Avertir le modérateur

publicité

  • La télé a une annonce à vous faire... et même plusieurs

    Comment, qu'est-ce que je lis ? La publicité pourrait revenir après 20h sur le service public ? Une émission ou un film qui commence à 20h35 c'est quand même plus agréable, ça finit les soirées moins tard, et ça fait commencer les émissions suivantes plus tôt. Ah mais mince, qu'est-ce que je raconte. Cela fait déjà un bon moment que de la publicité est revenue après 20h.

    Vous n'avez pas remarqué ? Cerise qui vous présente votre soirée film, Homebox qui annonce le tirage de l'Euromillions, il y a même des publicités comme ça, perdues au milieu de nulle part qui sont précédées d'un écran "Annonce". En fait, le service public, France 2 en tête, n'a pas pu s'empêcher de remettre de la publicité après 20h. Il est fréquent maintenant que la soirée commence vers 20h45 voire 20h50 ou 20h55. Nous revenons petit à petit comme avant 2009, année qui a inauguré la soirée sans publicités.

    Dire qu'il était prévu de faire disparaître complètement la publicité en 2015, à mon avis ce n'est pas gagné. Les media ont trop besoin de rentrées d'argent pour maintenir une activité à la hauteur des enjeux et pour maintenir une certaine présence et une certaine positions dans le paysage. L'argent sera toujours le nerf de la guerre. On ne peut vivre d'amour et d'eau fraîche. Et l'audiovisuel est très gourmand financièrement parlant pour faire tourner la boutique et aussi pour proposer des programmations de qualité et aussi pour participer aux productions cinématographiques.

    C'est dommage, c'était une belle idée sur le papier. A croire que l'intérêt des auditeurs ou des téléspectateurs passe en second plan.

  • Retour à l'envoyeur

    En pleine étape de développement durable, nous sommes incités à agir en citoyens. Il faut économiser l'énergie, favoriser les transports doux et consommer raisonnablement. Est-ce plus facile à dire qu'à faire ? L'argument bateau qui consiste à dire qu'un particulier ne peut à lui tout seul changer l'avenir de la planète est bien souvent rétorqué mais pas à juste titre. Nous avons mal agi pendant des décennies sans nous concerter, chacun dans notre coin, et maintenant nous en subissons les conséquences. Pourquoi ne pourrions-nous pas agir sur le même principe, chacun dans notre coin, mais de manière plus citoyenne et réfléchie ? La tendance pourra être ainsi inversée.

    Prenons le cas du papier gaspillé. Plusieurs fois par mois, nous recevons du courrier inutile dans nos boites aux lettres. Des publicités qui ne nous intéressent pas la plupart du temps et qui finissent directement dans la poubelle, et pas forcément celle réservée au tri. Propositions d'assurance et d'épargne, mutuelles et retraites, offres de crédits, et j'en passe, nous harcèlent sans relâche. Mais si vous ouvrez ce courrier, vous pourrez observer que les expéditeurs donnent le bâton pour se faire battre.

    La plupart de ces plis postaux comportent une enveloppe T, c'est-à-dire une enveloppe dont l'affranchissement n'est pas à faire. Cette enveloppe spéciale est marquée d'un gros T en gras dans le coin supérieur droit. C'est le cadeau bonus. Le geste citoyen consiste alors à glisser leur papier, ou celui d'un autre, dans l'enveloppe et de poster le tout. Attention, prenez bien soin d'éviter que vos coordonnées y figurent. Non pas que vous risqueriez des poursuites mais pour éviter que la société puisse savoir à qui ne plus envoyer le courrier. Le but est qu'elle ne l'envoie plus à personne. Ainsi, si nous agissons de la sorte à chaque fois, tous dans notre coin, l'expéditeur aura un tas de courrier inutile à traiter et se trouvera submerger par le papier et le temps perdu.

    Un autre point positif est que cela donne en plus du travail aux postiers et sauvera peut-être des emplois vulnérables. Et puis, c'est une question de politesse : quand on vous écrit, il faut répondre, c'est politiquement correct. Le même principe pourrait être appliqué avec les prospectus de magasins. A l'occasion, prenez ces papiers tout beau tout colorés avec vous et glissez les dans la boite aux lettres du magasin. Il y en a toujours une quelque part. Par ce geste, vous dîtes avec un peu d'ironie : "Non merci, je ne suis pas intéressé, je vous les rends pour qu'ils servent à une autre personne, pour ne pas jeter inutilement". Si toutefois, les vigiles vous empêchent de le faire, entrez dans le magasin et déposez les publicités dans un rayon, ce sera plus discret.

    Si nous sommes des centaines de mille, voire des millions, à répondre au courrier ou à rapporter les publicités, je pense que le message sera bien senti par les sociétés qui nous les envoient.

    Faites en la publicité autour de vous mais oralement !

  • Et maintenant, une page de non publicités

    C'est donc acté, la publicité disparaîtra des écrans de France Télévisions après 20h dès le 5 janvier. Enfin, pas tout à fait, mais il est peu probable que la Majorité rejette le projet comme elle l'a fait pour la prime "transport". La question est de savoir si ces écrans parasites vont nous manquer ou pas.

    Je vais vous parler d'un temps que les moins de vingt ne peuvent pas connaître. L'époque où la soirée, le film ou la pièce de théâtre commençait vers 20h30. Ah la la, ces pièces avec Jacqueline Maillan, comme elle me manque celle qui me faisait beaucoup rire… enfin, je m'égare. Donc, une demi-heure de moins qu'aujourd'hui, et ce, sur toutes les chaînes. Peu nombreuses à l'époque. Quand on n'y repense, il est vrai que c'était fort appréciable de ne pas se coucher à point d'heure pour voir la fin. Que c'était fort appréciable de ne pas être harcelé par des crèmes pour hémorroïdes à l'heure du dessert ou par une voiture au prix exorbitant juste après une cause humanitaire. A ce niveau, la suppression de la publicité n'est pas un luxe.

    Autre point positif, des écrans en moins ce sont des émissions en plus, des allongements de temps d'antenne. Il va falloir réinventer une télévision plus audacieuse et plus innovante. Diffuser de nouveaux programmes ou allonger ceux qui existent. C'est, je crois, une opportunité de se démarquer des concurrents et des chaînes du câble et du satellite qui ont des budgets serrés et qui ne peuvent pas trop se permettre de prendre des risques. Des temps d'antenne libérés, c'est une occasion de tester plus longuement des programmes qui ne verraient pas le jour avec la dictature commerciale.

    Je pense qu'il faut également voir du positif dans la guerre concurrentielle que se livre les grands groupes audiovisuels. On pense que les annonceurs vont se rabattre chez les autres, notamment TF1 et M6. Soit. Mais ces derniers vont-ils avoir la capacité d'absorber toutes ces minutes en plus ? Déjà que certaines pauses durent 5 minutes voire même 7, on risque d'assister à un phénomène étrange et pénétrant : les pauses publicitaires plus longues que les programmes. C'est la pub qui va être interrompue par l'émission et non l'inverse. Du coup, trop de coupures (comme aux Etats-Unis), trop d'attentes et donc un téléspectateur qui zappe plus facilement. Cela fera peut-être réfléchir alors les dirigeants de ces chaînes privées sur la qualité de leur programme racoleurs. Plus de Star Ac', adieu les jeux débiles ! Enfin, on peut rêver.

    D'un autre côté, les pauses publicitaires sont bien pratiques. Ca nous laisse le temps d'aller au petit coin avant le début du film. Ca nous laisse le temps de se préparer un thé avant le débat politique. Comment va-t-on faire ? On ne pourra plus décoller du canapé, condamnés à regarder ce bel écran plat sans interruption. Les médecins vont avoir du pain sur la planche avec tous ces yeux rouges de lapins blancs ! Et puis, il faut bien le dire, on s'était un peu habitué à ces petites scènes de ventes. De vrais sketchs pour certains. Un vrai divertissement, tant on peut sourire voire même rire devant certains. Mais bon, je suppose que cela ne nous fera pas de mal d'en voir moins, ça nous reposera le cerveau. Parce que nous le valons bien !

  • Carolis-Sarkozy, 1 partout balle au centre

    Patrick de Carolis s'attaque à un gros poisson en critiquant le projet de suppression de la publicité engagé par Nicolas Sarkozy. Le président n'aime pas être contredit. La suppression de la pub à la télé est en soi une belle idée et devrait ravir les téléspectateurs inondés d'écrans publicitaires. Mais que cache cette réforme ?

    Certains avancent l'idée d'un démantèlement du service public audiovisuel afin de porter secours aux chaînes privées, TF1 en particulier, qui connaissent une baisse de régime face à la concurrence du câble, du satellite, de l'ADSL et de la téléphonie. Ca parait gros comme tactique : sacrifier des chaînes qui sont également confrontées à la concurrence pour en sauver d'autres. Se pose ici la question de la qualité des programmes. Le téléphage va voir ailleurs ce qu'il ne trouve pas sur les chaînes dites "nationales" et ce n'est pas en accusant France Télévisions que cela va s'arranger. Il faudrait peut-être revoir ce que propose la Une. Toutes ces émissions de télé-réalité, ces jeux avec gains énormes à la clé, cet étalage de la vie privée des gens malheureux, ces séries policières à outrance, commencent à lasser. Le téléspectateur est devenu plus exigeant, il en a marre d'être pris pour un consommateur sans cervelle d'images. Les recettes miracles d'autrefois ne fonctionnent plus aujourd'hui, les chaînes privées devraient revoir leur politique.

    D'autres prétendent vouloir améliorer la qualité. Libérer le service public du dictat de l'audimat donnera un coup d'accélérateur aux initiatives, aux créations originales et audacieuses. Moins ou plus du tout de publicité c'est aussi des émissions qui commencent à l'heure et ce n'est pas un luxe. Quand les émissions, les films ou les spectacles débutaient réellement à 20h30, c'était appréciable et évitait de se coucher à point d'heure. Puis petit à petit, on a regardé les diffusions de plus en plus tard et maintenant on se retrouve devant la télé tard dans la nuit quand ce n'est pas tôt le matin. Parce qu'il ne faut pas oublier aussi que les meilleures émissions sont parfois diffusées à partir de 23h30 ou minuit, ce qui ne facilite pas le besoin de sommeil que réclame notre organisme.

    Patrick de Carolis devrait se méfier. Il est vrai que jusqu'à présent, lorsqu'il s'exprimait devant les caméras, c'était toujours en des termes positifs. Cela donnait l'impression que tout allait bien dans le meilleur des mondes. L'autre jour, il est donc sorti de sa réserve habituelle pour défendre le service public auquel il croit. Il n'a pas apprécié que son service soit comparé aux concurrents. On peut le comprendre. Il est attaqué, il se défend. Ce qui prouve qu'il n'a pas peur de s'opposer et de prendre ses responsabilités de chef d'entreprise.

    Mais comment va réagir le pouvoir ? Ayant laissé sous-entendre qu'il pouvait éventuellement quitter ses fonctions si la réforme ne répondait pas aux besoins d'une télévision respectueuse, diversifiée et de qualité, il joue à un jeu dangereux. Qu'est-ce qui pourrait empêcher Nicolas Sarkozy de saborder volontairement le projet pour voir partir cet électron libre qui met des bâtons dans les roues ? Une fois parti, le champ serait libre pour nommer à sa place une marionnette béni-oui-oui. Cependant, être à la tête de plus de dix mille personnes, régions comprises, ce n'est pas une simple question de ficelles. Ces employés ont déjà prouvés qu'ils ne se laissent pas faire et que leur liberté de parole leur permettait d'interpeller directement un ministre ou un président sur les sujets chauds qui gênent.

    Le "mercato" du paysage audiovisuel français est aussi un bon baromètre : voir par exemple Julien Courbet passer de la Une à le Deux est peut-être un bon signe.

    On le voit, le bras de fer se durcit. Nos amis de la télé ont du pain sur la planche cet été. Espérons qu'à la rentrée, nous continuerons à "avoir tous les choix".

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu