'un joueur. Pourquoi n'arrête-t-il pas ? Pourquoi rien ne le dérange dans ce qui l'entoure ? Bon, je suis mauvaise langue car il est vrai que l'idée de fatiguer le joueur par l'intermédiaire du personnage dans lequel il se projette est une bonne idée. Psychologiquement, le personnage virtuel influence l'utilisateur. Mais cela n'agit que sur le personnage et pas sur le jeu. La seule chose qui peut forcer un cyberdépendant d'arrêter c'est le blocage pur et simple du jeu voire même de la machine. A l'instar des interdits de casinos qui ne peuvent plus entrer dans un casino, il y aurait les interdits de jeux. Mais là on aborde un sujet délicat : la liberté de chacun.

  • Casse-toi sale virus

    Le rayon des logiciels anti-virus plus ou moins efficaces offre trop de choix et du coup vous ne savez plus comment choisir. Le premier reflex serait de se rabattre sur un logiciel de renom : mais non seulement celui-ci n'est pas donné et en plus il est lourd et ralentira votre ordinateur. Surtout pour d'hypothétiques virus. Vous aurez peut-être tendance à vous rabattre sur des logiciels gratuits téléchargeables sur Internet. Le danger est que l'on trouve de tout et n'importe quoi : dans la masse de ces gratuits, vous pouvez tomber sur un programme infecté. Alors, je vous donne un conseil simple : passez-vous en ! Le meilleur anti-virus qui existe sur le marché c'est l'utilisateur, son propriétaire. Il suffit, si l'on peut dire, d'adopter de bonnes pratiques. Je vous en donne cinq.

    Premièrement, le courrier électronique. Des règles simples vous permettront d'échapper aux agressions quotidiennes de personnes mal intentionnées. Supprimez tout courrier dont vous ne connaissez pas l'expéditeur et/ou tout courrier rédigé dans une langue autre que votre langue maternelle. La présence de caractères spéciaux ou que vous n'avez pas l'habitude de voir peut être un signe de méfiance. Vous devez également proscrire absolument tous les courriers vous demandant des renseignements personnels ou vous demandant de cliquer sur un lien au but identique. Sachez que votre banque ou votre assurance ne vous contacte jamais par mail et que les courriers en provenance des entreprises historiques de téléphone, de gaz ou d'électricité sont facilement identifiables.

    Deuxièmement, le téléchargement. Avec le haut débit et même très haut débit, il est devenu tellement facile de télécharger que l'on se rend même plus compte du danger. Logiciels gratuits, musiques, vidéos ou documents divers peuvent être sources de problèmes. Alors, limitez votre enthousiasme voire stoppez tout ! En plus, certains téléchargements sont illégaux et contre qui vous retourner en cas de souci ? D'abord, vous n'avez pas besoin tant que ça de logiciels gratuits : à part les plus connus et les plus rodés (les navigateurs Internet par exemple), évitez les. En ce qui concerne la musique, payez la ou enregistrez la à la radio ou sur une chaîne musicale de la TNT : les appareils de gravure à disposition comme les dvdscopes à disque dur de plus en plus abordables, votre soif de musique n'a plus de limite. La plupart du temps, vous aurez tendance à télécharger de la musique que vous n'écouterez sûrement qu'une seule fois. Télécharger un album entier pour une ou deux chansons, avouez que c'est beaucoup prendre de risque pour pas grand chose. Evidemment, il y a le plaisir de le faire, l'adrénaline qui monte…

    Troisièmement, les fenêtres Internet qui s'ouvre soudainement sans que vous ayez demandé quoi que ce soit : on appelle ça les "pop-ups". Une seule règle est à appliquer face à ces fenêtres : la fermer en cliquant sur la petite croix en haut à droite de ladite fenêtre. Surtout, ne pas cliquer sur un bouton "Annuler" ou "Fermer" qui peut être un piège.

    Quatrièmement, les supports externes de transport de fichiers tels que les clés USB. Ces clés, de plus en plus petites et d'une capacité de plus en plus grande, ont révolutionné la mobilité des fichiers. Mais en même temps, elles ont augmenté les risques. Avec ces clés, tout est possible : des documents simples aux fichiers multimédias, voire même aux logiciels, les virus peuvent y trouver plus de niches pour s'y cacher et apparaître sans prévenir. Là aussi, une règle simple, n'y mettez que les fichiers dont vous êtes sûrs de la provenance. Certaines clés maintenant sont fournies avec des petits logiciels de protection et de sauvegarde.

    Cinquièmement, les CD et les DVD. Oui, même avec ces supports le risque est possible. Je vous rappelle d'ailleurs que le risque zéro n'existe pas, l'informatique n'étant pas une science exacte. Comme pour les clés, les CD et DVD gravés qu'un copain ou un voisin vous a passé sont des foyers à maladie. Vous ne savez pas si l'ordinateur du copain ou du voisin est infecté ou non. Concernant les CD et DVD déjà pleins que vous vous procurez en magasin sont en théorie lavés de tout soupçon. Mais bon, on n'est jamais trop prudent.

    Pour finir, je vous conseillerai également, pour les plus initiés, d'effectuer de temps en temps la réinstallation du système. Soit avec un CD de restauration que vous aurez pris soin de créer lors de la première utilisation de votre ordinateur, soit avec un CD de système d'exploitation acquis indépendamment de la machine. Sous condition bien sûr de stocker ses données personnelles sur un disque dur externe. Cela permet de faire un nettoyage complet de l'ordinateur et de repartir avec un système purgé de fichiers que vous n'utilisez pas ou de virus non encore activés.

    Je vois déjà les protestations : les solutions préconisées peuvent être coûteuses. Oui, en même temps, ce ne sont que des conseils, rien ne vous oblige à les suivre. C'est vous qui voyez. Comme je l'ai dit au début, vous êtes le seul anti-virus efficace.

    Mais sachez que pour faire fuir un virus, il ne suffit pas de lui dire "Casse-toi pauvre con".

  • Termes informatiques

    Download : Action qui caractérise la réception d'un fichier (image, son, vidéo, document divers) sur son ordinateur personnel.

    OS : Operating System. Abréviation pour "système d'exploitation", le logiciel qui permet d'utiliser un ordinateur, de l'exploiter.

    Par défaut : Choix proposé par un programme. Lors de l'installation d'un logiciel, l'utilisateur est amené à faire des choix. Par défaut, le programme d'installation a déjà sélectionné des choix que l'utilisateur est libre ou non de changer. En général, les choix par défaut sont les choix les plus adaptés à l'action en cours.

    Pilote : Fichier d'utilisation d'un élément de l'ordinateur. Le pilote permet à l'ordinateur de manipuler l'élément (imprimante, lecteur CD, modem, etc…).

    Pointer : La souris est schématisée sur l'écran par un symbole (flèche, croix, etc…), c'est le pointeur. Pointer consiste à déplacer ce pointeur sur un endroit précis de l'écran.

    RAM (Random access memory) : Mémoire temporaire de l'ordinateur qui se vide lorsque l'ordinateur est éteint. Cette mémoire est utilisée, par exemple, lorsqu'un logiciel est affiché à l'écran. Une petite mémoire limitera les actions de l'utilisateur, l'exécution de programmes ou l'affichage multiple de fenêtres.

    Rebooter : Consiste à éteindre et à rallumer l'ordinateur.

    Serveur : Ordinateur de plus grosse capacité et puissance qu'un ordinateur personnel. Cette machine est utilisée par exemple pour stocker un site Internet, permettant ainsi l'accès à tous aux mêmes pages. Plus généralement, le serveur permet l'accès à des données ou programmes communs pour le plus grand nombre.

    Télécharger : Action qui consiste à envoyer un fichier (image, son, vidéo, document divers) d'un ordinateur vers un autre (voir download et upload). Dans le langage courant, télécharger est apparenté au "download".

    Toto : C'est le meilleur ami de l'informaticien. Il est utilisé dans tous les exemples que donne une personne à une autre quand elle lui explique un point précis en informatique, notamment pour des exemples de pseudo ou de nom à taper.

    Upload : Action qui caractérise l'envoi d'un fichier (image, son, vidéo, document divers) vers une machine extérieure (un autre ordinateur personnel ou un serveur).

    A lire : autres termes informatiques

    Si un terme en particulier ne figure pas dans cette liste, n'hésitez pas à m'en faire part en commentaire.

  • Termes informatiques

    A la main : Action menée par une personne en lieu et place d'un programme et d'un écran de saisie. Exemple : j'ai rempli la base de données à la main.

    Bibliothèque : Ensemble de programmes (les plus répandus sont les DLL) communs à des logiciels. Ces modules sont regroupés pour éviter la redondance.

    Clic droit : Consiste à utiliser le bouton de droite de la souris. En général, cette touche permet de faire afficher un menu qui dépend de là où le clic a été fait (menu contextuel).

    Contextuel : En fonction du contexte. Voir "Clic droit".

    Dossier : Répertoire d'un disque ou de tout autre support d'enregistrement contenant d'autres dossiers (sous-dossiers) ou des fichiers.

    Double-clic : Consiste à effectuer deux clics de souris à la suite.

    Driver : Fichier d'utilisation d'un élément de l'ordinateur. Le driver permet à l'ordinateur de manipuler l'élément (imprimante, lecteur CD, modem, etc…).

    En dur : Expression généralement utilisée par les programmeurs. Indique que des valeurs ont été écrites directement dans le programme (une date, un code, etc…) en lieu et place d'un stockage en base de données. Plus rapide mais un changement de valeur oblige à une modification du programme.

    Lancer : Ce verbe couvre plusieurs domaines. Exécuter un programme contenu sur un CD, un disque dur ou un autre support. Ouvrir un site internet. Lire un CD-ROM et donc exécuter son contenu. Imprimer un document. Effectuer une sauvegarde. Etc...

    Menu : Liste de fonctions mises à disposition de l'utilisateur, écrites les unes en dessous des autres, comme un menu au restaurant.

    Nappe : Ensemble de fils permettant de relier un disque dur à l'ordinateur. Une fois réunis, les fils constituent une sorte de ceinture plate pouvant être également assimilée à une nappe de table.

    A lire : autres termes informatiques

  • Changer de disque

    Votre disque dur a rendu l'âme dans d'atroces souffrances et vous êtes en quête de son remplaçant. Après avoir couru tous les magasins et prospecté sur Internet, vous avez trouvé la perle rare. Une fois chez vous, vous procédez à son installation.

    Je vous épargnerais un long discours sur la façon de brancher le nouvel élément de votre ordinateur bien aimé. Je résumerais en vous disant qu'il existe deux manières de le brancher : en disque dur principal ("master") et en disque dur secondaire ("slave"). Tout est question de cavalier, le petit élément minuscule en plastique qui se place sur les petits picots métalliques situés sur un coté du disque. Si vous n'avez pas une telle configuration, c'est que votre disque est de type SATA, et là, ben débrouillez-vous car mes connaissances pour ce type de disque sont assez limitées pour ne pas dire inexistantes. Donc, pour en revenir à nos moutons, sachez que la manière de placer ce cavalier peut être différente d'un disque à l'autre. Vous trouverez des schémas explicatifs directement sur l'étiquette du disque.

    Ceci étant dit, il faut tout d'abord initialiser et formater le disque. Soit via votre système d'exploitation (bien branché le nouveau disque en secondaire sur un autre ordinateur contenant un système d'exploitation) soit via le CD d'installation du système si vous en possédez un (branché en principal). C'est là que l'installation devient délicate. Vous avez un CD de restauration, créé précédemment au moment où vous aviez mis en place l'ordinateur (il y a donc un certain temps), et vous décidez de vous en servir. L'ordinateur démarre en exécutant le contenu de ce CD, les étapes d'initialisation et formatage se passent bien, les copies des fichiers sont terminées et maintenant vient le moment de vérité. Vous enlevez le CD comme demandé sur l'écran et appuyez sur une touche pour redémarrer. C'est à cet instant que l'ordinateur commence à vous chercher des noises. Un message d'erreur écrit en majuscules et en anglais s'affiche. "DISK BOOT FAILURE".

    C'est l'incompréhension totale, le disque a été correctement installé, les fichiers de restauration copiés et au redémarrage, le disque tout neuf est inutilisable. Pas de panique ! Pas la peine de vous précipiter au service après-vente. Avant, il convient de tenter une autre solution.

    Tout d'abord, il faut savoir que lorsque vous créez un CD de restauration ("recovery") avec un ordinateur à un moment donné, ce CD est tatoué par le système. C'est-à-dire que les caractéristiques de la machine sont gravées avec le CD. C'est une manière pour les constructeurs, imposée par les concepteurs de logiciel (et le plus gros et célèbre d'entre eux), de lutter contre le piratage. Ainsi, on vous empêche d'installer le même système sur plusieurs machines. Ce tatouage contient une sorte de carte d'identité des composants électroniques de l'ordinateur.

    Une deuxième solution s'offre à vous. L'installation d'un système d'exploitation à l'aide du CD original. Un CD acheté dans le commerce, indépendamment de l'ordinateur. Cette solution n'est évidemment pas à la portée de toutes les bourses. A quatre ou cinq cent euros pour certains logiciels, on a tendance à y réfléchir à deux fois, mais croyez-moi, cela en vaut la peine.

    Donc, ce CD en votre possession, vous devez essayer de l'utiliser, histoire déjà de rentabiliser l'investissement. Branchez le nouveau disque en principal, placez le CD dans le lecteur et redémarrer la machine. Normalement, l'ordinateur lance le programme du CD et les étapes se succèdent avec succès. Si au cours de l'installation, des choix vous sont proposés, gardez ceux sélectionnés par défaut. Bref, tout se passe bien et le système redémarre correctement sur le nouveau disque, pas de méchant message d'erreur et l'affichage à l'écran du beau logo du système d'exploitation.

    Par contre, si vous n'avez pas de CD et que vous ne voulez pas en acquérir un, la dernière solution consiste à changer entièrement d'ordinateur. Mais est-ce la solution idéale ? Changez d'ordinateur à chaque problème peut devenir lourd et vous entraîne dans une spirale de surconsommation effrénée. Il faut bien tout calculer. Acheter un disque dur et un système d'exploitation ou alors acheter un ordinateur ? La balle est dans votre camp. Evidemment, si vous n'y connaissez rien en informatique, peut-être vaut-il mieux changer de machine.

    Voilà, tout cet article pour une histoire de disque dur. Une mésaventure qui peut vous arriver, qui peut arriver à n'importe qui, moi le premier.

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu