Avertir le modérateur

wii

  • Just dance

    J'évoque rarement dans ce blog mes expériences de jeux vidéo. La dernière concernait le minigolf sur Wii le 26 janvier 2009. Pour cet article, je vais vous faire part de mes premiers pas, à tout point de vue, dans "Just Dance" sur Wii. Cette activité artistique est simple sur le papier : danser en rythme en imitant les gestes et pas de danse du personnage sur l'écran de votre téléviseur, la manette de jeu dans la main droite. Le jeu propose diverses chansons comme "Womanizer", "Girls just want to have fun" et autres tubes des années précédentes. Il y a même de la country.

    Vous êtes comme moi, vous vous dîtes que avec ces chansons qui ont fait le tour de la planète c'est un jeu d'enfant et que de suivre les instructions à l'écran c'est gagné d'avance. Comme les bande annonces qui fleurissent sur Internet le montrent avec de jeunes personnes qui font ça les doigts dans le nez avec le sourire. Mais si je dis tout ça, vous devinez bien sûr que dès les premières notes c'est la catastrophe ! Le ridicule ne tue pas mais là n'est pas la question.

    Dans un premier temps, il faut effectuer les gestes et les pas en mode "miroir". C'est-à-dire que lorsque le personnage remue son bras droit, vous remuez votre bras gauche. Lorsqu'il lève le pied gauche, vous levez le pied droit. Et ainsi de suite. Des mouvements sont également à faire avec la tête. Alors au début, cela fait cafouillis et les pinceaux s'emmêlent. Non seulement, le temps de s'adapter, vous faîtes tout à l'envers mais en plus, vous effectuez des moitiés de mouvement et de pas afin de rattraper le personnage qui fait tout cela avec une facilité déconcertante !

    Dans un deuxième temps, une fois le principe d'imitation assimilé à peu près, vous devez réaliser les pas et gestes, et ce en même temps. Car, le but du jeu est de gagner des points qui s'obtiennent et qui sont différents selon que vous réussissez convenablement (points "Ok") ou à la perfection (points "Great"). Le problème est que la première fois, vous ne connaissez pas les gestes qui vont être fait, et donc que vous ressemblez plus à un pantin qu'à un danseur confirmé digne des comédies musicales de Kamel Ouali. Comme tout jeu, il faut donc pratiquer régulièrement et répéter inlassablement les chansons afin de finir par réaliser des prouesses devant votre télévision.

    Dans un troisième temps, et celui-ci n'interviendra qu'une fois le reste effectué convenablement, en même temps que vous dansez, vous pouvez chanter grâce aux paroles qui s'affichent en bas à gauche de l'écran. Alors, attention, je vous préviens par avance, il va falloir un peu d'entraînement avant de pouvoir danser et chanter en même temps car pendant que vous regardez les pas à faire, vous ne regardez pas les paroles, et vice versa. Cela demandera dont une grande maîtrise de l'ensemble avant de vous prendre pour un artiste complet de music-hall de salon.

    Pour résumer, le concept du jeu est tout à fait intéressant et séduisant. Vous exploitez pleinement la technologie de la Wii au lieu de rester assis dans votre canapé. Et à l'instar de WiiFit Plus, vous dépensez des calories alors n'hésitez pas à vous prendre pour John Travolta !

  • Minigolfs sur Wii

    Après la multiplication des jeux de golf sur Wii (WiiSport, Tiger Wood, Panga, …), des jeux de minigolfs sont maintenant disponibles. Vous avez le choix entre Carnival Minigolf et Crazy Mini Golf. J'ai eu l'occasion de tester les deux et je vous livre mes impressions.

    Carnival Minigolf
    Plusieurs parcours à déloquer vous sont proposés dans cette version. Chaque parcours est composé de trois trous. Mais Carnival Minigolf n'est pas un minigolf ordinaire comme vous avez peut-être eu l'occasion de pratiquer en extérieur le dimanche après-midi. Ici, en plus de gagner des pièces de monnaies (touchées par la balle), vous gagnez des objets (cannes et chaussures extravagantes) et vous devez éviter certains pièges. Chaque parcours a son niveau de difficulté mais tous possède un raccourci qui permet d'envoyer la balle directement dans le trou, en un coup. Ce raccourci se décline sous forme d'un petit jeu. Cela va du ramassage des œufs du poulailler jusqu'au tir de canon sur un bateau adverse en passant par le maintien en vol d'un ptérodactyle ou même du tir sur des fantômes. Ce minigolf n'est pas difficile une fois que vous avez attrapé le coup mais il est assez ludique et agréable à jouer. Les graphismes sont de très bonnes qualités. Lorsque vous jouez à plusieurs (jusqu'à quatre), vous choisissez une combinaison de trois parcours. Précision et sang-froid sont requis pour ce jeu.

    Crazy Mini Golf
    Ce minigolf est très différent du précédent. Il est composé de quatre parcours de 18 trous chacun. La difficulté va crescendo : quand vous réussissez le premier, c'est-à-dire que vous réalisez le par ou en dessous, vous débloquez le suivant et ainsi de suite. Ce minigolf est un peu plus standard même si là où vous devez parfois passés est déroutant. Passages sur des passerelles, envois de la balle par des rampes ou des cibles agrémentent et rendent plus difficiles le parcours. Par contre, si ce jeu est plus difficile, son graphisme n'est pas terrible : visibilité à travers les souterrains ou les troncs d'arbres, pieds des personnages qui rentrent dans le décor. En outre, le passage d'un trou à l'autre est long. Précision et force tranquille sont de mises pour cette version.

    Sachez qu'avec ces deux jeux, vous passerez de bons moments. C'est donc à vous de voir ce que vous souhaitez privilégier : le côté ludique et graphique du Carnival Minigolf ou le côté parcours complet et difficile du Crazy Mini Golf.

  • Virtuellement dépendant

    On ne peut décidemment pas arrêter le progrès. L'opérateur de téléphonie mobile SFR et la chaîne de télévision MTV viennent de lancer un nouveau jeu. Le principe est simple, si je puis dire : cinq candidats vont devoir relever des défis proposés par les internautes, les mobinautes et les téléspectateurs. On voit tout de suite les dérives si les organisateurs n'y mettent pas des limites. Au cours du jeu, un candidat pourra également être éliminé. De plus, le jeu pourra être suivi en direct sur le portable. Encore un programme où ça fera du bien de voir le malheur des autres. Evidemment, tout l'intérêt du jeu pour les organisateurs est la recette que va engendrer un tel dispositif : publicité, communication, vote, etc. D'un autre côté, ceux qui y participeront le feront en toute connaissance de cause même si on ne sait jamais à quelle sauce on va être mangé.

    Hasard du calendrier, des parlementaires viennent de rendre un rapport sur la cyberdépendance. Le rapport porte principalement sur les jeux en réseau. Des jeux qui se transforment en véritable drogue pour certains. On estime entre 600 000 et 800 000 le nombre de jeunes sujets à l'addiction. Mais ce n'est qu'une approximation, étant donné qu'il n'y a pas eu d'enquête officielle et sérieuse, le nombre pourrait être plus important. Les auteurs du rapport proposent néanmoins des solutions qui appellent à la bonne volonté des éditeurs de jeux. Les solutions proposées jouent sur l'attention du joueur. Il faut faire prendre conscience au joueur de la durée du jeu et de son activité. Afficher une horloge, faire apparaître un personnage "voix de la sagesse" ou faire en sorte que le personnage du joueur se fatigue sont des pistes. Tout cela est techniquement possible et les fabricants sont prêts à collaborer.

    J'ai peur que cela soit bien insuffisant pour enrayer le problème de santé en question. Si le joueur est bloqué au bout d'un certain temps, à votre avis que va-t-il faire ? Eh bien, il a le choix : changement de jeu sur le PC, console de jeu de salon, console de jeu portable, autre ordinateur et même le téléphone vu ce que vienne d'inventer SFR et MTV. Les parlementaires n'ont pas l'air d'être très au fait des multiples occasions de se distraire. Lutter contre le jeu en réseau c'est bien, mais ce n'est qu'un moyen parmi tant d'autre de devenir accroc au virtuel. N'est-ce pas peine perdue ?

    Pour agir efficacement, il faut se mettre dans la peau d'un joueur. Pourquoi n'arrête-t-il pas ? Pourquoi rien ne le dérange dans ce qui l'entoure ? Bon, je suis mauvaise langue car il est vrai que l'idée de fatiguer le joueur par l'intermédiaire du personnage dans lequel il se projette est une bonne idée. Psychologiquement, le personnage virtuel influence l'utilisateur. Mais cela n'agit que sur le personnage et pas sur le jeu. La seule chose qui peut forcer un cyberdépendant d'arrêter c'est le blocage pur et simple du jeu voire même de la machine. A l'instar des interdits de casinos qui ne peuvent plus entrer dans un casino, il y aurait les interdits de jeux. Mais là on aborde un sujet délicat : la liberté de chacun.

  • Ma mère est une geek ! (et mon père aussi)

    Maman,

    Cette fête des mères est pour moi l'occasion de dire encore combien tu es formidable. Tu penses tout le temps à tes enfants et petits-enfants, tu prends de nos nouvelles et dès que l'occasion se présente tu es toujours ravie de nous voir. Mais depuis quelques mois, tu m'inquiètes.

    Serais-tu devenue une geek ?

    Tu utilises l'ordinateur sans rechigner. Tu envoies des mails, tu lis ceux que tu reçois. Et puis il y a aussi la messagerie instantanée pour parler en direct avec tes contacts familiaux. Tu as toujours plaisir à rire aux petites phrases de l'une de tes petites filles de 8 ans qui commence toujours par : "Bonjour ça va ? Moi ça va !". Dernièrement, elle nous a écrit par mail : "j'ai une webcam c'est trocoule !". J'étais mort de rire.

    A Noël, tu as reçu la DS, cette petite console de jeux anodine de prime abord mais qui a révélé chez toi un enthousiasme aux jeux vidéo. Cela avait déjà commencé avec la Wii, pour laquelle tu t'adonnes sans compter aux joies du sport et depuis quelques semaines, du fitness. Tu n'hésites pas à faire tes exercices quotidiens sur cette balance magique pour ton plus grand bien et montrer du haut de tes 67 ans que tu as su rester aussi jeune. La machine d'ailleurs ne s'y trompe pas en te donnant 48 ans.

    Mais je n'accepte pas que pour certaines activités tu fasses mieux que moi !

    Je te taquine évidemment car je suis ravi que tu sois une maman aussi moderne.

    Je t'embrasse tendrement.

    Bonne fête ma Mii ! (comme pourraient le dire tes petits-enfants).

    Ton fils préféré.

  • WiiFit : une planche à toute épreuve

    Ce n'est pas une machine de torture de plus dans le monde de la gymnastique et du fitness mais elle est terrible. La WiiFit a donc débarqué dans les foyers français depuis le 25 avril 2008 et le moins que l'on puisse dire c'est que cette sorte de balance améliorée ne laisse rien passer. Cette planche du XXIè siècle est bourrée d'électronique et de capteurs qui permettent au programme de savoir exactement ce que vous faites. Selon la position et la pression de vos pieds, la machine sait exactement comment vous réalisez les exercices proposés. C'est assez bluffant : "Vous bougez trop", "Vous avez posé le pied", "Ne sautez pas", "Remontez sur la planche" sont des messages qui peuvent apparaître à l'écran au cours de l'exercice.

    Première étape, lorsque vous vous enregistrez, après avoir étudié votre centre de gravité (et vous dire si vous êtes bancale ou non), le programme analyse votre situation pondérale et calcule votre indice de masse corporel (IMC). Le premier couperet tombe et vous constatez que vous n'êtes peut-être pas dans la bonne zone sur le schéma. Pas de panique, l'appareil vous propose de fixer un objectif de poids (en plus ou en moins) à atteindre dans un délai (objectif que vous pourrez ajuster par la suite). Vous réalisez également qu'il va falloir effectuer les exercices régulièrement. Mais attention, votre enregistrement n'est pas terminé. Histoire de vous mettre en jambe, le programme va calculer votre âge fitness comme Nintendo a l'habitude de le faire dans certains de ces jeux. Un exercice d'équilibre vous ait proposé : en penchant à droite ou à gauche vous devez faire coïncider la limite des zones roses dans les zones fixes bleues, qui rétrécissent au fur et à mesure. Il y a cinq niveaux à réaliser en moins de 30 secondes. De prime abord, cela parait facile mais détrompez-vous, il faut aller assez vite et la planche est très sensible aux pressions.

    Deuxième étape, c'est à vous de jouer et de vous adonner joyeusement régulièrement aux 40 activités proposées (toutes ne sont pas disponibles au début, elles se déverrouillent au fur et à mesure que vous cumulez du temps de pratique). Des exercices de yoga, des activités physiques, des activités ludiques également, bref tout un panel de réjouissances. Alors, au début vous allez être tentés de vouloir en essayer plein, c'est normal, on découvre. Mais je vous conseille de ne pas trop en faire car vous risquez les courbatures. Commencez par les jeux le premier jour : hula hoop, reprise de tête au football, slalom géant, saut à ski ou plateau à billes. Ces jeux vous permettront, et c'est important, de vous familiariser avec la planche et de comprendre le mécanisme. Pour le reste, yoga et activités physiques, ne vous précipitez pas. La position de l'arbre et de la demi-lune, les pompes, les torsions et le jogging sont à faire avec parcimonie. En effet, ces exercices sont assez violents si vous n'avez pas l'habitude et si vous manquez de souplesse vous pouvez gagner quelques douleurs, mais de bonnes douleurs. Quoi qu'il en soit, vous n'êtes pas seul, un entraîneur (homme ou femme à choisir) vous guide et vous conseille tout au long de vos participations.

    N'hésitez plus, et pour moins de 90 euros, cela vaut la peine d'essayer avant de s'abonner à une salle de gym.

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu