Avertir le modérateur

santé

  • Comment talez-vous ?

    Vous l'avez sûrement remarqué comme moi, la vente au détail des fruits et légumes est l'objet d'un rituel immuable de la part des consommateurs. Systématiquement, beaucoup d'entre nous ne peuvent pas s'empêcher de tâter les légumes et surtout les fruits pour sélectionner les plus mûrs. Et vas-y que je te palpe les tomates, et que je touche les abricots, que j'arrache la queue du melon (bien inutile en vérité).

    Les clients savent-ils qu'ils ne sont pas seuls dans le magasin, et qu'après leur passage, des personnes vont avoir un choix restreint à cause de ces ravages destructeurs ? Comment fait-on pour choisir quand les melons n'ont plus de queues ? Quand vous arrivez derrière, vous avez le choix entre des fruits dont l'impact des bouts des doigts est visible à l'œil nu ou les fruits emballés vendus par lot, ce qui peut revenir plus cher si vous n'aviez besoin que de quelques fruits ou légumes et non un ou deux kilo.

    D'autre part, ce comportement égoïste n'est pas du tout hygiénique. Toutes personnes entrant dans un commerce, quelque soit sa taille, a les mains sales. Même si vous vous êtes lavé les mains juste avant, elles ne sont plus propres dès lors que vous avez touché la porte d'entrée des toilettes, poussé le chariot, tenu le volant de votre voiture, ou tiré un cabas à roulettes. Tout ça est suffisant pour que les microbes se transmettent d'une main à l'autre. Si dans tout ce lot, quelqu'un s'est mouché ou a éternué dans ces mains (comme font la plupart des gens), le rhume ou la grippe a le champ libre.

    Tout ça pour vous dire d'être vigilant à votre comportement dans un lieu public. C'est une double question de civisme et de santé. Ne manipulez pas à outrance un article périssable que vous n'achèterez pas ou n'arrachez pas une partie de la denrée pour connaître son état. Je pense évidemment aux melons, dont les plus mûrs sont les plus lourds, aux abricots, dont les meilleurs sont ceux qui commencent à rougir, aux pommes, qu'il faut choisir sans traces noires, aux bananes, qu'il faut prendre lorsqu'elles sont jaunes et encore un peu vertes. Ou alors, choisissez les articles emballés, vous serez sûrs que personne n'est passé avant vous.

    Une parenthèse pour les bonbons. Dans le cas où c'est vous-même qui remplissez le sac avec les bonbons de votre choix, c'est très pratique mais à risque. La gourmandise fait qu'il y a toujours des personnes qui vont y plonger leur main dans ces "bonbonnes" à couvercle ou dans ces bacs à l'air libre.

    Je donne l'impression d'être chipoteur ou de faire des manières, mais avec cette actualité médicale, il serait bon de recadrer les choses et de faire comprendre que un comportement zélé peut aller loin. Alors, merci d'éviter de tout toucher après que vous vous soyez passé la main dans les cheveux ou que vous vous soyez mouché dans les mains ou que vous ayez serré la main d'un ami croisé au hasard d'un rayon. Ce sont des exemples mais ils sont tellement répandus que plus personne ne fait attention.

  • Les dindes ont du marron à se faire cette année

    McCain a perdu et comment en aurait-il été autrement ? Le monde entier était contre lui ! A l'annonce du résultat, c'est dans tous les pays que la joie s'est exprimée. C'est sûr, le pays a pris des années d'avance sur les autres pays dits "occidentaux" en consacrant un métis à leur tête. Le rêve américain n'est pas mort et les valeurs de diversité et de liberté qui ont débarqué en 1620 du Mayflower avec les pères pèlerins sont bien présentes.

    Obama arrive comme le messie, sauveur de l'humanité. Tous les citoyens du monde sont persuadés qu'il a été élu président de la planète et qu'à ce titre, il va résoudre tous les problèmes. Ne nous emballons pas trop vite, il n'a été élu que président des Etats-Unis. Dans ce rôle, il devra avant tout résoudre les problèmes des Américains. Des problèmes contre lesquels ils n'arrivent plus à faire face après huit longues années Bush. Dette colossale, pauvreté accrue, guerre sans fin, image extérieure déplorable. Il devra prendre à bras le corps des dossiers importants pour son peuple.

    D'abord, le système de santé. C'est un vrai désastre. Ce système du "chacun pour soi et Dieu pour tous" n'a pas fait ses preuves. Les plus démunis ne peuvent se soigner ni être hospitalisés car ils n'ont pas de protection sociale suffisante. Pour être soigné aux Etats-Unis, il faut avoir des moyens. Notre sécurité sociale unique au monde a peut-être des défauts mais elle donne une chance à tous de bénéficier des soins nécessaires et d'autres Nations s'en inspirent. L'effondrement des banques a démontré que le système du "tout privé" a bien des failles. Les assurances privées peuvent connaître le même sort puisque ce sont des entreprises et qu'à ce titre, elles risquent aussi la faillite. La vie de millions d'Américains dépend de ces assurances. C'est un gros chantier qui s'annonce.

    Deuxième dossier qui préoccupe les esprits c'est l'occupation de l'Iraq. Cela fait maintenant trop longtemps et il serait temps que les Américains passent la main à un pouvoir local. Un gouvernement est en place, l'armée iraquienne a été formée, le pays peut maintenant voler de ces propres ailes. Cette guerre a fait plus de morts que l'attentat du World Trade Center. Un dictateur a débarrassé le plancher, c'est un fait, mais je doute que le terrorisme ait été éradiqué.

    Autre dossier en jeu : l'environnement. Le pays est trop dépendant du pétrole et pollue beaucoup trop notre planète. Les dirigeants, sous pression des lobbies, ont laissé faire une industrialisation galopante. Aujourd'hui, les Américains comprennent que la coupe est pleine et que leur boulimie perturbe l'atmosphère et le climat.

    Autre dossier interne, le marché des armes. Tout citoyen américain a droit à se protéger. C'est donc tout naturellement, que beaucoup d'entre eux possèdent une ou plusieurs armes selon le second amendement de la Constitution des Etats-Unis de 1791. Mais depuis, cela ne sert plus de protection mais de décision de justice personnelle. Tous les jours des jeunes en grande majorité se font tuer en plein jour dans la rue pour de vulgaires gamineries de gangs. C'est un vrai fléau.

    En attendant que le futur président Obama engage des réformes, le jeudi 27 novembre (4ème jeudi de novembre), le Thanksgiving day aura comme un air de Allpossible day.

  • Horoscope à la carte

    Comme moi, régulièrement, vous lisez les horoscopes sur les différents journaux gratuits ou même payants. Et comme moi, vous souriez plutôt devant une telle diversité de points de vue. Pas un horoscope ne dit la même chose. Alors qui croire ? Bien, j'aurai tendance à dire qu'il ne faut croire aucun de ces avis. D'ailleurs, entre collègues le matin, on en rigole même. J'ajouterai même que cela ne sert à rien de prendre celui qui nous arrange car dans le lot il y en a toujours un plus favorable que les autres. Alors, pour mettre d'accord tout le monde une bonne fois pour toute, j'ai décidé d'inventer l'horoscope perpétuel. Il n'est point question de signes astrologiques, de maisons ou de planètes, juste d'une sorte d'horoscope à la carte.

    L'horoscope favorable
    Rien ne vous résiste, vous menez les affaires d'une main de maître. En amour comme en amitié, les rencontres sont nombreuses et portent leurs fruits. Santé, excellente.

    L'horoscope mitigé
    Vous entamez la journée avec optimisme mais des petits grains de sable vont tenter d'enrayer la machine. Ne vous faites une montagne de tous ces petits problèmes juchés sur votre chemin. Vous n'êtes pas seul, souvenez-vous en. Des petits nuages au dessus de votre couple, des soucis de communications qui entraînent des malentendus sans gravité. Santé, faites un peu de marche.

    L'horoscope du doute
    Ce matin, vous vous dites que vous auriez mieux fait de ne pas vous lever. Les autres vous titillent et ont tendance à tout vous mettre sur le dos. Les amours ne sont pas mieux loties. Il vaut mieux éviter les conflits avec ceux que vous appréciez, soyez diplomates, on ne se sait jamais. Santé, des maux de ventre vont vous contrarier.

    L'horoscope exécrable
    Faites vous discret, ne vous faites pas remarquer, ne sortez même pas de chez vous si vous le pouvez. Tout contact avec un autre va être source de conflits qui se termineront mal pour vous. Les tords ne seront pas partagés. Quant à votre couple, n'essayez même pas de négocier, vous risquez de prendre une casserole en pleine face. N'oubliez pas non plus que ce soit dans les soucis que l'on reconnaît ses amis, qui se feront rares ces temps-ci. Santé, déprime et maux de tête au programme.

    Voilà, maintenant, chaque matin, vous prenez la température chez vous ou sur votre lieu de travail, et selon ce qu'il en ressort, vous choisissez l'horoscope qui semble correspondre le mieux. Vous verrez qu'il ne faut pas avoir fait d'études très poussées pour prédire la journée ou avoir une grande expérience pour deviner comment la journée va se passer. Ce n'est pas quelqu'un qui prétend connaître votre personnalité qui va déterminer votre journée, voire votre avenir.

    Soyez instinctifs et surtout, restez positifs, c'est ce qui fera que votre journée sera bonne ou pas.

  • Des ordures qui nous pourrissent la vie

    Chaque année en France, ce sont 2 200 tours Eiffel qui sont jetées aux ordures. Cela représente le poids d'un 4x4 par an et par famille. Ce sont des images concrètes qui nous interpellent. Vous arrivez à imaginer toute cette ferraille de monument dans nos poubelles ? Nos déchets sont bien encombrants. La faute à qui ? J'ai envie de dire à tout le monde et à personne. Deux causes principales ont eu pour effet cette surcharge pondérale : la surconsommation et le suremballage.

    Le suremballage est un vrai fléau. Est-il utile d'emballer deux biscuits sous cellophane puis de ranger ces petits paquets dans un plus gros plastifié et coloré, et vendre le tout en lot de deux pour simuler des promotions ? Non, bien sûr. Garantir la fraîcheur des produits ne nécessite pas autant d'efforts. Certes, il faut assurer un minimum d'hygiène mais ceci peut être fait dans un minimum de place. Du moment que le contenu n'est pas en contact avec l'extérieur dans un simple paquet hermétique, il est superflu d'ajouter du plastique à l'intérieur. J'ai surtout envie d'accuser la mercatique. Pour vendre, il faut que le produit se voit, soit attractif et donne envie d'acheter. Cela fait partie des leçons de base en économie : susciter l'intérêt et provoquer l'achat compulsif qui rapporte tant d'argent aux fabricants. C'est une bonne transition pour aborder le problème de la surconsommation.

    Qui ne s'est pas vu entrer dans un magasin avec cinq ou six articles écrits sur un petit bout de papier et ressortir avec un chariot plein ? Bienvenue dans le monde de la surconsommation ! Vous croyez pouvoir lutter et en fait les professionnels sont plus forts que vous. Ils vous font croire que vous avez besoin de beaucoup de choses dans un seul but d'augmenter leur chiffre d'affaires. Posez-vous constamment cette question devant le rayon : ais-je besoin de ça ou puis-je m'en passer ? Après, vous verrez vous vous sentirez plus léger et votre porte-monnaie aussi.

    Comme nous ne pouvons pas trop compter sur les industriels, c'est à nous d'agir. Nous nous situons en bout de chaîne et c'est là que ce trouve notre force. C'est à nous de décider seuls ce qui est nécessaire pour nous. Vous zappez facilement quand vous regardez la télévision alors pourquoi pas en rayons de supermarchés également ? Inconsciemment, ce besoin constant de dépenser de l'argent que l'on n'a pas forcément génère un stress invisible parce que l'on ne se concentre pas sur l'essentiel. En plus, arriver chez soi, il faut porter les courses et tout ranger dans des placards et un frigo qui débordent. Avec tous ces paquets à la maison, pas étonnant que le problème de l'obésité chez les enfants se pose.

    Ce problème de déchets surabondants est donc bien un problème de santé public : pollution, surpoids, stress et fatigue.

  • Des services pour quel public ?

    Le récent projet du gouvernement de supprimer la publicité dans les services publics télévisuels et radiophoniques a eu son effet. Le président Nicolas Sarkozy est soupçonné de faire un cadeau à ses amis de TF1, une chaîne de Bouygues. Patrick de Carolis ne s'en ait pas caché en déclarant "ne croyez pas que le pouvoir politique souhaite nous brimer, il souhaite simplement favoriser nos concurrents, et c’est cela qui nous pénalise". Les concurrents de France Télévisions se frottent les mains et l'action de TF1 a monté en bourse à l'annonce de cette nouvelle.

    Quelle place le gouvernement veut accorder aux services publics ? La télévision, les radios mais aussi la santé et l'art s'inquiètent.

    D'abord, il y a le problème de ce manque à gagner de 1,2 milliard d'euros pour les chaînes publiques. Comment les compenser ? Certainement en taxant une fois de plus les Français. Les appareils technologiques et pourquoi pas les supports d'enregistrement pourront voir leurs étiquettes grimper vers le haut. Cela pourrait s'apparenter à une hausse de la redevance. En quoi l'absence de publicité pourrait influencer la qualité des programmes et répondre aux attentes des téléspectateurs ? Le président avance l'argument que la contrainte de l'audimat est un frein à l'information, à la culture, à la diversité de la création musicale. Pourtant, depuis quelques temps ont fleuri ça et là des audaces dans les programmes : théâtre en direct avec des créations originales, téléfilms qui marquent une rupture avec les séries policières ou les sagas, émissions débats, etc. Et la publicité n'empêche aucunement la diffusion de ces programmes. Ce que j'apprécie sur ces chaînes c'est l'absence de coupures publicitaires pendant les émissions. Qu'il y en ait entre ne me dérange pas et, au contraire, cela permet de vaquer à d'autres occupations éphémères comme la pause toilettes. On est en droit de s'inquiéter : Nicolas Sarkozy a-t-il une idée derrière la tête sur l'avenir des services publics médiatiques ? Même sa ministre de la culture a appris la nouvelle par la presse ! Cet homme travaille tout seul et ignore un gouvernement dont il veut noter les membres.

    Ensuite il y a la santé. La hausse cyclique du tarif de visite chez le généraliste, qui n'est pas forcément remboursée complètement, la longue liste de médicaments non remboursés, le projet de franchise, tous ces facteurs ont pour l'instant un effet négatif. De nombreuses personnes hésitent à consulter et préfèrent s'auto médicamenter avec des produits de plus en plus chers, avec les risques que cela comporte. En outre, on observe que les médicaments non remboursés subissent des hausses importantes, soi-disant pour compenser la baisse des ventes selon les laboratoires. Le sirop Pneumorel, par exemple, va se vendre 300 % de plus ! Si la plupart de ces médicaments, ceux sans ordonnance, se retrouvent en plus en libre-service, le risque des surdosages menace. Roselyne Bachelot explique qu'en libre-service, la concurrence se jouera en faveur du consommateur qui cherche le moins cher. Je dis non. En priorité, la majorité des Français reste attaché à des noms de produit. Quand vous achetez un médicament, vous ne demandez pas le moins cher mais votre produit préféré.

    Enfin, j'ajoute un mot sur l'expérience de la gratuité de certains musées nationaux. Chouette ! Se diront certains qui se demandent pourquoi on n'y a pas pensé plus tôt. C'est vrai que l'idée est séduisante. Ouvrir les portes au plus grand nombre, ceux qui ne venaient pas, est une idée louable. La question est de se poser maintenant comment compenser le manque à gagner ? On revient toujours à l'épineux problème des financements. Un musée a besoin d'argent pour fonctionner, pour organiser des expositions, pour acquérir et enrichir ses collections. Tout ça ne se paie pas avec les bons de la mouette. Je crains que les Français contribuent une fois de plus.

    Et je ne parle pas de la menace de privatisation des transports à l'instar de nos amis anglais qui ont du faire marche arrière ni du juteux marché des assurances privées qui n'attendent qu'un mot pour se développer…

    Avec tous ces nuages noirs qui se dessinent à l'horizon, on apprend la disparition de Carlos.

    Sale temps pour la culture.

    2 071 lecteurs le jour d'édition

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu